Enquête sur l’agression présumée d'un humoriste par un policier (DGSN)

En plus de l'enquête judiciaire menée sous la supervision des autorités judiciaires compétentes, l'inspection générale de la sûreté nationale a lancé une enquête administrative parallèle pour déterminer les dépassements professionnels attribués au policier.

Enquête sur l’agression présumée d'un humoriste par un policier (DGSN)

Le 18 mai 2019 à 19:27

Modifié le 19 mai 2019 à 01:01

Le service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca a diligenté, samedi 18 mai, une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent, au sujet des accusations attribuées à un policier exerçant à la préfecture de police de Casablanca, suite à la publication d'une vidéo sur Facebook, montrant un individu prétendant être victime d'une agression physique et verbale de la part du policier précité.

La victime présumée est l’humoriste marocain Amine Radi. Dans la vidéo tournée en live et diffusée massivement sur les réseaux sociaux, il « prétend qu'un policier au district de Sidi Bernoussi l'a insulté et l'agressé physiquement lors de son arrestation près du pont de Tit Mellil à Casablanca », ajoute le communiqué de la DGSN.



La vidéo a également montré des accrochages entre les deux parties après la tentative du diffuseur de la vidéo de filmer le visage du policier, précise la DGSN. 

En plus de l'enquête judiciaire menée sous la supervision des autorités judiciaires compétentes, l'inspection générale de la sûreté nationale a lancé une enquête administrative parallèle pour déterminer les dépassements professionnels attribués au policier, ainsi que les responsabilités et les mesures disciplinaires à la lumière des résultats des investigations, conclut le communiqué.

Dans un post Facebook publié ce samedi, l'humoriste affirme avoir porté plainte et remercie les agents de la DGSN pour leur professionnalisme et accueil.

 

(Avec MAP)

Enquête sur l’agression présumée d'un humoriste par un policier (DGSN)

Le 18 mai 2019 à20:02

Modifié le 19 mai 2019 à 01:01

En plus de l'enquête judiciaire menée sous la supervision des autorités judiciaires compétentes, l'inspection générale de la sûreté nationale a lancé une enquête administrative parallèle pour déterminer les dépassements professionnels attribués au policier.

Le service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca a diligenté, samedi 18 mai, une enquête judiciaire sous la supervision du parquet compétent, au sujet des accusations attribuées à un policier exerçant à la préfecture de police de Casablanca, suite à la publication d'une vidéo sur Facebook, montrant un individu prétendant être victime d'une agression physique et verbale de la part du policier précité.

La victime présumée est l’humoriste marocain Amine Radi. Dans la vidéo tournée en live et diffusée massivement sur les réseaux sociaux, il « prétend qu'un policier au district de Sidi Bernoussi l'a insulté et l'agressé physiquement lors de son arrestation près du pont de Tit Mellil à Casablanca », ajoute le communiqué de la DGSN.



La vidéo a également montré des accrochages entre les deux parties après la tentative du diffuseur de la vidéo de filmer le visage du policier, précise la DGSN. 

En plus de l'enquête judiciaire menée sous la supervision des autorités judiciaires compétentes, l'inspection générale de la sûreté nationale a lancé une enquête administrative parallèle pour déterminer les dépassements professionnels attribués au policier, ainsi que les responsabilités et les mesures disciplinaires à la lumière des résultats des investigations, conclut le communiqué.

Dans un post Facebook publié ce samedi, l'humoriste affirme avoir porté plainte et remercie les agents de la DGSN pour leur professionnalisme et accueil.

 

(Avec MAP)

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.