Entreprises: Marocaines militantes pour la présence féminine dans la gouvernance

Le CFA (Club des Femmes Administrateurs d’Entreprises) a tenu ce mardi 10 mars 2020, un point de presse dans les locaux de la Bourse de Casablanca, à l’occasion de l’événement « Ring The Bell for Gender Equality », pour revenir sur les enjeux de la présence des femmes dans les organes de gouvernance et l’action de CFA dans ce cadre.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/10-03-2020/CFAphotodefamille0.jpg-oui
Entreprises: Marocaines militantes pour la présence féminine dans la gouvernance Photo de famille à la Bourse de Casablanca à l'issue de la conférence de presse.

Le 10 mars 2020 à 13:41

Modifié le 10 mars 2020 à 16:11

Depuis sa fondation en mars 2012, le club milite en faveur d’une contribution renforcée des femmes au développement des entreprises au Maroc, dans le sillage de la stratégie de développement durable engagée par le Royaume.

Sachant qu’il est établi qu’un taux significatif de participation des femmes aux postes de responsabilité impacte la performance et la compétitivité des entreprises, l’action de CFA est particulièrement axée sur la promotion de la participation des femmes dans les conseils d’administration et de surveillance des entreprises des secteurs public et privé.

A ce jour, le CFA regroupe plus de 60 dirigeantes ou hauts cadres ayant déjà une expérience d’administrateur ou la formation et le parcours requis pour remplir une telle fonction. L’association est dotée d’un conseil d’administration qui s’appuie sur les travaux de commissions, en particulier celles de la formation et de l’accompagnement. Elle offre en outre à ses adhérentes un espace d’échanges et d’informations.

Depuis sa création, le CFA est membre du réseau international Women Corporate Directors (WCD) et vient de signer un partenariat avec The Boardroom Africa, un réseau panafricain.

Fort de ses compétences, le CFA estime avoir atteint aujourd’hui une phase de maturité qui lui permet d’aborder l’avenir avec enthousiasme et motivation pour contribuer, au mieux, à l’amélioration continue de la gouvernance des entreprises.

Comme l’affirme Amina Figuigui, sa présidente, « le CFA réunit des femmes qui ont fait leurs preuves dans des conseils et/ou occupent des niveaux élevés de responsabilité dans les secteurs tant public que privé. Elles sont toutes fortement animées par cette conviction qu’une présence significativement renforcée des femmes dans les organes de gouvernance est avant tout une question d’intérêt général et de performance économique ». 

Nezha Hayat, présidente de l’AMMC et co-fondatrice de CFA, a clos le point de presse en rappelant les mesures préconisées par l’AMMC pour renforcer la présence des femmes dans les organes de gouvernance des sociétés faisant appel public à l’épargne.

15% de femmes administrateurs dans les sociétés cotées

Les sociétés cotées comptent aujourd’hui 15% de femmes administrateurs selon les dernières statistiques de l’AMMC. Ce chiffre était de 7% en 2012, comme il ressort d’une étude menée par MAGG, IMA et ONU Femmes.

Si l’on se réfère à l’étude de la BAD de 2015 sur les Femmes dans les conseils en Afrique, le Maroc était 11ème sur les pays africains étudiés.  

En France, 43,7% de femmes dans  les  conseils d’administration

Selon  l’Observatoire  de  la gouvernance  des  sociétés  cotées  Ethics &  Boards, au 1er  mars  2019,  la  féminisation  des conseils  d’administration avait atteint en France 43,7  % pour  l’ensemble  des  sociétés  du  SBF  120  (parmi lesquelles  les  entreprises  du  CAC  40), ce qui fait de la France la Championne en termes de parité dans les conseils, devant  la Norvège, deuxième avec 40%.

En France, 75 % des femmes qui siègent dans les conseils sont des administrateurs indépendants contre 47,4 % des hommes (Rapport Agir pour la parité, Institut Montaigne, Juillet 2019).

Rappelons  qu’il y a  vingt  ans,  on  comptait  seulement environ 11 % de femmes dans  les  conseils d’administration des grandes entreprises françaises. 

On notera qu’en Europe, la Norvège, la France, la Belgique, l’Italie et l’Espagne ont adopté une réglementation contraignante pour encourager les entreprises à féminiser leurs conseils.

Dans le monde, 17,9 % des sièges des conseils d’administration sont occupés par des  femmes,  alors qu’une  entreprise sur cinq fonctionne avec  un conseil exclusivement masculin (Indice MSCI ACWI tous pays 2 694 sociétés).[JL1] 

Le lien entre mixité et performance est mesuré et quantifié

La corrélation positive entre le nombre de sièges occupés par les femmes au sein des conseils d’administration et la performance financière, non financière et boursière des entreprises est régulièrement démontrée:

-Dans les 53 entreprises africaines ayant le plus de femmes dans les conseils d’administration sur un échantillon de  210, la marge opérationnelle est en moyenne 20% supérieure à celle de la moyenne sectorielle (McKinsey, Women Matter time to accelerate, 2017).

-Sur 300 entreprises dans le monde, celles comptant le plus de femmes dans leur comité exécutif affichent un écart positif de rendement des capitaux propres de 47  % et une proportion supérieure de 55 % des résultats d’exploitation, par rapport à celles qui n’en comptent aucune (Mc Kinsey,  Women Matter time to accelerate, 2017).

-Le rendement sur fonds propres est de 15,2% pour les sociétés qui comptent au moins une femme  dans leur conseil, contre 11% pour celles qui n’en comptent pas (The CS Gender 3000: The Reward for Change, Crédit  Suisse, 2018).

-Le rapport du FMI de 2016, étudiant le lien entre diversité des sexes et performance financière dans deux millions d’entreprises en Europe, a établi un lien positif entre rendement des actifs, performance des entreprises et proportion de femmes occupant des postes à responsabilité.

Les agences de notation et les fonds d’investissement valorisent la parité

Les agences de notation, telles que Moody’s, incluent la parité dans les conseils parmi leurs critères pour évaluer le risque de gouvernance des compagnies non financières. Quand une entreprise affiche un taux de diversité inférieur à 30%, elle s'écarte de ses normes globalesy (les sociétés les mieux notées comptent le plus de femmes parmi le top management) (Écho.BE 2 mars 2020).

Photo de famille à la Bourse de Casablanca à l'issue de la conférence de presse.

Entreprises: Marocaines militantes pour la présence féminine dans la gouvernance

Le 10 mars 2020 à15:09

Modifié le 10 mars 2020 à 16:11

Le CFA (Club des Femmes Administrateurs d’Entreprises) a tenu ce mardi 10 mars 2020, un point de presse dans les locaux de la Bourse de Casablanca, à l’occasion de l’événement « Ring The Bell for Gender Equality », pour revenir sur les enjeux de la présence des femmes dans les organes de gouvernance et l’action de CFA dans ce cadre.

Depuis sa fondation en mars 2012, le club milite en faveur d’une contribution renforcée des femmes au développement des entreprises au Maroc, dans le sillage de la stratégie de développement durable engagée par le Royaume.

Sachant qu’il est établi qu’un taux significatif de participation des femmes aux postes de responsabilité impacte la performance et la compétitivité des entreprises, l’action de CFA est particulièrement axée sur la promotion de la participation des femmes dans les conseils d’administration et de surveillance des entreprises des secteurs public et privé.

A ce jour, le CFA regroupe plus de 60 dirigeantes ou hauts cadres ayant déjà une expérience d’administrateur ou la formation et le parcours requis pour remplir une telle fonction. L’association est dotée d’un conseil d’administration qui s’appuie sur les travaux de commissions, en particulier celles de la formation et de l’accompagnement. Elle offre en outre à ses adhérentes un espace d’échanges et d’informations.

Depuis sa création, le CFA est membre du réseau international Women Corporate Directors (WCD) et vient de signer un partenariat avec The Boardroom Africa, un réseau panafricain.

Fort de ses compétences, le CFA estime avoir atteint aujourd’hui une phase de maturité qui lui permet d’aborder l’avenir avec enthousiasme et motivation pour contribuer, au mieux, à l’amélioration continue de la gouvernance des entreprises.

Comme l’affirme Amina Figuigui, sa présidente, « le CFA réunit des femmes qui ont fait leurs preuves dans des conseils et/ou occupent des niveaux élevés de responsabilité dans les secteurs tant public que privé. Elles sont toutes fortement animées par cette conviction qu’une présence significativement renforcée des femmes dans les organes de gouvernance est avant tout une question d’intérêt général et de performance économique ». 

Nezha Hayat, présidente de l’AMMC et co-fondatrice de CFA, a clos le point de presse en rappelant les mesures préconisées par l’AMMC pour renforcer la présence des femmes dans les organes de gouvernance des sociétés faisant appel public à l’épargne.

15% de femmes administrateurs dans les sociétés cotées

Les sociétés cotées comptent aujourd’hui 15% de femmes administrateurs selon les dernières statistiques de l’AMMC. Ce chiffre était de 7% en 2012, comme il ressort d’une étude menée par MAGG, IMA et ONU Femmes.

Si l’on se réfère à l’étude de la BAD de 2015 sur les Femmes dans les conseils en Afrique, le Maroc était 11ème sur les pays africains étudiés.  

En France, 43,7% de femmes dans  les  conseils d’administration

Selon  l’Observatoire  de  la gouvernance  des  sociétés  cotées  Ethics &  Boards, au 1er  mars  2019,  la  féminisation  des conseils  d’administration avait atteint en France 43,7  % pour  l’ensemble  des  sociétés  du  SBF  120  (parmi lesquelles  les  entreprises  du  CAC  40), ce qui fait de la France la Championne en termes de parité dans les conseils, devant  la Norvège, deuxième avec 40%.

En France, 75 % des femmes qui siègent dans les conseils sont des administrateurs indépendants contre 47,4 % des hommes (Rapport Agir pour la parité, Institut Montaigne, Juillet 2019).

Rappelons  qu’il y a  vingt  ans,  on  comptait  seulement environ 11 % de femmes dans  les  conseils d’administration des grandes entreprises françaises. 

On notera qu’en Europe, la Norvège, la France, la Belgique, l’Italie et l’Espagne ont adopté une réglementation contraignante pour encourager les entreprises à féminiser leurs conseils.

Dans le monde, 17,9 % des sièges des conseils d’administration sont occupés par des  femmes,  alors qu’une  entreprise sur cinq fonctionne avec  un conseil exclusivement masculin (Indice MSCI ACWI tous pays 2 694 sociétés).[JL1] 

Le lien entre mixité et performance est mesuré et quantifié

La corrélation positive entre le nombre de sièges occupés par les femmes au sein des conseils d’administration et la performance financière, non financière et boursière des entreprises est régulièrement démontrée:

-Dans les 53 entreprises africaines ayant le plus de femmes dans les conseils d’administration sur un échantillon de  210, la marge opérationnelle est en moyenne 20% supérieure à celle de la moyenne sectorielle (McKinsey, Women Matter time to accelerate, 2017).

-Sur 300 entreprises dans le monde, celles comptant le plus de femmes dans leur comité exécutif affichent un écart positif de rendement des capitaux propres de 47  % et une proportion supérieure de 55 % des résultats d’exploitation, par rapport à celles qui n’en comptent aucune (Mc Kinsey,  Women Matter time to accelerate, 2017).

-Le rendement sur fonds propres est de 15,2% pour les sociétés qui comptent au moins une femme  dans leur conseil, contre 11% pour celles qui n’en comptent pas (The CS Gender 3000: The Reward for Change, Crédit  Suisse, 2018).

-Le rapport du FMI de 2016, étudiant le lien entre diversité des sexes et performance financière dans deux millions d’entreprises en Europe, a établi un lien positif entre rendement des actifs, performance des entreprises et proportion de femmes occupant des postes à responsabilité.

Les agences de notation et les fonds d’investissement valorisent la parité

Les agences de notation, telles que Moody’s, incluent la parité dans les conseils parmi leurs critères pour évaluer le risque de gouvernance des compagnies non financières. Quand une entreprise affiche un taux de diversité inférieur à 30%, elle s'écarte de ses normes globalesy (les sociétés les mieux notées comptent le plus de femmes parmi le top management) (Écho.BE 2 mars 2020).

A lire aussi


Communication financière

Résultats semestriels 2020 de la société AFRIC INDUSTRIES

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.