Ursula von der Leyen sur la corde raide pour former sa Commission européenne

(AFP)

Confirmée de justesse par le Parlement européen, l'Allemande Ursula von der Leyen travaille à la composition de sa nouvelle commission, un exercice "délicat" car elle doit composer avec les exigences des partis politiques pour obtenir leur investiture en octobre.

Elle sera à la tête d'une équipe de 26 membres - et non plus 27 - en raison du divorce attendu le 31 octobre avec le Royaume-Uni, mais il lui manquait encore six candidats avant la pause du 15 août pour commencer à attribuer les portefeuilles.

La France, l'Italie, la Belgique, la Croatie, le Portugal et la Roumanie ont jusqu'au 26 août, date limite imposée par le Conseil européen, pour désigner leurs représentants.

"L'inconnue sera l'Italie", a confié l'entourage de la présidente. Ursula von der Leyen s'est rendue à Rome début août, mais la fin de la coalition gouvernementale avec le Mouvement 5 étoiles décidée par le patron de la Ligue Matteo Salvini, vice-président du Conseil, complique la désignation du nouveau commissaire italien.

Mme von der Leyen a besoin de connaitre les noms et les qualifications de tous les candidats pour l'attribution des portefeuilles. Le Parlement doit ensuite les auditionner en septembre et le processus se terminera par le vote d'investiture du nouvel exécutif bruxellois le 22 octobre, pendant la session plénière à Strasbourg.

Douze hommes et huit femmes ont été déjà été désignés, selon un décompte de l'AFP sur la base des annonces officielles.

Sept sont membres du Parti Populaire Européen (PPE-droite) comme Mme von der Leyen: Johannes Hahn (Autriche - sortant), Mariya Gabriel (Bulgarie - sortante), Stella Kyriakidou (Chypre - nouvelle), Margaritis Schinas (Grèce - nouveau), Laszlo Trocsanyi (Hongrie, nouveau), Phil Hogan (Irlande, sortant), Valdis Dombrovskis (Lettonie - sortant).

Sept sont membres des partis sociaux-démocrates: Jutta Urpilainen (Finlande - nouvelle), Nicolas Schmit (Luxembourg - nouveau), Helena Dalli (Malte - nouvelle), Frans Timmermans (Pays-Bas, sortant), Maros Sefcovic (Slovaquie - sortant), Josep Borrell (Espagne - nouveau), Ylva Johansson (Suède nouvelle).

Trois sont membres de la famille libérale: Vera Jourova (République Tchèque - sortante), Margrethe Vestager (Danemark - sortante), Kadri Simson (Estonie - nouvelle).

Le candidat lituanien Virginijus Sinkevicius est apparenté aux Verts, le Slovène Janez Lenarcic est indépendant et le Polonais Krzysztof Szczerski est membre du PiS, composante de la droite eurosceptique au Parlement européen.

"Les candidats désignés ne seront pas nécessairement les nouveaux commissaires", a rappelé à l'AFP l’entourage de la nouvelle présidente qui succédera à Jean-Claude Juncker le 1er novembre.

Ursula von der Leyen peut demander aux gouvernements de désigner une autre personnalité avant les auditions, et le Parlement européen peut recaler certains candidats à l'issue de leur audition.

Jean-Claude Juncker a confié récemment avoir refusé six candidats pendant la constitution de sa Commission, et le Parlement l'a ensuite contraint à remanier son équipe en 2014 pour lui accorder l'investiture.

- Encore cinq femmes -

Mme von der Leyen s'est engagée devant le Parlement européen à lui présenter une commission respectant la parité hommes-femmes. Elle pourrait réussir avec les six dernières désignations, si cinq gouvernements désignent des femmes.

La France devrait faire un tel choix. La candidate devrait avoir un profil de politique avec une expérience de dirigeante d'entreprise, comme les ministres Florence Parly, Emmanuelle Wargon ou Brune Poirson, dont les noms circulent à Bruxelles.

La constitution de la nouvelle commission est un exercice "complexe et politiquement délicat", car les Etats ont de grandes ambitions et beaucoup réclament des portefeuilles économiques, les plus prestigieux, souligne un des collaborateurs de la présidence.

Choisie par le Conseil européen, Mme von der Leyen a été confirmée en juillet avec une très courte majorité au Parlement européen, un signe de défiance dont elle doit tenir compte pour obtenir l'investiture de son équipe.

Sa marge de manœuvre est limitée, car les chefs d'Etat et de gouvernement lui ont déjà imposé deux vice-présidents, le socialiste néerlandais Frans Timmermans et la libérale Margrethe Vestager, deux figures de la commission sortante, et ont exigé que d'importantes responsabilités leur soient confiées après les avoir recalés pendant la course à la présidence.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Ursula von der Leyen sur la corde raide pour former sa Commission européenne

Le 25 août 2019 à13:18

Modifié le 25 août 2019 à 13:18

Confirmée de justesse par le Parlement européen, l'Allemande Ursula von der Leyen travaille à la composition de sa nouvelle commission, un exercice "délicat" car elle doit composer avec les exigences des partis politiques pour obtenir leur investiture en octobre.

Elle sera à la tête d'une équipe de 26 membres - et non plus 27 - en raison du divorce attendu le 31 octobre avec le Royaume-Uni, mais il lui manquait encore six candidats avant la pause du 15 août pour commencer à attribuer les portefeuilles.

La France, l'Italie, la Belgique, la Croatie, le Portugal et la Roumanie ont jusqu'au 26 août, date limite imposée par le Conseil européen, pour désigner leurs représentants.

"L'inconnue sera l'Italie", a confié l'entourage de la présidente. Ursula von der Leyen s'est rendue à Rome début août, mais la fin de la coalition gouvernementale avec le Mouvement 5 étoiles décidée par le patron de la Ligue Matteo Salvini, vice-président du Conseil, complique la désignation du nouveau commissaire italien.

Mme von der Leyen a besoin de connaitre les noms et les qualifications de tous les candidats pour l'attribution des portefeuilles. Le Parlement doit ensuite les auditionner en septembre et le processus se terminera par le vote d'investiture du nouvel exécutif bruxellois le 22 octobre, pendant la session plénière à Strasbourg.

Douze hommes et huit femmes ont été déjà été désignés, selon un décompte de l'AFP sur la base des annonces officielles.

Sept sont membres du Parti Populaire Européen (PPE-droite) comme Mme von der Leyen: Johannes Hahn (Autriche - sortant), Mariya Gabriel (Bulgarie - sortante), Stella Kyriakidou (Chypre - nouvelle), Margaritis Schinas (Grèce - nouveau), Laszlo Trocsanyi (Hongrie, nouveau), Phil Hogan (Irlande, sortant), Valdis Dombrovskis (Lettonie - sortant).

Sept sont membres des partis sociaux-démocrates: Jutta Urpilainen (Finlande - nouvelle), Nicolas Schmit (Luxembourg - nouveau), Helena Dalli (Malte - nouvelle), Frans Timmermans (Pays-Bas, sortant), Maros Sefcovic (Slovaquie - sortant), Josep Borrell (Espagne - nouveau), Ylva Johansson (Suède nouvelle).

Trois sont membres de la famille libérale: Vera Jourova (République Tchèque - sortante), Margrethe Vestager (Danemark - sortante), Kadri Simson (Estonie - nouvelle).

Le candidat lituanien Virginijus Sinkevicius est apparenté aux Verts, le Slovène Janez Lenarcic est indépendant et le Polonais Krzysztof Szczerski est membre du PiS, composante de la droite eurosceptique au Parlement européen.

"Les candidats désignés ne seront pas nécessairement les nouveaux commissaires", a rappelé à l'AFP l’entourage de la nouvelle présidente qui succédera à Jean-Claude Juncker le 1er novembre.

Ursula von der Leyen peut demander aux gouvernements de désigner une autre personnalité avant les auditions, et le Parlement européen peut recaler certains candidats à l'issue de leur audition.

Jean-Claude Juncker a confié récemment avoir refusé six candidats pendant la constitution de sa Commission, et le Parlement l'a ensuite contraint à remanier son équipe en 2014 pour lui accorder l'investiture.

- Encore cinq femmes -

Mme von der Leyen s'est engagée devant le Parlement européen à lui présenter une commission respectant la parité hommes-femmes. Elle pourrait réussir avec les six dernières désignations, si cinq gouvernements désignent des femmes.

La France devrait faire un tel choix. La candidate devrait avoir un profil de politique avec une expérience de dirigeante d'entreprise, comme les ministres Florence Parly, Emmanuelle Wargon ou Brune Poirson, dont les noms circulent à Bruxelles.

La constitution de la nouvelle commission est un exercice "complexe et politiquement délicat", car les Etats ont de grandes ambitions et beaucoup réclament des portefeuilles économiques, les plus prestigieux, souligne un des collaborateurs de la présidence.

Choisie par le Conseil européen, Mme von der Leyen a été confirmée en juillet avec une très courte majorité au Parlement européen, un signe de défiance dont elle doit tenir compte pour obtenir l'investiture de son équipe.

Sa marge de manœuvre est limitée, car les chefs d'Etat et de gouvernement lui ont déjà imposé deux vice-présidents, le socialiste néerlandais Frans Timmermans et la libérale Margrethe Vestager, deux figures de la commission sortante, et ont exigé que d'importantes responsabilités leur soient confiées après les avoir recalés pendant la course à la présidence.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.