Reçu par Macron, Mitsotakis invite les investisseurs français en Grèce

(AFP)

Le nouveau Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a appelé jeudi, en étant accueilli par Emmanuel Macron à l'Elysée, les investisseurs français à "saisir les opportunités" qu'offre la Grèce avec son nouveau gouvernement.

"Je lance un appel aux entreprises françaises pour qu'elle participent au bond de croissance et à saisir les nouvelles opportunités qui se créent en Grèce", a déclaré M. Mitsotakis devant la presse dans la cour de l'Elysée.

Pour sa première visite bilatérale en France depuis son élection le 7 juillet, Kyriakos Mitsotakis, qui se rendra ensuite à Berlin et à La Haye, veut convaincre ses créanciers, l'Union européenne et le Fonds monéraire international, de desserrer les contraintes budgétaires imposées à la Grèce.

En échange, le Premier ministre conservateur promet que "la Grèce sera l'agréable surprise de la zone euro ces prochaines années", a-t-il dit dans une interview au Figaro.

Pour "renouer avec la croissance", il s'engage à présenter en septembre "une réforme fiscale, qui prévoit la baisse de l'impôt sur les sociétés de 28 à 24%" pour "2019, puis à 20% à partir de 2021", ainsi qu'une réduction de l'impôt sur les dividendes.

Emmanuel Macron a rendu hommage au "courage" dont ont fait preuve les Grecs durant la crise économique et s'est félicité des objectifs communs avec M. Mitsotakis sur l'agenda européen, et notamment pour "un budget ambitieux pour la zone euro".

Sur le dossier migratoire, il a de nouveau regretté que "la solidarité manque encore" entre les pays européens dans la répartition des migrants, déplorant "des décisions inacceptables encore prises par certains" pays, sans citer de nom.

Pour le Premier ministre grec, "il ne faut pas que la charge soit portée uniquement par les pays aux frontières extérieures de l'Europe".

Dans un premier temps, la Grèce, qui connaît une accélération des arrivées de migrants, va changer "sa politique nationale de l'asile (...) en accélérant la prise de décisions", a-t-il annoncé dans Le Figaro. "Ceux qui obtiennent (l'asile) ont évidemment le droit de rester en Grèce, alors que ceux qui n'y sont pas admissibles devront retourner en Turquie", comme le prévoit l'accord UE-Turquie de 2016, a-t-il expliqué.

Début août, les arrivées sur les cinq îles égéennes proches de la Turquie --Lesbos, Samos, Chios, Kos et Leros-- avaient connu une augmentation de 17% en quelques semaines, avait indiqué début août le ministre chargé de la politique migratoire, Giorgos Koumoutsakos.

M. Macron a par ailleurs assuré son hôte que "la France et l'UE ne feront preuve d'aucune faiblesse" face aux activités de la Turquie dans la zone économique maritime de Chypre, très proche de la Grèce.

La Turquie, dont l'armée occupe le tiers nord de l'île, s'oppose à toute exploration et exploitation de ces ressources qui excluraient cette partie de Chypre, où vivent les Chypriotes-turcs.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Reçu par Macron, Mitsotakis invite les investisseurs français en Grèce

Le 16 septembre 2019 à03:12

Modifié le 16 septembre 2019 à 03:12

Le nouveau Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a appelé jeudi, en étant accueilli par Emmanuel Macron à l'Elysée, les investisseurs français à "saisir les opportunités" qu'offre la Grèce avec son nouveau gouvernement.

"Je lance un appel aux entreprises françaises pour qu'elle participent au bond de croissance et à saisir les nouvelles opportunités qui se créent en Grèce", a déclaré M. Mitsotakis devant la presse dans la cour de l'Elysée.

Pour sa première visite bilatérale en France depuis son élection le 7 juillet, Kyriakos Mitsotakis, qui se rendra ensuite à Berlin et à La Haye, veut convaincre ses créanciers, l'Union européenne et le Fonds monéraire international, de desserrer les contraintes budgétaires imposées à la Grèce.

En échange, le Premier ministre conservateur promet que "la Grèce sera l'agréable surprise de la zone euro ces prochaines années", a-t-il dit dans une interview au Figaro.

Pour "renouer avec la croissance", il s'engage à présenter en septembre "une réforme fiscale, qui prévoit la baisse de l'impôt sur les sociétés de 28 à 24%" pour "2019, puis à 20% à partir de 2021", ainsi qu'une réduction de l'impôt sur les dividendes.

Emmanuel Macron a rendu hommage au "courage" dont ont fait preuve les Grecs durant la crise économique et s'est félicité des objectifs communs avec M. Mitsotakis sur l'agenda européen, et notamment pour "un budget ambitieux pour la zone euro".

Sur le dossier migratoire, il a de nouveau regretté que "la solidarité manque encore" entre les pays européens dans la répartition des migrants, déplorant "des décisions inacceptables encore prises par certains" pays, sans citer de nom.

Pour le Premier ministre grec, "il ne faut pas que la charge soit portée uniquement par les pays aux frontières extérieures de l'Europe".

Dans un premier temps, la Grèce, qui connaît une accélération des arrivées de migrants, va changer "sa politique nationale de l'asile (...) en accélérant la prise de décisions", a-t-il annoncé dans Le Figaro. "Ceux qui obtiennent (l'asile) ont évidemment le droit de rester en Grèce, alors que ceux qui n'y sont pas admissibles devront retourner en Turquie", comme le prévoit l'accord UE-Turquie de 2016, a-t-il expliqué.

Début août, les arrivées sur les cinq îles égéennes proches de la Turquie --Lesbos, Samos, Chios, Kos et Leros-- avaient connu une augmentation de 17% en quelques semaines, avait indiqué début août le ministre chargé de la politique migratoire, Giorgos Koumoutsakos.

M. Macron a par ailleurs assuré son hôte que "la France et l'UE ne feront preuve d'aucune faiblesse" face aux activités de la Turquie dans la zone économique maritime de Chypre, très proche de la Grèce.

La Turquie, dont l'armée occupe le tiers nord de l'île, s'oppose à toute exploration et exploitation de ces ressources qui excluraient cette partie de Chypre, où vivent les Chypriotes-turcs.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.