Israël: un accord de coalition toujours possible, dit Netanyahu

(AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré dimanche qu'un accord était toujours possible pour former une nouvelle coalition gouvernementale, à quelques jours de la date limite.

M. Netanyahu, qui a remporté les législatives du 9 avril, a jusqu'à mercredi soir pour former une nouvelle coalition.

Il n'a pas réussi jusque-là à répondre aux exigences divergentes de ses potentiels partenaires. Les négociations ont achoppé sur un projet de loi en faveur de la conscription des juifs ultra-orthodoxes.

"Je pense que le problème peut être résolu avec de la bonne volonté, si c'est ce que veulent les gens", a déclaré M. Netanyahu lors d'une réunion du cabinet.

"Je ne pense pas que le pays ait besoin d'être traîné dans une autre élection, mais il y a peut-être quelqu'un qui veut ça", a-t-il ajouté.

Le chef du parti nationaliste et laïc Israël Beiteinou, Avigdor Lieberman, est pressenti pour redevenir ministre de la Défense.

Il s'est dit prêt à aller jusqu'à de nouvelles élections si une loi sur le service militaire des ultra-orthodoxes n'est pas adoptée telle qu'il l'a proposée quand il était le titulaire du portefeuille de la Défense au sein du précédent gouvernement.

Les partis ultra-orthodoxes, qui défendent l'exemption de service militaire pour les étudiants des écoles talmudiques, refusent d'entrer au gouvernement si cette loi est adoptée.

M. Netanyahu a besoin du parti Israël Beiteinou de M. Lieberman et des ultra-orthodoxes pour former une coalition gouvernementale.

Son parti de droite, le Likoud, et ses alliés ont remporté 65 des 120 sièges au Parlement, avec cinq députés d'Israël Beiteinou et 16 des partis ultra-orthodoxes.

"Dans le cas où Lieberman continuerait d'insister, le Likoud a commencé à se préparer à des élections", a affirmé dimanche le parti de M. Netanyahu dans un communiqué.

"A ce stade, il n'y a eu aucune décision sur une dissolution de la Knesset (Parlement)", a-t-il toutefois ajouté.

La tenue d'élections anticipées si proches des précédentes serait une première en Israël.

Le porte-parole du Premier ministre a annoncé que M. Netanyahu allait rencontrer dimanche en fin d'après-midi les chefs de tous les partis l'ayant recommandé au président israélien pour former le nouveau gouvernement.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, M. Netanyahu affirme avoir proposé à ses partenaires une solution "pour éviter des élections inutiles".

Samedi, des milliers d'Israéliens avaient manifesté à Tel-Aviv contre d'éventuels accords de coalition du Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu, accusé de vouloir s'assurer une immunité judiciaire.

Le procureur général israélien Avichai Mandelblit a repoussé à début octobre la date à laquelle doit être entendu M. Netanyahu pour répondre d'accusations de "corruption", "fraude" et "abus de confiance" dans trois affaires.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Israël: un accord de coalition toujours possible, dit Netanyahu

Le 23 août 2019 à23:26

Modifié le 23 août 2019 à 23:26

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré dimanche qu'un accord était toujours possible pour former une nouvelle coalition gouvernementale, à quelques jours de la date limite.

M. Netanyahu, qui a remporté les législatives du 9 avril, a jusqu'à mercredi soir pour former une nouvelle coalition.

Il n'a pas réussi jusque-là à répondre aux exigences divergentes de ses potentiels partenaires. Les négociations ont achoppé sur un projet de loi en faveur de la conscription des juifs ultra-orthodoxes.

"Je pense que le problème peut être résolu avec de la bonne volonté, si c'est ce que veulent les gens", a déclaré M. Netanyahu lors d'une réunion du cabinet.

"Je ne pense pas que le pays ait besoin d'être traîné dans une autre élection, mais il y a peut-être quelqu'un qui veut ça", a-t-il ajouté.

Le chef du parti nationaliste et laïc Israël Beiteinou, Avigdor Lieberman, est pressenti pour redevenir ministre de la Défense.

Il s'est dit prêt à aller jusqu'à de nouvelles élections si une loi sur le service militaire des ultra-orthodoxes n'est pas adoptée telle qu'il l'a proposée quand il était le titulaire du portefeuille de la Défense au sein du précédent gouvernement.

Les partis ultra-orthodoxes, qui défendent l'exemption de service militaire pour les étudiants des écoles talmudiques, refusent d'entrer au gouvernement si cette loi est adoptée.

M. Netanyahu a besoin du parti Israël Beiteinou de M. Lieberman et des ultra-orthodoxes pour former une coalition gouvernementale.

Son parti de droite, le Likoud, et ses alliés ont remporté 65 des 120 sièges au Parlement, avec cinq députés d'Israël Beiteinou et 16 des partis ultra-orthodoxes.

"Dans le cas où Lieberman continuerait d'insister, le Likoud a commencé à se préparer à des élections", a affirmé dimanche le parti de M. Netanyahu dans un communiqué.

"A ce stade, il n'y a eu aucune décision sur une dissolution de la Knesset (Parlement)", a-t-il toutefois ajouté.

La tenue d'élections anticipées si proches des précédentes serait une première en Israël.

Le porte-parole du Premier ministre a annoncé que M. Netanyahu allait rencontrer dimanche en fin d'après-midi les chefs de tous les partis l'ayant recommandé au président israélien pour former le nouveau gouvernement.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, M. Netanyahu affirme avoir proposé à ses partenaires une solution "pour éviter des élections inutiles".

Samedi, des milliers d'Israéliens avaient manifesté à Tel-Aviv contre d'éventuels accords de coalition du Premier ministre désigné Benjamin Netanyahu, accusé de vouloir s'assurer une immunité judiciaire.

Le procureur général israélien Avichai Mandelblit a repoussé à début octobre la date à laquelle doit être entendu M. Netanyahu pour répondre d'accusations de "corruption", "fraude" et "abus de confiance" dans trois affaires.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.