Ecoles françaises au Maroc: les parents d'élèves exigent une facture "négociée"

Le Groupement des associations des parents d'élèves des établissements d'enseignement français au Maroc (APEK, API, CAPE, PEEP) a affirmé, mardi 19 mai dans un communiqué, être contre le maintien des frais de scolarité inchangés du troisième trimestre.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/20-05-2020/Salle_de_classe_nature.jpg-oui
Ecoles françaises au Maroc: les parents d'élèves exigent une facture

Le 20 mai 2020 à 11:43

Modifié le 20 mai 2020 à 11:56

"Les négociations avec l'Agence de l’Enseignement français à l’étranger sont toujours en cours pour ajuster cette facturation selon le service rendu et comme soutien aux efforts financiers complémentaires engendrés aux familles par l’enseignement à distance en cette période de crise", ajoute le document relayé par la MAP.

Une enquête d’évaluation de l’enseignement à distance, depuis le début du confinement, fait ressortir l’avis des parents qui sont pour une facture "négociée", tenant compte du surcoût supporté par les familles.

Le groupement soutient également la révision du contrat financier, précisant les obligations des parties ainsi que les modalités du e-learning qui seront applicables désormais.

Enfin, les parents revendiquent le gel des augmentations des frais de scolarité sur les trois prochaines années, un moratoire sur les travaux non engagés en donnant la priorité au numérique, mais également une homogénéisation et une mise à niveau de l'enseignement à distance, conclut le communiqué.

(Avec MAP)

Lire aussi: Les écoles françaises resteront fermées jusqu'en septembre

Ecoles françaises au Maroc: les parents d'élèves exigent une facture "négociée"

Le 20 mai 2020 à11:56

Modifié le 20 mai 2020 à 11:56

Le Groupement des associations des parents d'élèves des établissements d'enseignement français au Maroc (APEK, API, CAPE, PEEP) a affirmé, mardi 19 mai dans un communiqué, être contre le maintien des frais de scolarité inchangés du troisième trimestre.

com_redaction-31

"Les négociations avec l'Agence de l’Enseignement français à l’étranger sont toujours en cours pour ajuster cette facturation selon le service rendu et comme soutien aux efforts financiers complémentaires engendrés aux familles par l’enseignement à distance en cette période de crise", ajoute le document relayé par la MAP.

Une enquête d’évaluation de l’enseignement à distance, depuis le début du confinement, fait ressortir l’avis des parents qui sont pour une facture "négociée", tenant compte du surcoût supporté par les familles.

Le groupement soutient également la révision du contrat financier, précisant les obligations des parties ainsi que les modalités du e-learning qui seront applicables désormais.

Enfin, les parents revendiquent le gel des augmentations des frais de scolarité sur les trois prochaines années, un moratoire sur les travaux non engagés en donnant la priorité au numérique, mais également une homogénéisation et une mise à niveau de l'enseignement à distance, conclut le communiqué.

(Avec MAP)

Lire aussi: Les écoles françaises resteront fermées jusqu'en septembre

A lire aussi


Communication financière

LafargeHolcim Maroc : Nomination de deux administrateurs indépendants

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.