Elections CGEM : S’achemine-t-on vers une candidature unique ?

Selon les derniers échos provenant de la CGEM, et sauf surprise de dernière minute, la Confédération s'achemine vers une élection à candidature "unique" ou "consensuelle". Le binôme Chakib Alj/Mehdi Tazi est le seul binôme déclaré et en lice pour le moment. 

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/09-12-2019/cgem63.jpg-oui
Elections CGEM : S’achemine-t-on vers une candidature unique ?

Le 09 décembre 2019 à 15:34

Modifié le 09 décembre 2019 à 16:05

Vendredi prochain 13 décembre est le dernier délai pour le dépôt des candidatures à la présidence de la CGEM. A quelques jours de cette date limite, et sauf surprise de dernière minute, tout porte à croire que les hommes d’affaires iront vers une élection à candidature unique.

Deux tandems prétendants avaient déclaré leur intention de se présenter. Le duo Chakib Alj et Mehdi Tazi. Et le duo Hakim Abdelmoumen et Youssef Mouhyi avant que Abdelmoumen ne se retire laissant Mouhyi seul dans la course. 

Le samedi 7 décembre, le trublion Youssef Mouhyi, président de la CGEM Marrakech-Safi qui avait effectué une sortie remarquée fin novembre en attaquant la candidature du duo Chakib Alj et Mehdi Tazi et en se maintenant dans la course malgré le retrait de son binôme, jette finalement l’éponge.

Les raisons du retrait de Youssef Mouhyi

Il a annoncé son retrait aux différents administrateurs de la CGEM via un message dont Médias24 détient copie.

"Mesdames et messieurs les administrateurs et chers amis. (…) Je veux que vous soyez les premiers informés. J’ai tenu plusieurs réunions avec les membres qui me soutiennent et eu diverses discussions avec des membres respectables de notre institution. Conscient de la nécessité pour la CGEM de resserrer ses rangs et de parler d’une seule voix, au moment où Sa Majesté a nommé le président de la commission spéciale en charge de l’étude de notre nouveau modèle de développement pour lequel la CGEM est très attendue, au moment où nous avons besoin d’un nouveau modèle pour permettre aux CGEM régions d’être en phase avec les nécessités de la régionalisation avancée, au moment où on doit plus intégrer dans notre organisation les intérêts de la petite entreprise et des start-up, etc ... et dans l’objectif de travailler sur ces dossiers dans un cadre consensuel et apaisé, j’ai décidé de renoncer à présenter un dossier de candidature à la présidence de la confédération".

Par ce message Youssef Mouhyi se retire donc de la course à la tête de la CGEM sans détailler les raisons de sa décision.

>> Lire aussi :  Elections CGEM: Une bataille avant l'heure?

Une source bien informée à la CGEM nous explique que les membres de la Confédération risquaient "d'aller vers une confrontation lourde de conséquences, difficiles à réparer après coup, car les régions et les PME-TPE sont à bout et veulent une réforme qui aille dans leur sens. Youssef Mouhyi ne voulait pas risquer d’être l’artisan d’une fracture...".

D’ailleurs, dans son courrier aux administrateurs, le parlementaire de la CGEM à la chambre des conseillers remercie ceux qui l’on soutenu mais aussi "tous ceux qui de manière franche et amicale l’ont dissuadé d’y aller".

Il paraît évident que ces premiers jours du mois de décembre ont été animés au sein de la Confédération marquées par "une course aux soutiens". 

Rappelons que l’une des conditions d’éligibilité à la présidence de la CGEM est de "recueillir les signatures de soutien à la candidature de cent (100) membres de la CGEM à jour de leurs cotisations et appartenant à au moins trois CGEM Régions différentes avec un minimum de 30% en région".

Aucun dossier de candidatures n'est accepté si cette condition n'est pas remplie. Et c'est l'une des raisons non évoquées et qui ont convaincu Mouhyi de jeter l'éponge. "Le binôme Alj/Tazi a pris de l’avance. Il a eu des soutiens importants au sein de la confédération", nous confie-t-on.

Vers une candidature unique ?

Qu'en est-il des autres prétendants ? Plusieurs autres noms circulaient dans les coulisses comme ceux de Mehdi Abdelkrim en binôme avec Khalid Benjelloun ou encore Farid Bensaid

Contacté, Mehdi Abdelkrim nous confirme qu'il ne se présente pas aux élections.

Pour Farid Bensaid qui nous avait précédemment confirmé avoir été sollicité sans prendre de décision, des sources qui lui sont proches nous ont assuré qu'il a finalement renoncé à l'idée de se présenter.

"Il est préférable qu’il n’y ai qu’un seul binôme en course, c’est la logique de retrait de Mouhyi. On doit tous soutenir un seul binôme et faire un programme commun avec lui, un programme qui soit le programme de tous et rattraper ainsi le temps perdu", nous confie un administrateur de la CGEM. 

A ce jour, nos sources confirment toutes que la CGEM s'achemine vers une candidature unique ou consensuelle, mais il reste encore 4 jours où tout est possible.

A l'heure où nous mettions en ligne, même le duo Chakib Alj et Mehdi Tazi n'avait pas encore déposé son dossier.

Elections CGEM : S’achemine-t-on vers une candidature unique ?

Le 09 décembre 2019 à16:05

Modifié le 09 décembre 2019 à 16:05

Selon les derniers échos provenant de la CGEM, et sauf surprise de dernière minute, la Confédération s'achemine vers une élection à candidature "unique" ou "consensuelle". Le binôme Chakib Alj/Mehdi Tazi est le seul binôme déclaré et en lice pour le moment. 

Vendredi prochain 13 décembre est le dernier délai pour le dépôt des candidatures à la présidence de la CGEM. A quelques jours de cette date limite, et sauf surprise de dernière minute, tout porte à croire que les hommes d’affaires iront vers une élection à candidature unique.

Deux tandems prétendants avaient déclaré leur intention de se présenter. Le duo Chakib Alj et Mehdi Tazi. Et le duo Hakim Abdelmoumen et Youssef Mouhyi avant que Abdelmoumen ne se retire laissant Mouhyi seul dans la course. 

Le samedi 7 décembre, le trublion Youssef Mouhyi, président de la CGEM Marrakech-Safi qui avait effectué une sortie remarquée fin novembre en attaquant la candidature du duo Chakib Alj et Mehdi Tazi et en se maintenant dans la course malgré le retrait de son binôme, jette finalement l’éponge.

Les raisons du retrait de Youssef Mouhyi

Il a annoncé son retrait aux différents administrateurs de la CGEM via un message dont Médias24 détient copie.

"Mesdames et messieurs les administrateurs et chers amis. (…) Je veux que vous soyez les premiers informés. J’ai tenu plusieurs réunions avec les membres qui me soutiennent et eu diverses discussions avec des membres respectables de notre institution. Conscient de la nécessité pour la CGEM de resserrer ses rangs et de parler d’une seule voix, au moment où Sa Majesté a nommé le président de la commission spéciale en charge de l’étude de notre nouveau modèle de développement pour lequel la CGEM est très attendue, au moment où nous avons besoin d’un nouveau modèle pour permettre aux CGEM régions d’être en phase avec les nécessités de la régionalisation avancée, au moment où on doit plus intégrer dans notre organisation les intérêts de la petite entreprise et des start-up, etc ... et dans l’objectif de travailler sur ces dossiers dans un cadre consensuel et apaisé, j’ai décidé de renoncer à présenter un dossier de candidature à la présidence de la confédération".

Par ce message Youssef Mouhyi se retire donc de la course à la tête de la CGEM sans détailler les raisons de sa décision.

>> Lire aussi :  Elections CGEM: Une bataille avant l'heure?

Une source bien informée à la CGEM nous explique que les membres de la Confédération risquaient "d'aller vers une confrontation lourde de conséquences, difficiles à réparer après coup, car les régions et les PME-TPE sont à bout et veulent une réforme qui aille dans leur sens. Youssef Mouhyi ne voulait pas risquer d’être l’artisan d’une fracture...".

D’ailleurs, dans son courrier aux administrateurs, le parlementaire de la CGEM à la chambre des conseillers remercie ceux qui l’on soutenu mais aussi "tous ceux qui de manière franche et amicale l’ont dissuadé d’y aller".

Il paraît évident que ces premiers jours du mois de décembre ont été animés au sein de la Confédération marquées par "une course aux soutiens". 

Rappelons que l’une des conditions d’éligibilité à la présidence de la CGEM est de "recueillir les signatures de soutien à la candidature de cent (100) membres de la CGEM à jour de leurs cotisations et appartenant à au moins trois CGEM Régions différentes avec un minimum de 30% en région".

Aucun dossier de candidatures n'est accepté si cette condition n'est pas remplie. Et c'est l'une des raisons non évoquées et qui ont convaincu Mouhyi de jeter l'éponge. "Le binôme Alj/Tazi a pris de l’avance. Il a eu des soutiens importants au sein de la confédération", nous confie-t-on.

Vers une candidature unique ?

Qu'en est-il des autres prétendants ? Plusieurs autres noms circulaient dans les coulisses comme ceux de Mehdi Abdelkrim en binôme avec Khalid Benjelloun ou encore Farid Bensaid

Contacté, Mehdi Abdelkrim nous confirme qu'il ne se présente pas aux élections.

Pour Farid Bensaid qui nous avait précédemment confirmé avoir été sollicité sans prendre de décision, des sources qui lui sont proches nous ont assuré qu'il a finalement renoncé à l'idée de se présenter.

"Il est préférable qu’il n’y ai qu’un seul binôme en course, c’est la logique de retrait de Mouhyi. On doit tous soutenir un seul binôme et faire un programme commun avec lui, un programme qui soit le programme de tous et rattraper ainsi le temps perdu", nous confie un administrateur de la CGEM. 

A ce jour, nos sources confirment toutes que la CGEM s'achemine vers une candidature unique ou consensuelle, mais il reste encore 4 jours où tout est possible.

A l'heure où nous mettions en ligne, même le duo Chakib Alj et Mehdi Tazi n'avait pas encore déposé son dossier.

A lire aussi


Communication financière

Résultats semestriels 2020 de la société AFRIC INDUSTRIES

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.