Merkel commémore la fin du Rideau de fer et plaide pour une Europe "à visage humain"

(AFP)

Trente ans après la chute du Rideau de fer, la chancelière allemande Angela Merkel a plaidé lundi pour une Europe "de solidarité et de liberté", à l'image des événements de 1989 qui ont conduit à la fin de la séparation entre l'est et l'ouest du continent.

A l'invitation du Premier ministre Viktor Orban, Angela Merkel s'est rendue lundi en Hongrie, dans la ville frontalière de Sopron où, le 19 août 1989, plus de 600 Allemands de l'Est, en vacances en Hongrie, avaient profité de l'ouverture d'un poste-frontière avec l'Autriche, à l'occasion d'un "pique-nique paneuropéen", pour fuir à l'Ouest.

L'événement fut une brèche décisive dans le "Rideau de fer", cette séparation idéologique puis physique, établie en Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale entre la zone d'influence soviétique à l'Est et les pays de l'Ouest, symbolisée par le Mur de Berlin.

Ce pique-nique "est devenu un symbole international prouvant que le désir de liberté ne peut pas être repoussé", a estimé Mme Merkel lors d'un discours prononcé aux côtés de M. Orban, après un service religieux dans une église de la ville.

"Sopron montre ce qui fait de nous des Européens, a-t-elle ajouté: (le pique-nique) était un positionnement en faveur de la solidarité, de la liberté et de la paix, pour une Europe à visage humain".

Ce sont ces valeurs qui doivent continuer "d'unir l'Europe", a soutenu la chancelière, appelant à "combattre les causes de la fuite et des persécutions" qui poussent les réfugiés issus de "zones de guerre et de crise" à l'exil, vers l'Europe notamment.

La politique européenne d'asile a suscité ces dernières années de vives crispations incarnées par les postures divergentes d'Angela Merkel et Viktor Orban au pic de la vague de réfugiés de 2015.

Alors que la chancelière conservatrice avait d'abord plaidé pour une politique généreuse envers les réfugiés fuyant la guerre, le Premier ministre souverainiste hongrois y a opposé un refus catégorique de l'immigration au nom de la défense de valeurs chrétiennes.

- Libérés du "joug soviétique" -

Vétérans de la politique européenne - Angela Merkel est au pouvoir depuis 2005, Viktor Orban depuis 2010 -, les deux dirigeants se sont rencontrés pour la dernière fois en juillet 2018, à l'occasion d'un déplacement de Viktor Orban à Berlin.

Angela Merkel avait profité de l'occasion pour rappeler son homologue au devoir d'"humanité", alors que la Hongrie a été épinglée à de nombreuses reprises pour son traitement des demandeurs d'asile retenus à ses frontières.

Depuis 2015, plus de 200 kilomètres de clôtures érigées par le gouvernement de Viktor Orban contre les migrants ferment les frontières sud de la Hongrie avec la Serbie et la Croatie. Angela Merkel a toujours rejeté cette "politique des barbelés" au cœur de l'UE.

Chacun à sa façon, la chancelière et le Premier ministre ont été profondément marqués par les événements de 1989 qui menèrent à la chute du Mur, le 9 novembre.

"L'ouverture du Rideau de fer en Hongrie a ouvert la route vers la réunification allemande", a rappelé Viktor Orban lundi.

"Nous savions que notre libération du joug soviétique ne serait définitive qu'avec une Allemagne unie", a-t-il ajouté.

Fille d'un pasteur parti vivre avec toute sa famille volontairement dans l'Allemagne de l'Est communiste et athée pour prêcher l'Evangile, Angela Merkel, âgée de 65 ans, s'affiche comme une responsable qui ne cède rien sur les valeurs de liberté, de justice et d'Etat de droit.

Aux yeux de Viktor Orban, âgé de 56 ans et qui a débuté dans l'arène politique comme dissident libéral en 1989, la chute du communisme a d'abord marqué pour la Hongrie et les pays de l'Est la reconquête de leur souveraineté, une notion sur laquelle il s'est montré de plus en plus intransigeant au fil des ans, jusqu'à être accusé de dérives antidémocratiques dans son exercice du pouvoir.

Au-delà de leurs divergences politiques, les deux gouvernements ont des intérêts économiques étroitement liés, l'Allemagne étant le principal partenaire économique de la Hongrie du fait notamment de la forte implantation de ses constructeurs automobiles dans le pays.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Merkel commémore la fin du Rideau de fer et plaide pour une Europe "à visage humain"

Le 17 septembre 2019 à11:30

Modifié le 17 septembre 2019 à 11:30

Trente ans après la chute du Rideau de fer, la chancelière allemande Angela Merkel a plaidé lundi pour une Europe "de solidarité et de liberté", à l'image des événements de 1989 qui ont conduit à la fin de la séparation entre l'est et l'ouest du continent.

A l'invitation du Premier ministre Viktor Orban, Angela Merkel s'est rendue lundi en Hongrie, dans la ville frontalière de Sopron où, le 19 août 1989, plus de 600 Allemands de l'Est, en vacances en Hongrie, avaient profité de l'ouverture d'un poste-frontière avec l'Autriche, à l'occasion d'un "pique-nique paneuropéen", pour fuir à l'Ouest.

L'événement fut une brèche décisive dans le "Rideau de fer", cette séparation idéologique puis physique, établie en Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale entre la zone d'influence soviétique à l'Est et les pays de l'Ouest, symbolisée par le Mur de Berlin.

Ce pique-nique "est devenu un symbole international prouvant que le désir de liberté ne peut pas être repoussé", a estimé Mme Merkel lors d'un discours prononcé aux côtés de M. Orban, après un service religieux dans une église de la ville.

"Sopron montre ce qui fait de nous des Européens, a-t-elle ajouté: (le pique-nique) était un positionnement en faveur de la solidarité, de la liberté et de la paix, pour une Europe à visage humain".

Ce sont ces valeurs qui doivent continuer "d'unir l'Europe", a soutenu la chancelière, appelant à "combattre les causes de la fuite et des persécutions" qui poussent les réfugiés issus de "zones de guerre et de crise" à l'exil, vers l'Europe notamment.

La politique européenne d'asile a suscité ces dernières années de vives crispations incarnées par les postures divergentes d'Angela Merkel et Viktor Orban au pic de la vague de réfugiés de 2015.

Alors que la chancelière conservatrice avait d'abord plaidé pour une politique généreuse envers les réfugiés fuyant la guerre, le Premier ministre souverainiste hongrois y a opposé un refus catégorique de l'immigration au nom de la défense de valeurs chrétiennes.

- Libérés du "joug soviétique" -

Vétérans de la politique européenne - Angela Merkel est au pouvoir depuis 2005, Viktor Orban depuis 2010 -, les deux dirigeants se sont rencontrés pour la dernière fois en juillet 2018, à l'occasion d'un déplacement de Viktor Orban à Berlin.

Angela Merkel avait profité de l'occasion pour rappeler son homologue au devoir d'"humanité", alors que la Hongrie a été épinglée à de nombreuses reprises pour son traitement des demandeurs d'asile retenus à ses frontières.

Depuis 2015, plus de 200 kilomètres de clôtures érigées par le gouvernement de Viktor Orban contre les migrants ferment les frontières sud de la Hongrie avec la Serbie et la Croatie. Angela Merkel a toujours rejeté cette "politique des barbelés" au cœur de l'UE.

Chacun à sa façon, la chancelière et le Premier ministre ont été profondément marqués par les événements de 1989 qui menèrent à la chute du Mur, le 9 novembre.

"L'ouverture du Rideau de fer en Hongrie a ouvert la route vers la réunification allemande", a rappelé Viktor Orban lundi.

"Nous savions que notre libération du joug soviétique ne serait définitive qu'avec une Allemagne unie", a-t-il ajouté.

Fille d'un pasteur parti vivre avec toute sa famille volontairement dans l'Allemagne de l'Est communiste et athée pour prêcher l'Evangile, Angela Merkel, âgée de 65 ans, s'affiche comme une responsable qui ne cède rien sur les valeurs de liberté, de justice et d'Etat de droit.

Aux yeux de Viktor Orban, âgé de 56 ans et qui a débuté dans l'arène politique comme dissident libéral en 1989, la chute du communisme a d'abord marqué pour la Hongrie et les pays de l'Est la reconquête de leur souveraineté, une notion sur laquelle il s'est montré de plus en plus intransigeant au fil des ans, jusqu'à être accusé de dérives antidémocratiques dans son exercice du pouvoir.

Au-delà de leurs divergences politiques, les deux gouvernements ont des intérêts économiques étroitement liés, l'Allemagne étant le principal partenaire économique de la Hongrie du fait notamment de la forte implantation de ses constructeurs automobiles dans le pays.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.