Emplois, activités, santé, impact Covid: Casa Settat réunit son premier CVE

ROUND UP. Le Comité de veille économique de la région de Casablanca-Settat est opérationnel. Sa première réunion a déroulé l'étendue des problèmes économiques et par ricochet, sociaux. La tâche sera rude.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/07-06-2020/CVECASA3.jpg-oui
 Emplois, activités, santé, impact Covid: Casa Settat réunit son premier CVE

Le 07 juin 2020 à 11:42

Modifié le 07 juin 2020 à 22:26

"Le plus important maintenant, c'est l'avenir", rappelle Saïd Ahmidouch, wali de la région Casablanca-Settat. Le Roi Mohammed VI a décidé la création de CVE (comités de veille économique) régionaux, à l'instar du CVE national qui se réunit régulièrement à Rabat. La première réunion du CVE de Casablanca-Settat s'est tenue le mercredi 3 juin au siège de la wilaya de Casablanca.

Comme toute première réunion, celle-ci a concerné le diagnostic. Comme on le devine, il est préoccupant. Après le diagnostic, il faudra mobiliser les acteurs économiques et les responsables. Il faut aussi orienter le travail du CVE régional vers ce qui est spécifique ou vers ce qui est original. Et scruter de près comment la situation économique et sociale évolue. Ce n'est pas facile: à écouter les chiffres et à entendre les demandes qui se ressemblent, l'on se rend compte à quel point il faut une grande force de caractère pour aller de l'avant.

Ce fut un torrent de mots : nombre de cas, pandémie, emplois, chômage, secteur informel, crise, fournisseurs, clients, paiement, banques, crédits, argent, financement, démarrage, production, approvisionnement, revenus, inquiétude, fermetures etc... Ce fut le plat de résistance de cette première réunion de ce CVE régional, qui a vu la participation de plusieurs ministères concernés, du président de la CGEM, du président de la région, du maire de la ville, des gouverneurs de toutes les provinces (par visioconférence) et des opérateurs à travers le CRT ou les différentes chambres professionnelles.

Microcosme

Casablanca et sa région sont le microcosme du Maroc. Alors, si vous voulez avoir une idée du choc subi par le pays, voici les points essentiels d'un instantané qui a été exposé pendant plus de deux heures, ce mercredi 3 juin.

>Santé: une capacité litière d'hospitalisation (public et privé) inexploitée à 85%.

Au mercredi 3 juin, 361 lits d'hospitalisation étaient occupés, sur un total mobilisé de 2.344 lits (dont le privé, la CNSS et des hôtels). La Santé publique se retrouve aujourd'hui avec une capacité dédiée au Covid-19 ou pouvant l'être, de 1.494 lits. Des automatismes se sont créés, des procédures ont été définies. Il y a donc des acquis.
Pour l'avenir, le ministère compte réaliser 2.000 tests de dépistage par jour notamment dans le secteur professionnel.

>Economie: Près du tiers du PIB national (31,9% en 2017), des centaines de milliers d'emplois menacés.

Dans le domaine industriel, le poids de la région est écrasant: 59% du chiffre d'affaire national, 43,5% des exportations, 58% de la production, 60% des investissements et 307.000 emplois dans l'industrie (source: délégation régionale du ministère du commerce et de l'industrie). Le Covid-19 a constitué une opportunité pour plusieurs dizaines d'entreprises (chiffre anecdotique au regard de l'ensemble), dans la production de masques, visières, produits d'hygiène,..
L'impact sur l'activité industrielle et commerciale de la région est dramatique: 50% des entreprises ont vu leur chiffre d'affaires baisser de plus de 70%. Pour 20% des entreprises, la baisse s'est située entre 50% et 70%. En d'autres termes, 70% des entreprises ont perdu plus de la moitié de leur chiffre d'affaires.
L'impact sur l'emploi est majeur, jusqu'à 85% de suppression d'emplois:

*Industries du Textile et de l'Habillement:

-Baisse du CA est de 55,11%.

-Baisse de l’emploi de 71,33%.

*Industries Chimie et  Parachimie:

 -Baisse du CA de 39,16%.

 -Baisse de l’emploi de 42%.

*Industries de l'Agroalimentaire:

-Baisse du CA est de 30,85%.

-Baisse de l’emploi de 30,27%.

*Industries de des Matériaux de Construction:

 -Baisse du CA de 40,51 %.

 -Baisse de l’emploi de 48,64%.

*Industries de  l’Automobile:

-Baisse du CA est de 50,17%

-Baisse de l’emploi de 59,84%.

*Industries du cuir:

-Baisse du CA est de 55%.

-Baisse de l’emploi de 85%.

*Industries de l’Électricité, de l’Électronique:

-Baisse du CA est de 37,74%.

-Baisse de l’emploi de 53,49%.

*Industries Métallurgiques Mécaniques et Électromécaniques

-Baisse du CA est de 31,25%.

-Baisse de l’emploi de 55,71%.

*Industries Aéronautiques et Spatiales:

-Baisse du CA est de 24,76%.

-Baisse de l’emploi de 46,90%.

Dans le domaine économique global, et pas seulement l'industrie, l'impact du Covid-19 sur la région est visible à travers deux chiffres: en mars-avril 2020 (vs mars-avril 2019), les exportations ont baissé de 58% au niveau du port et de 65% au niveau de l'aéroport.

>Tourisme: Les chiffres donnent le tournis.
1.100 entreprises touristiques ont fermé, chiffre qui comprend les agents de voyages, le transport touristique, l'artisanat traditionnel, les hôtels, la restauration touristique, la location de voitures...

Le cri d'alarme est partagé par la déléguée du ministère et par le représentant des opérateurs Saïd Mouhid, directeur général du CRT.
En gros, avec du travail et de l'intelligence, Casablanca pourrait atteindre... 50% de son objectif de 2020.

Ce dernier explique que Casablanca est une destination de tourisme d'affaires, positionnement dans lequel la qualité prime. La qualité et la compétitivité, c'est l'outil de production qu'il faut restaurer et préserver de la faillite ainsi que les ressources humaines qu'il faut pouvoir garder. 75% des touristes viennent de l'étranger (essentiellement par l'aéroport), le secteur est très concurrentiel et l'c=activité se décide jusqu'à deux ans à l'avance. C'est dire que le brouillard actuel n'est pas très encourageant.

>Artisanat traditionnel: 17,5% des emplois et 25% des entreprises de ce secteur sont situés dans la région de Casablanca-Settat.

Les entreprises et les coopératives sont en arrêt total, alors que le secteur est à la veille de la saison estivale, celle du marché des RME. Les artisans, surtout de petite taille, ont du mal à s'approvisionner en matières premières et également à accéder aux plateformes numériques de commercialisation.

>Agriculture, sécheresse, eau potable, irrigation.
Casablanca-Settat a une image dominée par celle de métropole industrielle.

Dans le domaine agricole, son poids est pourtant frappant: 45% de la production nationale des viandes blanches, 18% de celle des viandes rouges, 15% des légumes et primeurs, 24% du lait, 40% de la betterave sucrière...
Ce secteur est très affecté par la sécheresse. 190 MDH d'aides ont été distribuées à 1.850 agriculteurs. Près de 43.000 agriculteurs seront indemnisés dans le cadre de l'assurance agricole et recevront 200 MDH pour 280 MDH de capital assuré.

La sécheresse impacte également l'eau potable et l'irrigation. Le taux de remplissage des barrages de la région est tombé entre 16% et 17%. EN septembre prochain, il sera de 13% environ. Les deux principaux barrages sont Hansali avec une réserve disponible de 172 millions de m3, et Al Massira, avec une réserve actuelle de 400 Mm3. Al Massira fournit en eau potable les provinces et villes de Casablanca, Settat, Berrechid, Sidi Bennour et El Jadida, ce qui nécessite 250 Mm3 par an. S'il ne pleut pas en automne et en hiver prochains, il n'y aura pas d'eau pour irriguer la betterave à sucre, qui couvre 40% de la production nationale.

A raison, Saïd Ahmidouch a relevé à plusieurs reprises le fait que l'approvisionnement des habitants de la région en produits alimentaires n'a pas subi la moindre perturbation, qu'il n'y pas eu de pénuries.

Le ministère de l'Agriculture prépare l'Aïd Al Adha: 700.000 têtes de bétail seront marquées. 

Et demain?

Multipliez ces problèmes par trois ou quatre et vous aurez une petite idée de la situation au Maroc. L'avenir appartiendra à la capacité de mobiliser les énergies, de maintenir la confiance, de faire preuve d'initiative, de créer un cadre favorable à l'intelligence collective.
Cela étant dit, on parlera beaucoup dans les prochains mois de redémarrage, de financements et surtout d'informel, de pertes d'emplois, de conflits de travail et de couverture santé.
On attend avec intérêt les prochaines réunions du CVE régional.

Emplois, activités, santé, impact Covid: Casa Settat réunit son premier CVE

Le 07 juin 2020 à13:38

Modifié le 07 juin 2020 à 22:26

ROUND UP. Le Comité de veille économique de la région de Casablanca-Settat est opérationnel. Sa première réunion a déroulé l'étendue des problèmes économiques et par ricochet, sociaux. La tâche sera rude.

"Le plus important maintenant, c'est l'avenir", rappelle Saïd Ahmidouch, wali de la région Casablanca-Settat. Le Roi Mohammed VI a décidé la création de CVE (comités de veille économique) régionaux, à l'instar du CVE national qui se réunit régulièrement à Rabat. La première réunion du CVE de Casablanca-Settat s'est tenue le mercredi 3 juin au siège de la wilaya de Casablanca.

Comme toute première réunion, celle-ci a concerné le diagnostic. Comme on le devine, il est préoccupant. Après le diagnostic, il faudra mobiliser les acteurs économiques et les responsables. Il faut aussi orienter le travail du CVE régional vers ce qui est spécifique ou vers ce qui est original. Et scruter de près comment la situation économique et sociale évolue. Ce n'est pas facile: à écouter les chiffres et à entendre les demandes qui se ressemblent, l'on se rend compte à quel point il faut une grande force de caractère pour aller de l'avant.

Ce fut un torrent de mots : nombre de cas, pandémie, emplois, chômage, secteur informel, crise, fournisseurs, clients, paiement, banques, crédits, argent, financement, démarrage, production, approvisionnement, revenus, inquiétude, fermetures etc... Ce fut le plat de résistance de cette première réunion de ce CVE régional, qui a vu la participation de plusieurs ministères concernés, du président de la CGEM, du président de la région, du maire de la ville, des gouverneurs de toutes les provinces (par visioconférence) et des opérateurs à travers le CRT ou les différentes chambres professionnelles.

Microcosme

Casablanca et sa région sont le microcosme du Maroc. Alors, si vous voulez avoir une idée du choc subi par le pays, voici les points essentiels d'un instantané qui a été exposé pendant plus de deux heures, ce mercredi 3 juin.

>Santé: une capacité litière d'hospitalisation (public et privé) inexploitée à 85%.

Au mercredi 3 juin, 361 lits d'hospitalisation étaient occupés, sur un total mobilisé de 2.344 lits (dont le privé, la CNSS et des hôtels). La Santé publique se retrouve aujourd'hui avec une capacité dédiée au Covid-19 ou pouvant l'être, de 1.494 lits. Des automatismes se sont créés, des procédures ont été définies. Il y a donc des acquis.
Pour l'avenir, le ministère compte réaliser 2.000 tests de dépistage par jour notamment dans le secteur professionnel.

>Economie: Près du tiers du PIB national (31,9% en 2017), des centaines de milliers d'emplois menacés.

Dans le domaine industriel, le poids de la région est écrasant: 59% du chiffre d'affaire national, 43,5% des exportations, 58% de la production, 60% des investissements et 307.000 emplois dans l'industrie (source: délégation régionale du ministère du commerce et de l'industrie). Le Covid-19 a constitué une opportunité pour plusieurs dizaines d'entreprises (chiffre anecdotique au regard de l'ensemble), dans la production de masques, visières, produits d'hygiène,..
L'impact sur l'activité industrielle et commerciale de la région est dramatique: 50% des entreprises ont vu leur chiffre d'affaires baisser de plus de 70%. Pour 20% des entreprises, la baisse s'est située entre 50% et 70%. En d'autres termes, 70% des entreprises ont perdu plus de la moitié de leur chiffre d'affaires.
L'impact sur l'emploi est majeur, jusqu'à 85% de suppression d'emplois:

*Industries du Textile et de l'Habillement:

-Baisse du CA est de 55,11%.

-Baisse de l’emploi de 71,33%.

*Industries Chimie et  Parachimie:

 -Baisse du CA de 39,16%.

 -Baisse de l’emploi de 42%.

*Industries de l'Agroalimentaire:

-Baisse du CA est de 30,85%.

-Baisse de l’emploi de 30,27%.

*Industries de des Matériaux de Construction:

 -Baisse du CA de 40,51 %.

 -Baisse de l’emploi de 48,64%.

*Industries de  l’Automobile:

-Baisse du CA est de 50,17%

-Baisse de l’emploi de 59,84%.

*Industries du cuir:

-Baisse du CA est de 55%.

-Baisse de l’emploi de 85%.

*Industries de l’Électricité, de l’Électronique:

-Baisse du CA est de 37,74%.

-Baisse de l’emploi de 53,49%.

*Industries Métallurgiques Mécaniques et Électromécaniques

-Baisse du CA est de 31,25%.

-Baisse de l’emploi de 55,71%.

*Industries Aéronautiques et Spatiales:

-Baisse du CA est de 24,76%.

-Baisse de l’emploi de 46,90%.

Dans le domaine économique global, et pas seulement l'industrie, l'impact du Covid-19 sur la région est visible à travers deux chiffres: en mars-avril 2020 (vs mars-avril 2019), les exportations ont baissé de 58% au niveau du port et de 65% au niveau de l'aéroport.

>Tourisme: Les chiffres donnent le tournis.
1.100 entreprises touristiques ont fermé, chiffre qui comprend les agents de voyages, le transport touristique, l'artisanat traditionnel, les hôtels, la restauration touristique, la location de voitures...

Le cri d'alarme est partagé par la déléguée du ministère et par le représentant des opérateurs Saïd Mouhid, directeur général du CRT.
En gros, avec du travail et de l'intelligence, Casablanca pourrait atteindre... 50% de son objectif de 2020.

Ce dernier explique que Casablanca est une destination de tourisme d'affaires, positionnement dans lequel la qualité prime. La qualité et la compétitivité, c'est l'outil de production qu'il faut restaurer et préserver de la faillite ainsi que les ressources humaines qu'il faut pouvoir garder. 75% des touristes viennent de l'étranger (essentiellement par l'aéroport), le secteur est très concurrentiel et l'c=activité se décide jusqu'à deux ans à l'avance. C'est dire que le brouillard actuel n'est pas très encourageant.

>Artisanat traditionnel: 17,5% des emplois et 25% des entreprises de ce secteur sont situés dans la région de Casablanca-Settat.

Les entreprises et les coopératives sont en arrêt total, alors que le secteur est à la veille de la saison estivale, celle du marché des RME. Les artisans, surtout de petite taille, ont du mal à s'approvisionner en matières premières et également à accéder aux plateformes numériques de commercialisation.

>Agriculture, sécheresse, eau potable, irrigation.
Casablanca-Settat a une image dominée par celle de métropole industrielle.

Dans le domaine agricole, son poids est pourtant frappant: 45% de la production nationale des viandes blanches, 18% de celle des viandes rouges, 15% des légumes et primeurs, 24% du lait, 40% de la betterave sucrière...
Ce secteur est très affecté par la sécheresse. 190 MDH d'aides ont été distribuées à 1.850 agriculteurs. Près de 43.000 agriculteurs seront indemnisés dans le cadre de l'assurance agricole et recevront 200 MDH pour 280 MDH de capital assuré.

La sécheresse impacte également l'eau potable et l'irrigation. Le taux de remplissage des barrages de la région est tombé entre 16% et 17%. EN septembre prochain, il sera de 13% environ. Les deux principaux barrages sont Hansali avec une réserve disponible de 172 millions de m3, et Al Massira, avec une réserve actuelle de 400 Mm3. Al Massira fournit en eau potable les provinces et villes de Casablanca, Settat, Berrechid, Sidi Bennour et El Jadida, ce qui nécessite 250 Mm3 par an. S'il ne pleut pas en automne et en hiver prochains, il n'y aura pas d'eau pour irriguer la betterave à sucre, qui couvre 40% de la production nationale.

A raison, Saïd Ahmidouch a relevé à plusieurs reprises le fait que l'approvisionnement des habitants de la région en produits alimentaires n'a pas subi la moindre perturbation, qu'il n'y pas eu de pénuries.

Le ministère de l'Agriculture prépare l'Aïd Al Adha: 700.000 têtes de bétail seront marquées. 

Et demain?

Multipliez ces problèmes par trois ou quatre et vous aurez une petite idée de la situation au Maroc. L'avenir appartiendra à la capacité de mobiliser les énergies, de maintenir la confiance, de faire preuve d'initiative, de créer un cadre favorable à l'intelligence collective.
Cela étant dit, on parlera beaucoup dans les prochains mois de redémarrage, de financements et surtout d'informel, de pertes d'emplois, de conflits de travail et de couverture santé.
On attend avec intérêt les prochaines réunions du CVE régional.

A lire aussi


Communication financière

SONASID : Effets de la crise sanitaire sur les résultats du 1er semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.