Après les Etats-Unis, la canicule menace l'Europe de l'Ouest

(AFP)

L'Europe occidentale se préparait à subir cette semaine des températures caniculaires similaires à celles ayant frappé ces derniers jours le nord-est des Etats-Unis, un deuxième épisode de canicule après celui qu'elle a connu fin juin.


De la France à l'Allemagne en passant par le Benelux, les services météorologiques ont lancé l'alerte. Le mercure va s'envoler et les températures pourraient de nouveau tutoyer les 40 degrés Celsius mercredi ou jeudi, avant une accalmie en toute fin de semaine.

Personnes âgées ou fragiles et jeunes enfants ont été priés de s'hydrater régulièrement et de ne pas sortir lors des pics de chaleur.

En France, la canicule s'annonce plus brève qu'en juin, lorsque le record absolu de température avait été battu avec 46°C le 28 juin à Vérargues (sud). Cette fois, "nous n'attendons pas de pics de chaleur à 45/46°C" mais les régions de la moitié nord du pays seront "beaucoup plus concernées", a indiqué Météo-France.

Paris pourrait toutefois connaître un nouveau record de chaleur. "On prévoit 41 voire 42 degrés jeudi, avec une forte probabilité de battre le record de 40,4°C en 1947", a souligné François Jobard, prévisionniste chez Météo-France.

Des températures approchant les 40 degrés sont aussi attendues dans des métropoles du centre et du nord de l'Italie, notamment à Florence ou Ferrare, même si le pays ne devrait pas connaître de canicule à proprement parler.

"Jeudi, la très forte chaleur qu'on va vivre en France va déborder sur le Benelux, il est probable que pour la première fois ces trois pays atteignent ou dépassent les 40°C (les records absolus sont de 39,9°C au Luxembourg, 38,8°C en Belgique, 38,6°C aux Pays-Bas). On prévoit des pointes à 40 voire 41 au Benelux, ce qui serait exceptionnel", a expliqué François Jobard.

En Belgique, l'Institut royal météorologique (IRM) a émis un "avertissement chaleur" valable jusqu'à vendredi soir minuit. Jeudi, "la chaleur sera accablante dans la plupart des régions", indique l'IRM sur son site.

Possible record en Norvège

Quand la France et la Belgique commenceront à avoir un peu moins chaud vendredi, ce pourrait être au tour de la Norvège de transpirer.

"L'anticyclone va se déplacer vers la mer Baltique, on attend jusqu'à 36°C en Norvège dans les fjords, ce serait inédit", alors que le record absolu est aujourd'hui de 35,6°C pour la Norvège, a ajouté M. Jobard.

Cet été inhabituellement brûlant inquiète en Allemagne, où une température record de 38,6 degrés a été enregistrée fin juin dans le Brandebourg, du jamais vu depuis 70 ans.

Près de la moitié des Allemands (47%) se disent effrayés par ces vagues de chaleur contre 41% qui ne s'en inquiètent pas, selon une étude de l'institut de recherches Insa pour le journal Bild.

Les signes du dérèglement climatique se multiplient en 2019: le mois dernier a été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, notamment en raison de la canicule exceptionnelle en Europe, selon les données du service européen Copernicus sur le changement climatique.

Une canicule a aussi affecté une grande partie des États-Unis, avec des températures atteignant les 38°C à New York et Washington dimanche et six morts imputés à la chaleur, selon plusieurs médias.

Il y a une semaine, le mercure atteignait 21 degrés Celsius à Alert, endroit habité le plus au Nord de la planète, à moins de 900 km du pôle Nord, établissant un "record absolu" de chaleur pour cette station.

Hasard du calendrier, cette vague de chaleur coïncidera en France avec un débat sur le réchauffement climatique organisé mardi par un groupe de députés à l'Assemblée nationale, en présence de l'adolescente suédoise Greta Thunberg, à l'origine d'un grand mouvement de mobilisation des jeunes à travers la planète.

Cette nouvelle canicule risque d'aggraver la sécheresse qui pénalise lourdement le secteur agricole en France.

Le ministre français de l'Agriculture, Didier Guillaume, a ajouté neuf départements aux 24 auxquels l'Union européenne a exceptionnellement permis de "faucher les jachères, pour pouvoir nourrir leurs animaux, car il n'y a tout simplement plus d'herbe dans les pâturages pour les alimenter".

Il a aussi annoncé dimanche soir que le gouvernement allait demander le versement anticipé d'une partie des aides européennes aux agriculteurs, soit une avance de trésorerie d'un milliard d'euros.

(Avec AFP)

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Après les Etats-Unis, la canicule menace l'Europe de l'Ouest

Le 18 août 2019 à01:31

Modifié le 18 août 2019 à 01:31

L'Europe occidentale se préparait à subir cette semaine des températures caniculaires similaires à celles ayant frappé ces derniers jours le nord-est des Etats-Unis, un deuxième épisode de canicule après celui qu'elle a connu fin juin.


De la France à l'Allemagne en passant par le Benelux, les services météorologiques ont lancé l'alerte. Le mercure va s'envoler et les températures pourraient de nouveau tutoyer les 40 degrés Celsius mercredi ou jeudi, avant une accalmie en toute fin de semaine.

Personnes âgées ou fragiles et jeunes enfants ont été priés de s'hydrater régulièrement et de ne pas sortir lors des pics de chaleur.

En France, la canicule s'annonce plus brève qu'en juin, lorsque le record absolu de température avait été battu avec 46°C le 28 juin à Vérargues (sud). Cette fois, "nous n'attendons pas de pics de chaleur à 45/46°C" mais les régions de la moitié nord du pays seront "beaucoup plus concernées", a indiqué Météo-France.

Paris pourrait toutefois connaître un nouveau record de chaleur. "On prévoit 41 voire 42 degrés jeudi, avec une forte probabilité de battre le record de 40,4°C en 1947", a souligné François Jobard, prévisionniste chez Météo-France.

Des températures approchant les 40 degrés sont aussi attendues dans des métropoles du centre et du nord de l'Italie, notamment à Florence ou Ferrare, même si le pays ne devrait pas connaître de canicule à proprement parler.

"Jeudi, la très forte chaleur qu'on va vivre en France va déborder sur le Benelux, il est probable que pour la première fois ces trois pays atteignent ou dépassent les 40°C (les records absolus sont de 39,9°C au Luxembourg, 38,8°C en Belgique, 38,6°C aux Pays-Bas). On prévoit des pointes à 40 voire 41 au Benelux, ce qui serait exceptionnel", a expliqué François Jobard.

En Belgique, l'Institut royal météorologique (IRM) a émis un "avertissement chaleur" valable jusqu'à vendredi soir minuit. Jeudi, "la chaleur sera accablante dans la plupart des régions", indique l'IRM sur son site.

Possible record en Norvège

Quand la France et la Belgique commenceront à avoir un peu moins chaud vendredi, ce pourrait être au tour de la Norvège de transpirer.

"L'anticyclone va se déplacer vers la mer Baltique, on attend jusqu'à 36°C en Norvège dans les fjords, ce serait inédit", alors que le record absolu est aujourd'hui de 35,6°C pour la Norvège, a ajouté M. Jobard.

Cet été inhabituellement brûlant inquiète en Allemagne, où une température record de 38,6 degrés a été enregistrée fin juin dans le Brandebourg, du jamais vu depuis 70 ans.

Près de la moitié des Allemands (47%) se disent effrayés par ces vagues de chaleur contre 41% qui ne s'en inquiètent pas, selon une étude de l'institut de recherches Insa pour le journal Bild.

Les signes du dérèglement climatique se multiplient en 2019: le mois dernier a été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde, notamment en raison de la canicule exceptionnelle en Europe, selon les données du service européen Copernicus sur le changement climatique.

Une canicule a aussi affecté une grande partie des États-Unis, avec des températures atteignant les 38°C à New York et Washington dimanche et six morts imputés à la chaleur, selon plusieurs médias.

Il y a une semaine, le mercure atteignait 21 degrés Celsius à Alert, endroit habité le plus au Nord de la planète, à moins de 900 km du pôle Nord, établissant un "record absolu" de chaleur pour cette station.

Hasard du calendrier, cette vague de chaleur coïncidera en France avec un débat sur le réchauffement climatique organisé mardi par un groupe de députés à l'Assemblée nationale, en présence de l'adolescente suédoise Greta Thunberg, à l'origine d'un grand mouvement de mobilisation des jeunes à travers la planète.

Cette nouvelle canicule risque d'aggraver la sécheresse qui pénalise lourdement le secteur agricole en France.

Le ministre français de l'Agriculture, Didier Guillaume, a ajouté neuf départements aux 24 auxquels l'Union européenne a exceptionnellement permis de "faucher les jachères, pour pouvoir nourrir leurs animaux, car il n'y a tout simplement plus d'herbe dans les pâturages pour les alimenter".

Il a aussi annoncé dimanche soir que le gouvernement allait demander le versement anticipé d'une partie des aides européennes aux agriculteurs, soit une avance de trésorerie d'un milliard d'euros.

(Avec AFP)

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.