Wall Street optimiste sur le commerce à l'ouverture, malgré Trump

(AFP)

Wall Street a ouvert en hausse mercredi, confiante quant à la conclusion rapide d'un accord commercial entre Pékin et Washington alors qu'une rencontre Trump-Xi approche, malgré une nouvelle saillie verbale matinale du président américain contre Pékin.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,19%, à 26.599,47 points vers 14H15 GMT.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,76%, à 7.944,37 points.

L'indice élargi S&P 500 avançait de 0,18%, à 2.922,57 points.

La Bourse de New York avait clôturé en baisse mardi, affectée par des propos un peu moins accommodants qu'anticipé de membres de la Banque centrale américaine (Fed) concernant de potentielles baisses de taux: le Dow Jones avait perdu 0,67% et le Nasdaq 1,51%.

Le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin s'est montré confiant mercredi sur l'issue de la rencontre entre les présidents américain et chinois prévue samedi au Japon, en marge du sommet du G20, et objet de toutes les attentions.

"Nous avons parcouru environ 90% du chemin (vers un accord) et je pense qu'il est possible que nous y parvenions", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision CNBC depuis Bahreïn.

- Twitter -

"Le marché apprécie l'espoir et l'optimisme de M. Mnuchin quant à un accord proche", a réagi Patrick O'Hare de Briefing, notant tout de même que ce n'est pas la première fois que l'optimisme est de rigueur dans le camp des négociateurs américains.

Ce réveil du bon pied des investisseurs n'a par ailleurs pas été gâché par une interview matinale du président américain Donald Trump, au cours de laquelle l'occupant de la Maison Blanche a adopté un ton beaucoup moins diplomatique que son ministre.

"L'économie de la Chine s'effondre, ils veulent un accord", a affirmé M. Trump dans un entretien à la chaîne Fox Business.

Le président a en outre brandi la menace de nouvelles taxes punitives sur 300 milliards de dollars de produits chinois, à 10% ou 25%. Si cette menace était mise à exécution, les Etats-Unis auront imposé des tarifs douaniers punitifs sur l'ensemble des importations de produits chinois dans le pays.

Le président américain Donald Trump a par ailleurs accusé son réseau social préféré, Twitter, de le censurer pour favoriser la gauche. Il a également affirmé que Google truquait les résultats de son moteur de recherche au profit, selon lui, des médias de gauche.

Malgré ces attaques, Twitter gagnait 1,12% et Alphabet, maison mère de Google, était près de l'équilibre à -0,09%.

Parmi les autres valeurs, le groupe de logistique FedEx (+1,19%) a averti mardi que la guerre commerciale allait affecter son activité dans les prochains mois, malgré des résultats satisfaisants lors de l'année fiscale écoulée.

Blackberry chutait de 7,25%. Le groupe a fait part d'un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes des analystes mais d'un bénéfice supérieur aux attentes.

Au rang des indicateurs du jour, les commandes industrielles de biens durables ont chuté en mai, pour la troisième fois en quatre mois, plombées par la baisse des commandes dans le secteur des transports, notamment Boeing.

Sur le marché obligataire, le taux d'emprunt à 10 ans des États-Unis évoluait à 2,021%, contre 1,985% mardi à la clôture.

NASDAQ

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Wall Street optimiste sur le commerce à l'ouverture, malgré Trump

Le 19 octobre 2019 à22:50

Modifié le 19 octobre 2019 à 22:50

Wall Street a ouvert en hausse mercredi, confiante quant à la conclusion rapide d'un accord commercial entre Pékin et Washington alors qu'une rencontre Trump-Xi approche, malgré une nouvelle saillie verbale matinale du président américain contre Pékin.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,19%, à 26.599,47 points vers 14H15 GMT.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,76%, à 7.944,37 points.

L'indice élargi S&P 500 avançait de 0,18%, à 2.922,57 points.

La Bourse de New York avait clôturé en baisse mardi, affectée par des propos un peu moins accommodants qu'anticipé de membres de la Banque centrale américaine (Fed) concernant de potentielles baisses de taux: le Dow Jones avait perdu 0,67% et le Nasdaq 1,51%.

Le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin s'est montré confiant mercredi sur l'issue de la rencontre entre les présidents américain et chinois prévue samedi au Japon, en marge du sommet du G20, et objet de toutes les attentions.

"Nous avons parcouru environ 90% du chemin (vers un accord) et je pense qu'il est possible que nous y parvenions", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision CNBC depuis Bahreïn.

- Twitter -

"Le marché apprécie l'espoir et l'optimisme de M. Mnuchin quant à un accord proche", a réagi Patrick O'Hare de Briefing, notant tout de même que ce n'est pas la première fois que l'optimisme est de rigueur dans le camp des négociateurs américains.

Ce réveil du bon pied des investisseurs n'a par ailleurs pas été gâché par une interview matinale du président américain Donald Trump, au cours de laquelle l'occupant de la Maison Blanche a adopté un ton beaucoup moins diplomatique que son ministre.

"L'économie de la Chine s'effondre, ils veulent un accord", a affirmé M. Trump dans un entretien à la chaîne Fox Business.

Le président a en outre brandi la menace de nouvelles taxes punitives sur 300 milliards de dollars de produits chinois, à 10% ou 25%. Si cette menace était mise à exécution, les Etats-Unis auront imposé des tarifs douaniers punitifs sur l'ensemble des importations de produits chinois dans le pays.

Le président américain Donald Trump a par ailleurs accusé son réseau social préféré, Twitter, de le censurer pour favoriser la gauche. Il a également affirmé que Google truquait les résultats de son moteur de recherche au profit, selon lui, des médias de gauche.

Malgré ces attaques, Twitter gagnait 1,12% et Alphabet, maison mère de Google, était près de l'équilibre à -0,09%.

Parmi les autres valeurs, le groupe de logistique FedEx (+1,19%) a averti mardi que la guerre commerciale allait affecter son activité dans les prochains mois, malgré des résultats satisfaisants lors de l'année fiscale écoulée.

Blackberry chutait de 7,25%. Le groupe a fait part d'un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes des analystes mais d'un bénéfice supérieur aux attentes.

Au rang des indicateurs du jour, les commandes industrielles de biens durables ont chuté en mai, pour la troisième fois en quatre mois, plombées par la baisse des commandes dans le secteur des transports, notamment Boeing.

Sur le marché obligataire, le taux d'emprunt à 10 ans des États-Unis évoluait à 2,021%, contre 1,985% mardi à la clôture.

NASDAQ

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.