Elections CGEM: le duo Abdelmoumen/Mouhyi conteste la candidature Alj/Tazi

Le binôme Hakim Abdelmoumen et Youssef Mouhyi conteste la campagne électorale prématurée de l'autre binôme déclaré candidat à la présidence de la CGEM, constitué de Chakib Alj et Mehdi Tazi. Détails. 

Elections CGEM: le duo Abdelmoumen/Mohyi conteste la candidature Alj/Tazi Youssef Mouhyi, aspirant à la candidature pour la vice-présidence de la CGEM en binôme avec Hakim Abdelmoumen

Le 29 novembre 2019 à 10:56

Modifié le 29 novembre 2019 à 20:32

La bataille électorale pour la présidence de la CGEM a démarré avant le dépôt officiel des candidatures. Le duo Hakim Abdelmoumen et Youssef Mouhyi, qui a l'intention de déposer sa candidature pour les élections de la CGEM, monte au créneau contre l'autre binôme déclaré, Chakib Alj et Mehdi Tazi.

"Pour mon binôme, la candidature de Chakib Alj et Mehdi Tazi n'est plus valide. Ils se sont déclarés candidats à la présidence de la CGEM sans avoir déposé de dossier de candidature et sans attendre la validation de celle-ci par le comité électoral de la CGEM. C'est un manque de respect flagrant de nos règles électorales. Au jour d'aujourd'hui, ils ne sont pas encore candidats aux élections de la CGEM, ce ne sont que de simples aspirants à la candidature", nous explique Youssef Mouhyi. 

"C'est la CGEM qui autorise ou pas la candidature pour une raison simple : quand on prend la parole en tant que candidat cela veut dire que la confédération a déjà accepté votre profil comme prétendant au mandat de président ou vice-président. Ce n'est qu'à ce titre qu'on peut s'exprimer. Ce binôme a déjà commencé sa campagne électorale. Il est sur les réseaux sociaux, sur les médias en se déclarant candidat. Même son programme a été dévoilé", dénonce Mouhyi.

Le binôme menace de saisir le tribunal administratif 

"Pour nous, ce binôme est hors jeu. Nous considérons que sa candidature sera rejetée. Nous avons tous les documents qui attestent de cela. Nous avons fait constater par huissier de justice tout ce qu'il a fait comme manquements. Si pour n'importe quelle raison, le comité électoral de la CGEM valide leur candidature, nous saisirons le tribunal administratif", ajoute notre interlocuteur. 

"C'est très grave d'être en campagne aujourd'hui, avancer le programme et prendre la parole en tant que candidats. Il y a des dates et des règles à respecter. Pour nous le plus important c'est l'éthique, le respect des lois, des procédures et des valeurs", conclut-il. 

Pour rappel, le calendrier électoral retenu lors du dernier conseil d'administration de la CGEM est comme suit : 

- Le lancement des appels à candidature: le 31 octobre 2019

- La date limite du dépôt de candidature: le vendredi 13 décembre 2019 

- Le conseil d'administration pour valider les candidatures: le 16 décembre 2019

- L'assemblée générale élective: le 22 janvier 2020

Lors de la conférence de presse qui a suivi le CA du 28, Salaheddine Kadmiri, le médiateur et président du comité du suivi électoral, avait détaillé le processus électoral qu'il a qualifié de "bien rodé, bien huilé au sein de la CGEM".  

Le comité qu’il préside "aura pour mission de suivre le processus électoral. La première étape est le dépôt des candidatures puis leur validation par ce comité. Ensuite, le conseil d’administration devra les entériner. Les candidats retenus pourront faire leur campagne le mois qui suit", avait-il expliqué. 

Que dit le règlement intérieur de la CGEM ?

Les règles d’organisation des élections sont traitées au niveau de l'article 7.2 du règlement intérieur de la CGEM. Si ce règlement n'est pas explicite sur l'interdiction de démarrage de campagne, il détaille avec précision les étapes par lesquelles le processus électoral doit passer. 

"Toute candidature, pour le poste de Présidence et de Vice-présidence Générale, doit être déposée par porteur sous pli fermé au nom du Directeur Délégué au siège de la CGEM sis 23 boulevard Mohamed Abdouh – Quartier Palmiers - Casablanca portant le libellé : « Acte de Candidature à la prochaine élection de la CGEM du xx mai de l’année N".

"Le dossier de candidature doit comprendre :

- Un acte de candidature adressé au Conseil d’Administration et mentionnant les noms et qualités des candidats ;

- L’acte de candidature doit indiquer le candidat au poste de la Présidence et celui se présentant avec ce candidat au poste de Vice-présidence Générale. La déclaration de candidature doit comporter un engagement de confidentialité relatif aux informations que les
candidats peuvent recevoir de la CGEM;

- Un curriculum vitae des deux personnes composant le binôme;

- Tout document de nature à justifier l’éligibilité selon les conditions fixées par le point 7.1 du présent règlement intérieur.

A l’issue de la date limite du dépôt des candidatures, le « comité de suivi électoral » se réunira. (...) Ce comité aura en charge les missions suivantes :

- Vérification de la conformité des candidatures par rapport aux statuts et au règlement intérieur ;

- Traitement de toute réclamation des candidats ;

- Supervision du bon déroulement du processus électoral ;

- Etablissement d'un rapport à cet effet au conseil d’administration.

Au plus tard, cinq jours ouvrables après la date de clôture des candidatures, le conseil d’administration se tiendra à l’effet notamment :

- d’instruire les demandes de candidatures et de vérifier leur conformité avec les dispositions tant statutaires que celles du présent règlement intérieur ;

- d'arrêter la liste définitive des candidats à soumettre au vote de l’assemblée générale élective ;

- d’arrêter les informations à communiquer aux candidats pour les besoins de leur campagne électorale sous réserve de l’engagement de confidentialité que tout candidat doit signer ;

- de fixer la date de l’assemblée générale ordinaire et qui sera suivie d’une assemblée générale élective."

Youssef Mouhyi, aspirant à la candidature pour la vice-présidence de la CGEM en binôme avec Hakim Abdelmoumen

Elections CGEM: le duo Abdelmoumen/Mouhyi conteste la candidature Alj/Tazi

Le 29 novembre 2019 à11:23

Modifié le 29 novembre 2019 à 20:32

Le binôme Hakim Abdelmoumen et Youssef Mouhyi conteste la campagne électorale prématurée de l'autre binôme déclaré candidat à la présidence de la CGEM, constitué de Chakib Alj et Mehdi Tazi. Détails. 

La bataille électorale pour la présidence de la CGEM a démarré avant le dépôt officiel des candidatures. Le duo Hakim Abdelmoumen et Youssef Mouhyi, qui a l'intention de déposer sa candidature pour les élections de la CGEM, monte au créneau contre l'autre binôme déclaré, Chakib Alj et Mehdi Tazi.

"Pour mon binôme, la candidature de Chakib Alj et Mehdi Tazi n'est plus valide. Ils se sont déclarés candidats à la présidence de la CGEM sans avoir déposé de dossier de candidature et sans attendre la validation de celle-ci par le comité électoral de la CGEM. C'est un manque de respect flagrant de nos règles électorales. Au jour d'aujourd'hui, ils ne sont pas encore candidats aux élections de la CGEM, ce ne sont que de simples aspirants à la candidature", nous explique Youssef Mouhyi. 

"C'est la CGEM qui autorise ou pas la candidature pour une raison simple : quand on prend la parole en tant que candidat cela veut dire que la confédération a déjà accepté votre profil comme prétendant au mandat de président ou vice-président. Ce n'est qu'à ce titre qu'on peut s'exprimer. Ce binôme a déjà commencé sa campagne électorale. Il est sur les réseaux sociaux, sur les médias en se déclarant candidat. Même son programme a été dévoilé", dénonce Mouhyi.

Le binôme menace de saisir le tribunal administratif 

"Pour nous, ce binôme est hors jeu. Nous considérons que sa candidature sera rejetée. Nous avons tous les documents qui attestent de cela. Nous avons fait constater par huissier de justice tout ce qu'il a fait comme manquements. Si pour n'importe quelle raison, le comité électoral de la CGEM valide leur candidature, nous saisirons le tribunal administratif", ajoute notre interlocuteur. 

"C'est très grave d'être en campagne aujourd'hui, avancer le programme et prendre la parole en tant que candidats. Il y a des dates et des règles à respecter. Pour nous le plus important c'est l'éthique, le respect des lois, des procédures et des valeurs", conclut-il. 

Pour rappel, le calendrier électoral retenu lors du dernier conseil d'administration de la CGEM est comme suit : 

- Le lancement des appels à candidature: le 31 octobre 2019

- La date limite du dépôt de candidature: le vendredi 13 décembre 2019 

- Le conseil d'administration pour valider les candidatures: le 16 décembre 2019

- L'assemblée générale élective: le 22 janvier 2020

Lors de la conférence de presse qui a suivi le CA du 28, Salaheddine Kadmiri, le médiateur et président du comité du suivi électoral, avait détaillé le processus électoral qu'il a qualifié de "bien rodé, bien huilé au sein de la CGEM".  

Le comité qu’il préside "aura pour mission de suivre le processus électoral. La première étape est le dépôt des candidatures puis leur validation par ce comité. Ensuite, le conseil d’administration devra les entériner. Les candidats retenus pourront faire leur campagne le mois qui suit", avait-il expliqué. 

Que dit le règlement intérieur de la CGEM ?

Les règles d’organisation des élections sont traitées au niveau de l'article 7.2 du règlement intérieur de la CGEM. Si ce règlement n'est pas explicite sur l'interdiction de démarrage de campagne, il détaille avec précision les étapes par lesquelles le processus électoral doit passer. 

"Toute candidature, pour le poste de Présidence et de Vice-présidence Générale, doit être déposée par porteur sous pli fermé au nom du Directeur Délégué au siège de la CGEM sis 23 boulevard Mohamed Abdouh – Quartier Palmiers - Casablanca portant le libellé : « Acte de Candidature à la prochaine élection de la CGEM du xx mai de l’année N".

"Le dossier de candidature doit comprendre :

- Un acte de candidature adressé au Conseil d’Administration et mentionnant les noms et qualités des candidats ;

- L’acte de candidature doit indiquer le candidat au poste de la Présidence et celui se présentant avec ce candidat au poste de Vice-présidence Générale. La déclaration de candidature doit comporter un engagement de confidentialité relatif aux informations que les
candidats peuvent recevoir de la CGEM;

- Un curriculum vitae des deux personnes composant le binôme;

- Tout document de nature à justifier l’éligibilité selon les conditions fixées par le point 7.1 du présent règlement intérieur.

A l’issue de la date limite du dépôt des candidatures, le « comité de suivi électoral » se réunira. (...) Ce comité aura en charge les missions suivantes :

- Vérification de la conformité des candidatures par rapport aux statuts et au règlement intérieur ;

- Traitement de toute réclamation des candidats ;

- Supervision du bon déroulement du processus électoral ;

- Etablissement d'un rapport à cet effet au conseil d’administration.

Au plus tard, cinq jours ouvrables après la date de clôture des candidatures, le conseil d’administration se tiendra à l’effet notamment :

- d’instruire les demandes de candidatures et de vérifier leur conformité avec les dispositions tant statutaires que celles du présent règlement intérieur ;

- d'arrêter la liste définitive des candidats à soumettre au vote de l’assemblée générale élective ;

- d’arrêter les informations à communiquer aux candidats pour les besoins de leur campagne électorale sous réserve de l’engagement de confidentialité que tout candidat doit signer ;

- de fixer la date de l’assemblée générale ordinaire et qui sera suivie d’une assemblée générale élective."

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.