Emplois, PIB agricole, export, couches moyennes: l'essentiel de Génération Green

Génération Green, voilà donc comment le Roi a baptisé la nouvelle stratégie agricole. Celle-ci succède au Plan Maroc Vert 2008-2019. Génération Green sera la stratégie des années 2020-2030. Elle est très ambitieuse. Voici ses principaux objectifs et axes, tels qu'ils ont été exposés devant le Roi le jeudi 13 février 2020.

Emplois, PIB agricole, export, couches moyennes: l'essentiel de Génération Green

Le 16 février 2020 à 14:36

Modifié le 20 février 2020 à 08:57

L'appellation déjà est significative. Elle montre que le Maroc n'est plus dans l'optique productiviste de Maroc Vert mais dans une stratégie centrée sur l'humain. Génération, c'est "Jil", en langue arabe, c'est l'être humain qui est placé au centre.

L'être humain, entre autres à travers le discours du Roi du 12 octobre 2018, à la rentrée parlementaire où le Souverain a évoqué la couche moyenne agricole. L'être humain, également à travers les jeunes et à travers les initiatives entrepreneuriales.

Maroc Vert avait permis en 11 années, de doubler le PIB agricole et de multiplier les exportations par 2,4. Avec Génération Green, le PIB agricole doublerait de nouveau d'ici 2030, passant donc à 200-250 milliards de DH. Un quadruplement en une vingtaine d'années.

Parmi les autres objectifs de la nouvelle stratégie, gagner 50% de rendement supplémentaire. Et doubler encore les exportations agricoles qui passeraient à 50-60 milliards de DH.

70% de la production en 2030 serait valorisée. Valoriser signifie transformer et donc gagner en valeur ajoutée. A ce titre, les contrats- programmes seront au rendez-vous, dont celui déjà signé, des industries agro-alimentaires.

100.000 hectares supplémentaires seront consacrés aux cultures bio, dans le cadre de l'encouragement aux filières à haut rendement.

Maroc Vert a réussi une forte hausse des productions agricoles. Mais il n'a jamais pu restructurer les circuits de distribution. Ceux-ci restent opaques, entre les communes, les commerçants, les transporteurs, les souks... De sorte que la commercialisation reste plus rentable que la production, une aberration.

Cette fois-ci, les circuits seront réformés, en partenariat entre les deux principaux acteurs: le ministère de l'Agriculture et le ministère de l'Intérieur. En ligne de mire, notamment les abattoirs (120 agréments de nouveaux abattoirs seront délivrés), 12 marchés de gros ainsi que des souks seront modernisés. Les contrôles sanitaires seront doublés, promet la stratégie présentée par le ministre de l'Agriculture le jeudi 13 février au Roi.

Ces différents éléments, cités ici très sommairement, vont permettre de faire accéder 350.000 à 400.00 ménages au statut de classe moyenne tel que défini par le HCP (3.800 DH de revenus mensuels en milieu rural). 690.000 ménages seront en outre stabilisés dans les classes moyennes après avoir été flottants. Enfin, 350.000 emplois seront créés, dont une grande partie pour les jeunes et les entrepreneurs, évalués à 180.000. Cette stratégie nécessite un financement budgétaire additionnel évalué à +2,5% de hausse annuelle, base 2020.

Le Maroc aura progressivement une agriculture plus résiliente, plus efficiente, avec un doublement de l'efficacité hydrique et une meilleure conservation des sols.

Sur le plan humain, 350.000 à 400.000 ménages verront une amélioration volontariste de leurs revenus grâce à des incitations élargies et ciblées, sans plus de précisions pour le moment. L'assurance agricole sera élargie pour couvrir 2,5 millions d'hectares.

Actuellement, seuls 1,8 million d'agriculteurs sont couverts par la protection sociale. Akhannouch estime que la mise en place du statut d'exploitant agricole ouvrira droit à la protection sociale pour 950.000 agriculteurs supplémentaires et leurs familles. La mobilisation des professionnels dans l'objectif de déclarer davantage d'ouvriers agricoles devrait rajouter 500.000 agriculteurs supplémentaires. En gros, en 2030, on sera passé de 1,8 à 3,25 millions d'agriculteurs et leurs familles, soit 80% du total.

Au moins 1 million d'hectares de terres collectives seront mis à la disposition des entrepreneurs, jeunes ou investisseurs, avec des mesures incitatives, pour créer de la valeur et des emplois. 150.000 jeunes seront formés en 10 ans dans le cadre de la nouvelle stratégie de formation professionnelle.

Dans le cadre de l'amélioration des revenus, Akhannouch table également sur une réduction de l'écart entre le Smig et le Smag (salaire minimum agricole garanti).

Emplois, PIB agricole, export, couches moyennes: l'essentiel de Génération Green

Le 16 février 2020 à19:39

Modifié le 20 février 2020 à 08:57

Génération Green, voilà donc comment le Roi a baptisé la nouvelle stratégie agricole. Celle-ci succède au Plan Maroc Vert 2008-2019. Génération Green sera la stratégie des années 2020-2030. Elle est très ambitieuse. Voici ses principaux objectifs et axes, tels qu'ils ont été exposés devant le Roi le jeudi 13 février 2020.

L'appellation déjà est significative. Elle montre que le Maroc n'est plus dans l'optique productiviste de Maroc Vert mais dans une stratégie centrée sur l'humain. Génération, c'est "Jil", en langue arabe, c'est l'être humain qui est placé au centre.

L'être humain, entre autres à travers le discours du Roi du 12 octobre 2018, à la rentrée parlementaire où le Souverain a évoqué la couche moyenne agricole. L'être humain, également à travers les jeunes et à travers les initiatives entrepreneuriales.

Maroc Vert avait permis en 11 années, de doubler le PIB agricole et de multiplier les exportations par 2,4. Avec Génération Green, le PIB agricole doublerait de nouveau d'ici 2030, passant donc à 200-250 milliards de DH. Un quadruplement en une vingtaine d'années.

Parmi les autres objectifs de la nouvelle stratégie, gagner 50% de rendement supplémentaire. Et doubler encore les exportations agricoles qui passeraient à 50-60 milliards de DH.

70% de la production en 2030 serait valorisée. Valoriser signifie transformer et donc gagner en valeur ajoutée. A ce titre, les contrats- programmes seront au rendez-vous, dont celui déjà signé, des industries agro-alimentaires.

100.000 hectares supplémentaires seront consacrés aux cultures bio, dans le cadre de l'encouragement aux filières à haut rendement.

Maroc Vert a réussi une forte hausse des productions agricoles. Mais il n'a jamais pu restructurer les circuits de distribution. Ceux-ci restent opaques, entre les communes, les commerçants, les transporteurs, les souks... De sorte que la commercialisation reste plus rentable que la production, une aberration.

Cette fois-ci, les circuits seront réformés, en partenariat entre les deux principaux acteurs: le ministère de l'Agriculture et le ministère de l'Intérieur. En ligne de mire, notamment les abattoirs (120 agréments de nouveaux abattoirs seront délivrés), 12 marchés de gros ainsi que des souks seront modernisés. Les contrôles sanitaires seront doublés, promet la stratégie présentée par le ministre de l'Agriculture le jeudi 13 février au Roi.

Ces différents éléments, cités ici très sommairement, vont permettre de faire accéder 350.000 à 400.00 ménages au statut de classe moyenne tel que défini par le HCP (3.800 DH de revenus mensuels en milieu rural). 690.000 ménages seront en outre stabilisés dans les classes moyennes après avoir été flottants. Enfin, 350.000 emplois seront créés, dont une grande partie pour les jeunes et les entrepreneurs, évalués à 180.000. Cette stratégie nécessite un financement budgétaire additionnel évalué à +2,5% de hausse annuelle, base 2020.

Le Maroc aura progressivement une agriculture plus résiliente, plus efficiente, avec un doublement de l'efficacité hydrique et une meilleure conservation des sols.

Sur le plan humain, 350.000 à 400.000 ménages verront une amélioration volontariste de leurs revenus grâce à des incitations élargies et ciblées, sans plus de précisions pour le moment. L'assurance agricole sera élargie pour couvrir 2,5 millions d'hectares.

Actuellement, seuls 1,8 million d'agriculteurs sont couverts par la protection sociale. Akhannouch estime que la mise en place du statut d'exploitant agricole ouvrira droit à la protection sociale pour 950.000 agriculteurs supplémentaires et leurs familles. La mobilisation des professionnels dans l'objectif de déclarer davantage d'ouvriers agricoles devrait rajouter 500.000 agriculteurs supplémentaires. En gros, en 2030, on sera passé de 1,8 à 3,25 millions d'agriculteurs et leurs familles, soit 80% du total.

Au moins 1 million d'hectares de terres collectives seront mis à la disposition des entrepreneurs, jeunes ou investisseurs, avec des mesures incitatives, pour créer de la valeur et des emplois. 150.000 jeunes seront formés en 10 ans dans le cadre de la nouvelle stratégie de formation professionnelle.

Dans le cadre de l'amélioration des revenus, Akhannouch table également sur une réduction de l'écart entre le Smig et le Smag (salaire minimum agricole garanti).

A lire aussi


0-3

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.