La Cour suprême américaine écarte une carte électorale diluant le vote noir

(AFP)

Une carte électorale accusée de diminuer l'influence du vote noir ne pourra pas être utilisée lors de scrutins serrés prévus à l'automne en Virginie, un Etat-clé de l'est des Etats-Unis, a décidé lundi la Cour suprême.

Le temple du droit américain, soucieux d'éviter toute accusation de partialité, ne s'est pas prononcé sur le fond du dossier. A une courte majorité, il a estimé que la chambre basse du Parlement local, à l'origine de sa saisine, n'avait pas la légitimité pour le faire.

Cet arrêt laisse ainsi en place la décision d'un tribunal qui avait ordonné de redessiner une nouvelle carte avant les élections du 5 novembre.

Ce tribunal avait estimé que la carte dessinée en 2011 par le Parlement à majorité républicaine avait concentré les électeurs noirs dans une poignée de circonscriptions pour diminuer leur influence ailleurs.

L'enjeu est d'importance dans un pays où les électeurs noirs votent majoritairement pour les démocrates, quand les Blancs ont davantage tendance à soutenir les républicains. Environ 20% des électeurs de Virginie sont des Afro-américains.

La décision de la Cour suprême retire donc un avantage aux républicains, qui pourraient perdre le Parlement, où ils n'ont qu'une très courte majorité. Les démocrates souffrent toutefois d'une polémique autour du gouverneur Ralph Northam, soupçonné d'avoir posé dans sa jeunesse sur une photo raciste.

La science du découpage électoral, ou "gerrymandering", est une vieille pratique des partis politiques américains pour s'assurer un avantage dans les élections. Ce mot-valise a été inspiré par un gouverneur républicain du 19e siècle, Elbridge Gerry, qui avait remanié une circonscription de son Etat au point de lui donner la forme d'une salamandre (en anglais: "salamander").

La Cour suprême a déjà, dans le passé, estimé que le "gerrymandering" sur des bases ethniques était contraire à la Constitution. Elle a revanche refusé de se prononcer sur des cartes découpées sur la base des étiquettes politiques des électeurs.

Aux Etats-Unis, les citoyens sont en effet appelés à se déclarer comme démocrates ou républicains et de nombreuses cartes électorales ont été dessinées en fonction de ces données.

La Cour suprême doit rendre très prochainement une décision sur ce sujet aux lourds enjeux politiques.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

La Cour suprême américaine écarte une carte électorale diluant le vote noir

Le 22 juillet 2019 à04:12

Modifié le 22 juillet 2019 à 04:12

Une carte électorale accusée de diminuer l'influence du vote noir ne pourra pas être utilisée lors de scrutins serrés prévus à l'automne en Virginie, un Etat-clé de l'est des Etats-Unis, a décidé lundi la Cour suprême.

Le temple du droit américain, soucieux d'éviter toute accusation de partialité, ne s'est pas prononcé sur le fond du dossier. A une courte majorité, il a estimé que la chambre basse du Parlement local, à l'origine de sa saisine, n'avait pas la légitimité pour le faire.

Cet arrêt laisse ainsi en place la décision d'un tribunal qui avait ordonné de redessiner une nouvelle carte avant les élections du 5 novembre.

Ce tribunal avait estimé que la carte dessinée en 2011 par le Parlement à majorité républicaine avait concentré les électeurs noirs dans une poignée de circonscriptions pour diminuer leur influence ailleurs.

L'enjeu est d'importance dans un pays où les électeurs noirs votent majoritairement pour les démocrates, quand les Blancs ont davantage tendance à soutenir les républicains. Environ 20% des électeurs de Virginie sont des Afro-américains.

La décision de la Cour suprême retire donc un avantage aux républicains, qui pourraient perdre le Parlement, où ils n'ont qu'une très courte majorité. Les démocrates souffrent toutefois d'une polémique autour du gouverneur Ralph Northam, soupçonné d'avoir posé dans sa jeunesse sur une photo raciste.

La science du découpage électoral, ou "gerrymandering", est une vieille pratique des partis politiques américains pour s'assurer un avantage dans les élections. Ce mot-valise a été inspiré par un gouverneur républicain du 19e siècle, Elbridge Gerry, qui avait remanié une circonscription de son Etat au point de lui donner la forme d'une salamandre (en anglais: "salamander").

La Cour suprême a déjà, dans le passé, estimé que le "gerrymandering" sur des bases ethniques était contraire à la Constitution. Elle a revanche refusé de se prononcer sur des cartes découpées sur la base des étiquettes politiques des électeurs.

Aux Etats-Unis, les citoyens sont en effet appelés à se déclarer comme démocrates ou républicains et de nombreuses cartes électorales ont été dessinées en fonction de ces données.

La Cour suprême doit rendre très prochainement une décision sur ce sujet aux lourds enjeux politiques.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.