En 2040, le cancer du poumon sera le 1er cancer en termes de mortalité au Maroc

Les cancers ont représenté la 2e cause de décès en 2017, au Maroc, en Tunisie et en Algérie. Le cancer pulmonaire a été le premier cancer en termes de mortalité, suivi par le cancer colorectal en Tunisie et le cancer du sein en Algérie et au Maroc. Ces trois cancers resteront en 2040 les plus importants en terme de taux de mortalité avec le cancer pulmonaire en tête de liste en Tunisie et au Maroc.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/05-02-2020/hopitalpixabay0.jpg-oui
En 2040, le cancer du poumon sera le 1er cancer en termes de mortalité au Maroc Source photo: Pixabay

Le 05 février 2020 à 15:20

Modifié le 20 février 2020 à 21:36

C’est en tous les cas ce qui ressort d’une récente étude réalisée par des médecins des trois pays du Maghreb central, intitulée: "Les cancers au Maghreb central: épidémiologie de 1990 à 2017 et tendance en 2040". L’objectif est de décrire l’épidémiologie des cancers en terme de charge globale de morbidité, d’incidence, de prévalence et de typologie au Maroc, en Algérie et en Tunisie, de l’année 1990 à 2017, ainsi que leurs tendances de 2017 à 2040.

L’étude s'appuie sur les données de la base "Global Burden of Disease" (GBD), qui a été élaborée par l’"Institute of Health Metrics and Evaluation" (IHME). Il s'agit d'un centre indépendant de recherche rattaché à l’université de Washington.

Les résultats dévoilés montrent, globalement, que les cancers, tous types confondus, constituent la deuxième cause de mortalité à l’échelle mondiale, après les maladies cardiovasculaires. Ils constituent une vraie urgence de santé publique, du fait que leur responsabilité du décès de 8,8 millions de personnes en 2015. Ce chiffre est passé à 9,6 millions en 2018, dont 70% sont survenus dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Taux de mortalité spécifique par cancer: 69,03 au Maroc en 2017

En 2017 et dans les trois pays du Maghreb central, les cancers ont représenté la deuxième cause de décès après les maladies cardiovasculaires, qui dominaient les causes de décès depuis 1990.

Par rapport à l’année 1990, la position des cancers dans le palmarès de la mortalité, a progressé d’une place en Tunisie et de deux places au Maroc et en Algérie.

En 2017, le taux de mortalité spécifique par cancer (par 100.000 habitants) a été de 82,23 en Tunisie, de 69,05 au Maroc et de 69,03 en Algérie, soit un taux de mortalité spécifique global au Maghreb central de 69,03.

Le cancer pulmonaire est le plus mortel

En 2017, dans les trois pays évalués, le cancer pulmonaire a été le premier cancer en terme de mortalité, chez les deux sexes et indépendamment de l’âge, suivi par le cancer colorectal en Tunisie et le cancer du sein en Algérie et au Maroc.

Le cancer de l’estomac a occupé la quatrième position dans la typologie des cancers en Tunisie, la cinquième position en Algérie et la sixième position au Maroc.

Toutefois, chez les hommes, tous âges confondus, le cancer du poumon a été le premier cancer, en terme de mortalité, dans les trois pays en 2017, suivi par le cancer colorectal en Tunisie et en Algérie et du cancer de la prostate au Maroc.

Chez les femmes durant la même année, le cancer du sein a été le premier cancer dans les trois pays en terme de mortalité, suivi du cancer colorectal. Le cancer du col de l’utérus a occupé la troisième position au Maroc, la cinquième position en Algérie et la dixième position en Tunisie.

En outre, chez les personnes de moins de 20 ans, le cancer du système nerveux central a constitué la deuxième cause des décès au Maroc et en Algérie, et la troisième en Tunisie.

Evolution des cancers au Maroc entre 1990 et 2017

Au Maroc, entre 1990 et 2017, le cancer du pancréas a connu l’augmentation la plus élevée de position dans la classification des cancers, chez les deux sexes et indépendamment de l’âge, relativement au taux de mortalité.

Deux autres cancers ont connu un recul important dans le palmarès de cancer au Maroc, au cours de cette période. Il s'agit du lymphome Hodgkin et des leucémies lymphoïdes aigües.

Chez les hommes, le cancer du poumon a été le cancer le plus dominant au Maroc. Relativement au taux de décès, trois cancers ont enregistré la progression la plus importante de 1990 à 2017: les cancers colorectaux, les cancers du pancréas, et le cancer du rein.

Chez les femmes marocaines, c'est le cancer du sein qui a toujours été le premier cancer féminin. Les cancers qui ont connu la diminution la plus importante de leur position sont le cancer du nasopharynx et le cancer du larynx.

Quant aux personnes de moins de 20 ans, le cancer du sein a enregistré une grande augmentation en terme de taux de décès.

Vers l'augmentation des myélomes au Maroc en 2040

Selon l'étude, les trois cancers les plus importants en terme de taux de mortalité resteront le cancer du poumon, le cancer du sein et le cancer colorectal dans les trois pays du Maghreb central, en 2040.

D’après les prévisions de l’IHME, le cancer du poumon sera le premier cancer en Tunisie et au Maroc en 2040. Le cancer colorectal occupera la première position en Algérie, la deuxième position en Tunisie et la troisième position au Maroc.

Le cancer du sein sera classé deuxième au Maroc et troisième aussi bien en Tunisie qu’en Algérie.

L’IHME prévoit également que le Maghreb central connaîtra, à l’horizon 2040, des augmentations importantes des taux de mortalité spécifiques aux cancers du rein en Tunisie, du cancer de l’utérus en Algérie, et des myélomes au Maroc.

Les cancers qui connaîtront les diminutions les plus importantes de leur mortalité d’ici 2040 seront essentiellement le cancer cervical en Tunisie et le cancer du larynx aussi bien en Algérie qu’au Maroc.

Les cancers sont liés aux habitudes de vie

Selon les auteurs de cette étude, plusieurs facteurs associés aux cancers, tels que le vieillissement de la population, le changement du mode de vie (tabagisme, consommation d’alcool, occidentalisation du régime alimentaire et manque d’activité physique), sont assez répandus, particulièrement au Maghreb Central.

D'après ce rapport, le cancer du poumon, le cancer du sein et les cancers colorectaux sont en relation étroite essentiellement avec des facteurs de risque liés aux habitudes de vie.

Pour le cancer du poumon, le tabagisme est le principal facteur incriminé. Il constitue donc la principale cause évitable de décès, puisqu'il est responsable de 30% de tous les décès par cancer et de 80% des décès par cancer du poumon. Il est aussi associé à un risque accru d’au moins 17 types de cancers.

Pour ce qui est du cancer du sein, plusieurs facteurs peuvent intervenir, à savoir: les facteurs socioéconomiques (un niveau socioéconomique élevé), hormonaux (l’utilisation d’un traitement hormonal ménopausique) et génétiques.

Ce cancer est également lié à d’autres facteurs liés aux habitudes de vie, tels que l’âge avancé de la première grossesse, le tabagisme, l’alcool, l’obésité, le manque d’activité physique et l’absence d’allaitement maternel.

Pour les cancers colorectaux, outre le tabac qui constitue un facteur de risque, d’autres facteurs liés au mode de vie sont incriminés. Les trois pays du Maghreb Central partagent certaines habitudes et régimes alimentaires. Cette alimentation subit de nos jours une transition, se caractérisant par un régime diététique de type occidental associant viande rouge, charcuterie, céréales raffinées, sel, sucre et pâtes. 

Lire aussi: Etude: Bond de 81% des cas de cancers dans les pays pauvres d'ici à 2040

Source photo: Pixabay

En 2040, le cancer du poumon sera le 1er cancer en termes de mortalité au Maroc

Le 05 février 2020 à17:25

Modifié le 20 février 2020 à 21:36

Les cancers ont représenté la 2e cause de décès en 2017, au Maroc, en Tunisie et en Algérie. Le cancer pulmonaire a été le premier cancer en termes de mortalité, suivi par le cancer colorectal en Tunisie et le cancer du sein en Algérie et au Maroc. Ces trois cancers resteront en 2040 les plus importants en terme de taux de mortalité avec le cancer pulmonaire en tête de liste en Tunisie et au Maroc.

C’est en tous les cas ce qui ressort d’une récente étude réalisée par des médecins des trois pays du Maghreb central, intitulée: "Les cancers au Maghreb central: épidémiologie de 1990 à 2017 et tendance en 2040". L’objectif est de décrire l’épidémiologie des cancers en terme de charge globale de morbidité, d’incidence, de prévalence et de typologie au Maroc, en Algérie et en Tunisie, de l’année 1990 à 2017, ainsi que leurs tendances de 2017 à 2040.

L’étude s'appuie sur les données de la base "Global Burden of Disease" (GBD), qui a été élaborée par l’"Institute of Health Metrics and Evaluation" (IHME). Il s'agit d'un centre indépendant de recherche rattaché à l’université de Washington.

Les résultats dévoilés montrent, globalement, que les cancers, tous types confondus, constituent la deuxième cause de mortalité à l’échelle mondiale, après les maladies cardiovasculaires. Ils constituent une vraie urgence de santé publique, du fait que leur responsabilité du décès de 8,8 millions de personnes en 2015. Ce chiffre est passé à 9,6 millions en 2018, dont 70% sont survenus dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Taux de mortalité spécifique par cancer: 69,03 au Maroc en 2017

En 2017 et dans les trois pays du Maghreb central, les cancers ont représenté la deuxième cause de décès après les maladies cardiovasculaires, qui dominaient les causes de décès depuis 1990.

Par rapport à l’année 1990, la position des cancers dans le palmarès de la mortalité, a progressé d’une place en Tunisie et de deux places au Maroc et en Algérie.

En 2017, le taux de mortalité spécifique par cancer (par 100.000 habitants) a été de 82,23 en Tunisie, de 69,05 au Maroc et de 69,03 en Algérie, soit un taux de mortalité spécifique global au Maghreb central de 69,03.

Le cancer pulmonaire est le plus mortel

En 2017, dans les trois pays évalués, le cancer pulmonaire a été le premier cancer en terme de mortalité, chez les deux sexes et indépendamment de l’âge, suivi par le cancer colorectal en Tunisie et le cancer du sein en Algérie et au Maroc.

Le cancer de l’estomac a occupé la quatrième position dans la typologie des cancers en Tunisie, la cinquième position en Algérie et la sixième position au Maroc.

Toutefois, chez les hommes, tous âges confondus, le cancer du poumon a été le premier cancer, en terme de mortalité, dans les trois pays en 2017, suivi par le cancer colorectal en Tunisie et en Algérie et du cancer de la prostate au Maroc.

Chez les femmes durant la même année, le cancer du sein a été le premier cancer dans les trois pays en terme de mortalité, suivi du cancer colorectal. Le cancer du col de l’utérus a occupé la troisième position au Maroc, la cinquième position en Algérie et la dixième position en Tunisie.

En outre, chez les personnes de moins de 20 ans, le cancer du système nerveux central a constitué la deuxième cause des décès au Maroc et en Algérie, et la troisième en Tunisie.

Evolution des cancers au Maroc entre 1990 et 2017

Au Maroc, entre 1990 et 2017, le cancer du pancréas a connu l’augmentation la plus élevée de position dans la classification des cancers, chez les deux sexes et indépendamment de l’âge, relativement au taux de mortalité.

Deux autres cancers ont connu un recul important dans le palmarès de cancer au Maroc, au cours de cette période. Il s'agit du lymphome Hodgkin et des leucémies lymphoïdes aigües.

Chez les hommes, le cancer du poumon a été le cancer le plus dominant au Maroc. Relativement au taux de décès, trois cancers ont enregistré la progression la plus importante de 1990 à 2017: les cancers colorectaux, les cancers du pancréas, et le cancer du rein.

Chez les femmes marocaines, c'est le cancer du sein qui a toujours été le premier cancer féminin. Les cancers qui ont connu la diminution la plus importante de leur position sont le cancer du nasopharynx et le cancer du larynx.

Quant aux personnes de moins de 20 ans, le cancer du sein a enregistré une grande augmentation en terme de taux de décès.

Vers l'augmentation des myélomes au Maroc en 2040

Selon l'étude, les trois cancers les plus importants en terme de taux de mortalité resteront le cancer du poumon, le cancer du sein et le cancer colorectal dans les trois pays du Maghreb central, en 2040.

D’après les prévisions de l’IHME, le cancer du poumon sera le premier cancer en Tunisie et au Maroc en 2040. Le cancer colorectal occupera la première position en Algérie, la deuxième position en Tunisie et la troisième position au Maroc.

Le cancer du sein sera classé deuxième au Maroc et troisième aussi bien en Tunisie qu’en Algérie.

L’IHME prévoit également que le Maghreb central connaîtra, à l’horizon 2040, des augmentations importantes des taux de mortalité spécifiques aux cancers du rein en Tunisie, du cancer de l’utérus en Algérie, et des myélomes au Maroc.

Les cancers qui connaîtront les diminutions les plus importantes de leur mortalité d’ici 2040 seront essentiellement le cancer cervical en Tunisie et le cancer du larynx aussi bien en Algérie qu’au Maroc.

Les cancers sont liés aux habitudes de vie

Selon les auteurs de cette étude, plusieurs facteurs associés aux cancers, tels que le vieillissement de la population, le changement du mode de vie (tabagisme, consommation d’alcool, occidentalisation du régime alimentaire et manque d’activité physique), sont assez répandus, particulièrement au Maghreb Central.

D'après ce rapport, le cancer du poumon, le cancer du sein et les cancers colorectaux sont en relation étroite essentiellement avec des facteurs de risque liés aux habitudes de vie.

Pour le cancer du poumon, le tabagisme est le principal facteur incriminé. Il constitue donc la principale cause évitable de décès, puisqu'il est responsable de 30% de tous les décès par cancer et de 80% des décès par cancer du poumon. Il est aussi associé à un risque accru d’au moins 17 types de cancers.

Pour ce qui est du cancer du sein, plusieurs facteurs peuvent intervenir, à savoir: les facteurs socioéconomiques (un niveau socioéconomique élevé), hormonaux (l’utilisation d’un traitement hormonal ménopausique) et génétiques.

Ce cancer est également lié à d’autres facteurs liés aux habitudes de vie, tels que l’âge avancé de la première grossesse, le tabagisme, l’alcool, l’obésité, le manque d’activité physique et l’absence d’allaitement maternel.

Pour les cancers colorectaux, outre le tabac qui constitue un facteur de risque, d’autres facteurs liés au mode de vie sont incriminés. Les trois pays du Maghreb Central partagent certaines habitudes et régimes alimentaires. Cette alimentation subit de nos jours une transition, se caractérisant par un régime diététique de type occidental associant viande rouge, charcuterie, céréales raffinées, sel, sucre et pâtes. 

Lire aussi: Etude: Bond de 81% des cas de cancers dans les pays pauvres d'ici à 2040

A lire aussi


Communication financière

LafargeHolcim Maroc : Communication semestrielle 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.