Au Maroc 85.000 personnes subissent une forme d’esclavage moderne (ONG)

Au Maroc, environ 85.000 personnes subissent une forme d'esclavage moderne, estime l'ONG Australienne "Walk Free" dans son rapport "2018 Global Slavery Index". Le chiffre est en forte baisse par rapport à 2018.

Au Maroc près de 85.000 personnes subissent une forme d’esclavage moderne

Le 04 mars 2019 à 15:29

Modifié le 04 mars 2019 à 15:52

Le rapport "Global Slavery Index" a été lancé en 2012, dans le but de sensibiliser et lutter contre cette forme d'esclavage. 

L'étude de 2018 montre une baisse du nombre de personnes qui subissent une forme d'esclavage moderne au Maroc, par rapport à 2016 (220.000 personnes). 

Prostitution ou travail forcés, trafic de personnes... la fondation définit l’esclavage moderne comme toute situation d’exploitation liée à des menaces, des violences ou des abus de pouvoir.

Selon l'ONG, de telles situations touchent 2,45/1.000 de la population globale au Maroc.

Le rapport évalue également la vulnérabilité des populations face à l’esclavage moderne à travers 5 principaux critères, notamment les problèmes de gouvernance, le manque de besoins de base, les inégalités et les effets des conflits. Au Maroc le score est de 48,34/100.

Cela implique que près de 48 personnes sur 100 risquent de tomber dans une situation d’esclavage moderne au Maroc. Le pays obtient une notation CCC, la meilleure notation étant le triple A.

Recouvrant 167 pays, le rapport de la fondation "Walk Free" est le produit de plus de 71.000 entretiens en 53 langues, visant à recueillir un maximum d’informations auprès des populations et des gouvernements.

L’étude révèle que plus de 9 millions de personnes en Afrique sont réduites à une forme moderne d’esclavage.

Elle montre également que la Corée du Nord est le pays qui compte le plus "d'esclavage moderne", touchant 1 personne sur 10.

Au Maroc 85.000 personnes subissent une forme d’esclavage moderne (ONG)

Le 04 mars 2019 à15:29

Modifié le 04 mars 2019 à 15:52

Au Maroc, environ 85.000 personnes subissent une forme d'esclavage moderne, estime l'ONG Australienne "Walk Free" dans son rapport "2018 Global Slavery Index". Le chiffre est en forte baisse par rapport à 2018.

Le rapport "Global Slavery Index" a été lancé en 2012, dans le but de sensibiliser et lutter contre cette forme d'esclavage. 

L'étude de 2018 montre une baisse du nombre de personnes qui subissent une forme d'esclavage moderne au Maroc, par rapport à 2016 (220.000 personnes). 

Prostitution ou travail forcés, trafic de personnes... la fondation définit l’esclavage moderne comme toute situation d’exploitation liée à des menaces, des violences ou des abus de pouvoir.

Selon l'ONG, de telles situations touchent 2,45/1.000 de la population globale au Maroc.

Le rapport évalue également la vulnérabilité des populations face à l’esclavage moderne à travers 5 principaux critères, notamment les problèmes de gouvernance, le manque de besoins de base, les inégalités et les effets des conflits. Au Maroc le score est de 48,34/100.

Cela implique que près de 48 personnes sur 100 risquent de tomber dans une situation d’esclavage moderne au Maroc. Le pays obtient une notation CCC, la meilleure notation étant le triple A.

Recouvrant 167 pays, le rapport de la fondation "Walk Free" est le produit de plus de 71.000 entretiens en 53 langues, visant à recueillir un maximum d’informations auprès des populations et des gouvernements.

L’étude révèle que plus de 9 millions de personnes en Afrique sont réduites à une forme moderne d’esclavage.

Elle montre également que la Corée du Nord est le pays qui compte le plus "d'esclavage moderne", touchant 1 personne sur 10.

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.