Japon: jeu de chaises musicales dans le gouvernement d'Abe

(AFP)

Le ministre de la Revitalisation économique passe aux Affaires étrangères, le chef de la diplomatie à la Défense, un jeune loup populaire de 38 ans fait son entrée: le Premier ministre japonais Shinzo Abe a remanié mercredi son gouvernement.

Cette énième refonte a pour devise "stabilité et défi".

Le premier terme de ce slogan correspond au maintien de la colonne vertébrale formée par les vétérans Taro Aso, reconduit aux Finances, et le secrétaire général du gouvernement, Yoshihide Suga, qui conserve ce poste et assure aussi la fonction de porte-parole de l'exécutif.

Ils sont là depuis le retour de M. Abe au pouvoir fin 2012.

Celui qui était aux Affaires étrangères, Taro Kono, passe à la Défense, ce qui peut être interprété comme un signe du soutien de M. Abe à sa fermeté dans la récente escalade de querelles avec la Corée du Sud.

Toshimitsu Motegi, l'homme au coeur des négociations commerciales avec les Etats-Unis après leur sortie de l'accord multilatéral transpacifique (TPP), change de casquette.

Il laisse celle de la Revitalisation économique pour celle de la diplomatie, une récompense, alors que Tokyo et Washington sont censés annoncer prochainement la conclusion d'une entente commerciale.

Le poste des Affaires étrangères est cependant des plus sensibles compte tenu des relations tendues avec la Corée du Sud, des différends territoriaux avec la Chine ou la Russie, outre les coups de boutoir de l'allié américain et les tergiversations de la Corée du Nord avec son programme nucléaire.

Les politologues ne s'attendent pas à des changements majeurs dans la façon dont le Japon va conduire sa diplomatie, compte tenu du fait que c'est principalement M. Abe lui-même qui mène la danse. Il n'hésite pas à se rendre dans de nombreux pays et multiplie les rencontres avec les présidents américain et russe depuis qu'il a repris les commandes du pays il y a près de sept ans.

- L'après-Abe -

Le côté "défi" de ce nouveau gouvernement se trouve quant à lui dans un coup médiatique: la nomination d'une figure populaire, Shinjiro Koizumi, fils de l'ex-Premier ministre Junichiro Koizumi.

A 38 ans, M. Koizumi, qui hérite du portefeuille de l'Environnement, est le troisième plus jeune ministre nommé au Japon depuis la fin de la guerre.

C'est la figure montante, le personnage qui fait vibrer les médias tant par son côté beau gosse et "people" que trublion.

On l'a vu récemment défrayer la chronique en allant annoncer au Premier ministre son mariage avec une populaire animatrice franco-japonaise. Mais il n'avait pas soutenu M. Abe lors d'une élection interne au Parti Libéral-démocrate (PLD) présidé par le premier, lui préférant son principal rival.

Les femmes, elles, ne sont que deux (Sanae Takaichi aux Affaires intérieures et Seiko Hashimoto aux jeux Olympiques), même si M. Abe continue de dire qu'il veut une société où "brille" la gent féminine.

Les médias japonais spéculent déjà sur le nom du possible successeur de M. Abe à la tête du gouvernement, l'actuel Premier ministre devant en théorie quitter son poste en 2021.

"Abe cherche à lancer la course pour le prochain et peut-être même celui d'après", analyse Yoshimasa Maruyama, économiste de SMBC Nikko Securities.

En attendant, M. Abe espère mener à bien son ultime ambition, celle que n'a pu réaliser feu son grand-père Nobusuke Kishi lorsqu'il était Premier ministre (1957-1960), à savoir réformer la Constitution japonaise, rédigée par les Américains en 1946, entrée en vigueur en 1947 et jamais amendée depuis.

M. Abe, qui s'exprimera devant la presse en fin de journée mercredi, abordera cette question.

Il a donné le ton dans la matinée lors d'une réunion de son parti: "je veux un front uni et que l'on agisse fortement ensemble pour une révision de la Constitution".

Il sera aussi interrogé sur la situation économique du pays, à la veille d'une hausse de l'impopulaire taxe sur la consommation prévue le 1er octobre et alors que se font sentir les effets de la guerre commerciale sino-américaine.

M. Abe a choisi deux nouveaux venus pour les postes de ministre de la Revitalisation économique (Yasutoshi Nishimura, un proche qui faisait déjà partie de sa garde rapprochée) et de ministre du Commerce et de l'Industrie (Isshu Sugawara, ex-vice ministre des Finances).

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Japon: jeu de chaises musicales dans le gouvernement d'Abe

Le 17 septembre 2019 à09:24

Modifié le 17 septembre 2019 à 09:24

Le ministre de la Revitalisation économique passe aux Affaires étrangères, le chef de la diplomatie à la Défense, un jeune loup populaire de 38 ans fait son entrée: le Premier ministre japonais Shinzo Abe a remanié mercredi son gouvernement.

Cette énième refonte a pour devise "stabilité et défi".

Le premier terme de ce slogan correspond au maintien de la colonne vertébrale formée par les vétérans Taro Aso, reconduit aux Finances, et le secrétaire général du gouvernement, Yoshihide Suga, qui conserve ce poste et assure aussi la fonction de porte-parole de l'exécutif.

Ils sont là depuis le retour de M. Abe au pouvoir fin 2012.

Celui qui était aux Affaires étrangères, Taro Kono, passe à la Défense, ce qui peut être interprété comme un signe du soutien de M. Abe à sa fermeté dans la récente escalade de querelles avec la Corée du Sud.

Toshimitsu Motegi, l'homme au coeur des négociations commerciales avec les Etats-Unis après leur sortie de l'accord multilatéral transpacifique (TPP), change de casquette.

Il laisse celle de la Revitalisation économique pour celle de la diplomatie, une récompense, alors que Tokyo et Washington sont censés annoncer prochainement la conclusion d'une entente commerciale.

Le poste des Affaires étrangères est cependant des plus sensibles compte tenu des relations tendues avec la Corée du Sud, des différends territoriaux avec la Chine ou la Russie, outre les coups de boutoir de l'allié américain et les tergiversations de la Corée du Nord avec son programme nucléaire.

Les politologues ne s'attendent pas à des changements majeurs dans la façon dont le Japon va conduire sa diplomatie, compte tenu du fait que c'est principalement M. Abe lui-même qui mène la danse. Il n'hésite pas à se rendre dans de nombreux pays et multiplie les rencontres avec les présidents américain et russe depuis qu'il a repris les commandes du pays il y a près de sept ans.

- L'après-Abe -

Le côté "défi" de ce nouveau gouvernement se trouve quant à lui dans un coup médiatique: la nomination d'une figure populaire, Shinjiro Koizumi, fils de l'ex-Premier ministre Junichiro Koizumi.

A 38 ans, M. Koizumi, qui hérite du portefeuille de l'Environnement, est le troisième plus jeune ministre nommé au Japon depuis la fin de la guerre.

C'est la figure montante, le personnage qui fait vibrer les médias tant par son côté beau gosse et "people" que trublion.

On l'a vu récemment défrayer la chronique en allant annoncer au Premier ministre son mariage avec une populaire animatrice franco-japonaise. Mais il n'avait pas soutenu M. Abe lors d'une élection interne au Parti Libéral-démocrate (PLD) présidé par le premier, lui préférant son principal rival.

Les femmes, elles, ne sont que deux (Sanae Takaichi aux Affaires intérieures et Seiko Hashimoto aux jeux Olympiques), même si M. Abe continue de dire qu'il veut une société où "brille" la gent féminine.

Les médias japonais spéculent déjà sur le nom du possible successeur de M. Abe à la tête du gouvernement, l'actuel Premier ministre devant en théorie quitter son poste en 2021.

"Abe cherche à lancer la course pour le prochain et peut-être même celui d'après", analyse Yoshimasa Maruyama, économiste de SMBC Nikko Securities.

En attendant, M. Abe espère mener à bien son ultime ambition, celle que n'a pu réaliser feu son grand-père Nobusuke Kishi lorsqu'il était Premier ministre (1957-1960), à savoir réformer la Constitution japonaise, rédigée par les Américains en 1946, entrée en vigueur en 1947 et jamais amendée depuis.

M. Abe, qui s'exprimera devant la presse en fin de journée mercredi, abordera cette question.

Il a donné le ton dans la matinée lors d'une réunion de son parti: "je veux un front uni et que l'on agisse fortement ensemble pour une révision de la Constitution".

Il sera aussi interrogé sur la situation économique du pays, à la veille d'une hausse de l'impopulaire taxe sur la consommation prévue le 1er octobre et alors que se font sentir les effets de la guerre commerciale sino-américaine.

M. Abe a choisi deux nouveaux venus pour les postes de ministre de la Revitalisation économique (Yasutoshi Nishimura, un proche qui faisait déjà partie de sa garde rapprochée) et de ministre du Commerce et de l'Industrie (Isshu Sugawara, ex-vice ministre des Finances).

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.