Fabien Roussel (PCF) saisit le parquet national financier contre General Electric

(AFP)

Le secrétaire national du PCF Fabien Roussel a annoncé jeudi saisir le parquet national financier (PNF) sur des "soupçons d'optimisation et fraudes fiscales de General Electric" en Suisse, demandant aussi de l'Etat "une amende extrêmement forte pour non respect des engagements pris" par le groupe.

"Le plan de suppression de 1.044 emplois à Belfort, dont 792 dans le secteur de la turbine à gaz, n'est pas acceptable. Il intervient de surcroît après un premier renoncement de GE à créer 1000 emplois en France", a déclaré M. Roussel dans un communiqué.

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé mardi leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l’industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'emplois.

Pour Fabien Roussel, "l'amende due de 50 millions d'euros est dérisoire au regard du chiffre d'affaire de la multinationale". Or, avance le député communiste du Nord, "l'État dispose de leviers importants": "il peut prévoir une amende extrêmement forte et dissuasive pour non respect des engagements pris. Il peut également décider, avec d'autres acteurs de la filière tels Alstom, de reprendre l'activité à GE".

Lui a "décidé de saisir le PNF au sujet des soupçons d'optimisation et fraudes fiscales pratiquées par les filiales de GE avec celle basée en Suisse".

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
(AFP)

Fabien Roussel (PCF) saisit le parquet national financier contre General Electric

Le 13 décembre 2019 à21:28

Modifié le 13 décembre 2019 à 21:28

Le secrétaire national du PCF Fabien Roussel a annoncé jeudi saisir le parquet national financier (PNF) sur des "soupçons d'optimisation et fraudes fiscales de General Electric" en Suisse, demandant aussi de l'Etat "une amende extrêmement forte pour non respect des engagements pris" par le groupe.

"Le plan de suppression de 1.044 emplois à Belfort, dont 792 dans le secteur de la turbine à gaz, n'est pas acceptable. Il intervient de surcroît après un premier renoncement de GE à créer 1000 emplois en France", a déclaré M. Roussel dans un communiqué.

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort et des élus ont annoncé mardi leur intention de mettre en demeure le gouvernement pour exiger que l’industriel américain respecte les engagements pris au moment du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et suspende son plan de suppression d'emplois.

Pour Fabien Roussel, "l'amende due de 50 millions d'euros est dérisoire au regard du chiffre d'affaire de la multinationale". Or, avance le député communiste du Nord, "l'État dispose de leviers importants": "il peut prévoir une amende extrêmement forte et dissuasive pour non respect des engagements pris. Il peut également décider, avec d'autres acteurs de la filière tels Alstom, de reprendre l'activité à GE".

Lui a "décidé de saisir le PNF au sujet des soupçons d'optimisation et fraudes fiscales pratiquées par les filiales de GE avec celle basée en Suisse".

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.