Des négociations commerciales à petits pas entre Washington et Pékin

(AFP)

 

Le compte à rebours pour nouer un accord commercial a commencé. Et, pour la première fois, Washington et Pékin semblent bien décidés à y parvenir, faisant fi des affaires diplomatiques susceptibles de compromettre l'issue de leurs délicates négociations.

Donald Trump a estimé vendredi qu'un "grand accord" pourrait intervenir "plutôt rapidement!" justifiant cette urgence par le ralentissement de l'économie du géant asiatique sous le coup de taxes douanières punitives américaines.

Ces déclarations sont intervenues au moment même où la ministre des Affaires étrangères canadienne rencontrait son homologue américain pour discuter du cas de Meng Whanzhou, la directrice financière du géant des télécoms chinois Huawei, arrêtée le 1er décembre par le Canada à la demande de Washington et à l'origine d'une crise diplomatique entre Ottawa et Pékin.

La dirigeante chinoise, soupçonnée de complicité de fraude pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran, a été libérée sous caution dans l'attente d'une procédure d'extradition vers les Etats-Unis.

Pour autant, Donald Trump s'est dit prêt à intervenir si "nécessaire", notamment si cela permettait de conclure un accord commercial avec le président chinois Xi Jinping.

Il y a tout juste deux semaines, le président républicain et son homologue chinois ont décrété une trêve dans la guerre commerciale qu'ils se livrent depuis des mois.

Concrètement, Donald Trump a accepté de retarder de 90 jours l'augmentation de taxes douanières sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises qui devait intervenir au 1er janvier.

Après des doutes sur les marchés financiers sur la portée d'un tel répit, les autorités chinoises ont multiplié les mesures destinées à apaiser le courroux de Washington qui exige que Pékin mette fin à ses pratiques commerciales "déloyales".

- "Signal" -

Suspension des surtaxes douanières imposées aux voitures et pièces automobiles importées des États-Unis, reprise d'achat massif du soja américain, l'administration chinoise s'est en outre dite disposée à négocier sur son sol comme sur le territoire américain.

"Je pense que les Etats-Unis et la Chine sont finalement entrés dans une phase sérieuse de négociations", commente Edward Alden, spécialiste du commerce international au Council on Foreign Relations, observant qu'il y a eu "plus de progrès substantiels en deux semaines qu'il n'y en a eu en deux ans" de présidence Trump.

 

Le fait que l'hôte de la Maison Blanche ait choisi Robert Lighthizer comme négociateur en chef est "un signal" fort, analyse-t-il. Car le représentant au commerce est un spécialiste du droit commercial rompu aux tractations difficiles.

En moins de deux ans - il a rejoint l'administration Trump en mai 2017 -, il est parvenu à réformer le traité de libre-échange nord-américain (Aléna) liant Etats-Unis, Canada et Mexique dont le texte amendé a été officiellement signé il y a quinze jours.

Robert Lighthizer, 71 ans, est aussi connu pour avoir mené avec poigne des tractations complexes avec le Japon sous l'administration Reagan dans les années 1980.

- Avance technologique -

Discussions sérieuses et gestes d'apaisement ne signifient pas pour autant la signature d'un accord d'ici le 1er mars, s'accordent à dire les experts, tant les enjeux sont de taille face à une échéance brève.

Donald Trump ne cesse de dénoncer des échanges commerciaux déséquilibrés en raison de pratiques commerciales "déloyales" telles que le transfert forcé de technologies des entreprises américaines en échange de l'accès au marché chinois ou les subventions aux entreprises d'Etat.

"Le plus important derrière l'accès à leur marché est (un changement) structurel", a ainsi rappelé jeudi Peter Navarro, le conseiller au commerce de Trump ouvertement hostile à la Chine et se prononçant pour une position inflexible.

Dans un rare entretien accordé à un média la semaine dernière, Robert Lighthizer avait de son côté souligné que derrière ses négociations se jouait le maintien de la supériorité technologique des Etats-Unis.

Pour l'heure, aucun objectif chiffré n'a filtré alors que Donald Trump exigeait au printemps de Pékin de réduire le déficit commercial des Etats-Unis de 200 milliards de dollars.

Edward Alden s'attend au mieux à un "accord partiel" avec quelques engagements de la Chine.

L'inconnue reste l'interférence des affaires diplomatiques. Outre le dossier Huawei, les autorités américaines accusent la Chine de cyberattaques sur le sol américain. Elles lui ont ainsi dernièrement imputé le piratage d'une base de données du géant de l'hôtellerie Marriott.

Pour l'heure, les présidents américain et chinois font mine de ne pas mélanger négociations commerciales et couacs diplomatiques.

Mais cette position est-elle tenable? Dans l'affaire Huawei, "les Etats-Unis vont bien devoir décider s'ils soutiennent le Canada", un allié historique, observe Edward Alden. Au risque d'irriter Pékin.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Des négociations commerciales à petits pas entre Washington et Pékin

Le 19 juin 2019 à02:31

Modifié le 19 juin 2019 à 02:31

 

Le compte à rebours pour nouer un accord commercial a commencé. Et, pour la première fois, Washington et Pékin semblent bien décidés à y parvenir, faisant fi des affaires diplomatiques susceptibles de compromettre l'issue de leurs délicates négociations.

Donald Trump a estimé vendredi qu'un "grand accord" pourrait intervenir "plutôt rapidement!" justifiant cette urgence par le ralentissement de l'économie du géant asiatique sous le coup de taxes douanières punitives américaines.

Ces déclarations sont intervenues au moment même où la ministre des Affaires étrangères canadienne rencontrait son homologue américain pour discuter du cas de Meng Whanzhou, la directrice financière du géant des télécoms chinois Huawei, arrêtée le 1er décembre par le Canada à la demande de Washington et à l'origine d'une crise diplomatique entre Ottawa et Pékin.

La dirigeante chinoise, soupçonnée de complicité de fraude pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran, a été libérée sous caution dans l'attente d'une procédure d'extradition vers les Etats-Unis.

Pour autant, Donald Trump s'est dit prêt à intervenir si "nécessaire", notamment si cela permettait de conclure un accord commercial avec le président chinois Xi Jinping.

Il y a tout juste deux semaines, le président républicain et son homologue chinois ont décrété une trêve dans la guerre commerciale qu'ils se livrent depuis des mois.

Concrètement, Donald Trump a accepté de retarder de 90 jours l'augmentation de taxes douanières sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises qui devait intervenir au 1er janvier.

Après des doutes sur les marchés financiers sur la portée d'un tel répit, les autorités chinoises ont multiplié les mesures destinées à apaiser le courroux de Washington qui exige que Pékin mette fin à ses pratiques commerciales "déloyales".

- "Signal" -

Suspension des surtaxes douanières imposées aux voitures et pièces automobiles importées des États-Unis, reprise d'achat massif du soja américain, l'administration chinoise s'est en outre dite disposée à négocier sur son sol comme sur le territoire américain.

"Je pense que les Etats-Unis et la Chine sont finalement entrés dans une phase sérieuse de négociations", commente Edward Alden, spécialiste du commerce international au Council on Foreign Relations, observant qu'il y a eu "plus de progrès substantiels en deux semaines qu'il n'y en a eu en deux ans" de présidence Trump.

 

Le fait que l'hôte de la Maison Blanche ait choisi Robert Lighthizer comme négociateur en chef est "un signal" fort, analyse-t-il. Car le représentant au commerce est un spécialiste du droit commercial rompu aux tractations difficiles.

En moins de deux ans - il a rejoint l'administration Trump en mai 2017 -, il est parvenu à réformer le traité de libre-échange nord-américain (Aléna) liant Etats-Unis, Canada et Mexique dont le texte amendé a été officiellement signé il y a quinze jours.

Robert Lighthizer, 71 ans, est aussi connu pour avoir mené avec poigne des tractations complexes avec le Japon sous l'administration Reagan dans les années 1980.

- Avance technologique -

Discussions sérieuses et gestes d'apaisement ne signifient pas pour autant la signature d'un accord d'ici le 1er mars, s'accordent à dire les experts, tant les enjeux sont de taille face à une échéance brève.

Donald Trump ne cesse de dénoncer des échanges commerciaux déséquilibrés en raison de pratiques commerciales "déloyales" telles que le transfert forcé de technologies des entreprises américaines en échange de l'accès au marché chinois ou les subventions aux entreprises d'Etat.

"Le plus important derrière l'accès à leur marché est (un changement) structurel", a ainsi rappelé jeudi Peter Navarro, le conseiller au commerce de Trump ouvertement hostile à la Chine et se prononçant pour une position inflexible.

Dans un rare entretien accordé à un média la semaine dernière, Robert Lighthizer avait de son côté souligné que derrière ses négociations se jouait le maintien de la supériorité technologique des Etats-Unis.

Pour l'heure, aucun objectif chiffré n'a filtré alors que Donald Trump exigeait au printemps de Pékin de réduire le déficit commercial des Etats-Unis de 200 milliards de dollars.

Edward Alden s'attend au mieux à un "accord partiel" avec quelques engagements de la Chine.

L'inconnue reste l'interférence des affaires diplomatiques. Outre le dossier Huawei, les autorités américaines accusent la Chine de cyberattaques sur le sol américain. Elles lui ont ainsi dernièrement imputé le piratage d'une base de données du géant de l'hôtellerie Marriott.

Pour l'heure, les présidents américain et chinois font mine de ne pas mélanger négociations commerciales et couacs diplomatiques.

Mais cette position est-elle tenable? Dans l'affaire Huawei, "les Etats-Unis vont bien devoir décider s'ils soutiennent le Canada", un allié historique, observe Edward Alden. Au risque d'irriter Pékin.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.