Le gouvernement veut mieux contrôler l'origine des miels

(AFP)

Le gouvernement prépare un décret rendant obligatoire l'étiquetage de tous les pays d'origine des miels de mélange vendus en France, a annoncé jeudi la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher.

Cette perspective a été saluée par les apiculteurs français, aux prises avec une concurrence "déloyale", selon eux, de miels étrangers.

Le décret vise à "renforcer l'information des consommateurs sur l'origine des miels issus de mélanges et conditionnés en France", ont écrit dans un communiqué commun les ministères de l'Économie et de l'Agriculture.

Le gouvernement souhaite corriger la réglementation actuelle, qui manque de clarté et permet l'affichage de mentions peu transparentes comme par exemple "miels originaires et non-originaires de l'Union européenne".

Avec ce projet de décret, qui va être notifié à la Commission européenne, "les mélanges de miels commercialisés en France devront préciser sur leur étiquette la liste exhaustive des pays d'origine des miels les composant, par ordre pondéral décroissant", précise le communiqué, qui ajoute que "les pays dont sont originaires plus de 20% des miels du mélange seront mis en évidence".

L'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) a salué dans un communiqué "une belle avancée pour les consommateurs et les apiculteurs français".

Depuis 2016, l'Unaf lutte contre une "concurrence déloyale pour les producteurs français, la France important 80% des miels qu'elle consomme de certains pays d'origine pratiquant des prix anormalement bas, à commencer par la Chine, souvent épinglés pour des fraudes d'ajout de sirop de sucres".

Selon les chiffres pour 2018, la filière apicole française compte 51.574 apiculteurs en activité.

La production française, autour de 20.000 tonnes par an, est loin d'être suffisante pour satisfaire la consommation nationale d'environ 40.000 tonnes.

Cette année, les apiculteurs français prévoient une production "catastrophique" en raison des conditions climatiques désastreuses, avait annoncé l'Unaf fin juin.

En Europe, après l'Italie et la Grèce, l'Espagne a récemment annoncé la mise en place de l'affichage obligatoire sur les pots du pourcentage de chaque miel en fonction du pays d'origine.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le gouvernement veut mieux contrôler l'origine des miels

Le 21 octobre 2019 à08:44

Modifié le 21 octobre 2019 à 08:44

Le gouvernement prépare un décret rendant obligatoire l'étiquetage de tous les pays d'origine des miels de mélange vendus en France, a annoncé jeudi la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher.

Cette perspective a été saluée par les apiculteurs français, aux prises avec une concurrence "déloyale", selon eux, de miels étrangers.

Le décret vise à "renforcer l'information des consommateurs sur l'origine des miels issus de mélanges et conditionnés en France", ont écrit dans un communiqué commun les ministères de l'Économie et de l'Agriculture.

Le gouvernement souhaite corriger la réglementation actuelle, qui manque de clarté et permet l'affichage de mentions peu transparentes comme par exemple "miels originaires et non-originaires de l'Union européenne".

Avec ce projet de décret, qui va être notifié à la Commission européenne, "les mélanges de miels commercialisés en France devront préciser sur leur étiquette la liste exhaustive des pays d'origine des miels les composant, par ordre pondéral décroissant", précise le communiqué, qui ajoute que "les pays dont sont originaires plus de 20% des miels du mélange seront mis en évidence".

L'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) a salué dans un communiqué "une belle avancée pour les consommateurs et les apiculteurs français".

Depuis 2016, l'Unaf lutte contre une "concurrence déloyale pour les producteurs français, la France important 80% des miels qu'elle consomme de certains pays d'origine pratiquant des prix anormalement bas, à commencer par la Chine, souvent épinglés pour des fraudes d'ajout de sirop de sucres".

Selon les chiffres pour 2018, la filière apicole française compte 51.574 apiculteurs en activité.

La production française, autour de 20.000 tonnes par an, est loin d'être suffisante pour satisfaire la consommation nationale d'environ 40.000 tonnes.

Cette année, les apiculteurs français prévoient une production "catastrophique" en raison des conditions climatiques désastreuses, avait annoncé l'Unaf fin juin.

En Europe, après l'Italie et la Grèce, l'Espagne a récemment annoncé la mise en place de l'affichage obligatoire sur les pots du pourcentage de chaque miel en fonction du pays d'origine.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.