Débat démocrate: le favori Biden face à l'étoile montante Warren pour la première fois

(AFP)

Le septuagénaire Joe Biden, favori de la primaire démocrate malgré les doutes sur son état de forme, est pour la première fois opposé directement à la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, apparaissant actuellement comme sa principale menace, jeudi lors d'un nouveau débat à la télévision américaine.

Seuls dix candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre 2020 ont été sélectionnés, sur les 20 encore en lice, pour ce troisième débat, le plus long à ce jour.

Alors que l'écrémage a commencé --déjà cinq prétendants ont récemment jeté l'éponge-- l'émission marquera la rentrée et l'accélération de cette longue campagne, cinq mois avant les premiers votes de la primaire, dans l'Iowa.

Pendant trois heures, tous les regards scruteront l'ancien vice-président de Barack Obama, pour voir si Joe Biden peut tenir avec énergie la longueur de ce débat marathon, signe de l'endurance qu'il devra déployer pour l'éprouvante campagne présidentielle qui l'attend peut-être.

L'été a été marqué par ses gaffes et propos confus qui ont réveillé des doutes sur sa forme physique, et intellectuelle. Vétéran de la politique, l'ex-sénateur a aussi dû défendre plusieurs fois son long bilan.

Mais le centriste âgé de 76 ans reste solidement en tête des sondages (26,8% selon la moyenne établie par le site RealClearPolitics), bénéficiant d'un grand capital sympathie, de son image de modéré capable de battre le républicain Donald Trump et du fort soutien des Noirs.

"Joe Biden mène mais les autres candidats se préparent, et espèrent, qu'il va finalement s'effondrer" dans les prochains mois, souligne le politologue Larry Sabato de l'université de Virginie, dans sa publication en ligne "Crystal Ball".

Parmi les rivaux de Biden, la bête noire de Wall Street Elizabeth Warren, 70 ans, a elle passé un été beaucoup plus doré, s'inscrivant fermement dans le trio de tête.

Symbole des différents courants traversant le parti démocrate, la progressiste sera placée directement à la gauche du centriste Biden.

C'est le sénateur indépendant Bernie Sanders (17,3%), 78 ans, qui complète le trio de tête... et de septuagénaires.

Lui et Elizabeth Warren ont jusqu'ici affiché un front solidaire et cordial dans leurs échanges.

Mais le socialiste doit s’inquiéter de devoir disputer depuis des semaines, dans un mouchoir de poche, la deuxième place à sa collègue du Sénat (16,8%). Tous deux pourraient vouloir marquer leur différence afin de s'attirer les électeurs de gauche.

- Trump s'invite -

A coup d'attaques contre les favoris ou de déclarations bien senties, les petits candidats, loin derrière, chercheront eux sans doute à faire la différence.

Le débat pourrait opposer clairement les camps modéré et progressiste, et abordera certainement la question des armes à feu, après un été marqué par de grandes fusillades meurtrières.

La sénatrice Kamala Harris est retombée dans les sondages après un coup d'éclat face à Biden lors du premier débat (6,5%).

Complètent la liste le jeune maire de South Bend, Pete Buttigieg (4,8%), l'homme d'affaires et seul non-professionnel de la politique sur scène Andrew Yang (3%), l'ex-élu texan de la Chambre des représentants Beto O'Rourke (2,8%), le sénateur Cory Booker (2,3%), la sénatrice Amy Klobuchar (1,2%) et l'ancien ministre d'Obama Julian Castro (1%).

Un sujet commun unit tous les démocrates, candidats et électeurs: la grande priorité est de battre Donald Trump.

Le magnat de l'immobilier fait déjà campagne en dépeignant ses opposants comme des "socialistes", mot très marqué à gauche aux Etats-Unis, menaçant le rêve américain.

Il s'est même invité à Houston, mégapole texane où aura lieu le débat, avec des publicités dans les journaux du matin avant de déployer une grande affiche qui survolera la ville tout l'après-midi avec un sombre avertissement:

"Le socialisme va tuer l'économie de Houston. Votez Trump en 2020".

Et il commentera sans doute la campagne des démocrates lors d'un discours prévu à Baltimore peu avant le début du débat, lorsqu'il pourrait éreinter les favoris de la course qu'il adore affubler des surnoms dont il a le secret: "Joe l'endormi", "Pocahontas" en référence à la polémique sur les origines amérindiennes longtemps revendiquées par Elizabeth Warren et "Bernie le fou".

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Débat démocrate: le favori Biden face à l'étoile montante Warren pour la première fois

Le 21 septembre 2019 à11:51

Modifié le 21 septembre 2019 à 11:51

Le septuagénaire Joe Biden, favori de la primaire démocrate malgré les doutes sur son état de forme, est pour la première fois opposé directement à la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, apparaissant actuellement comme sa principale menace, jeudi lors d'un nouveau débat à la télévision américaine.

Seuls dix candidats à l'investiture démocrate pour la présidentielle de novembre 2020 ont été sélectionnés, sur les 20 encore en lice, pour ce troisième débat, le plus long à ce jour.

Alors que l'écrémage a commencé --déjà cinq prétendants ont récemment jeté l'éponge-- l'émission marquera la rentrée et l'accélération de cette longue campagne, cinq mois avant les premiers votes de la primaire, dans l'Iowa.

Pendant trois heures, tous les regards scruteront l'ancien vice-président de Barack Obama, pour voir si Joe Biden peut tenir avec énergie la longueur de ce débat marathon, signe de l'endurance qu'il devra déployer pour l'éprouvante campagne présidentielle qui l'attend peut-être.

L'été a été marqué par ses gaffes et propos confus qui ont réveillé des doutes sur sa forme physique, et intellectuelle. Vétéran de la politique, l'ex-sénateur a aussi dû défendre plusieurs fois son long bilan.

Mais le centriste âgé de 76 ans reste solidement en tête des sondages (26,8% selon la moyenne établie par le site RealClearPolitics), bénéficiant d'un grand capital sympathie, de son image de modéré capable de battre le républicain Donald Trump et du fort soutien des Noirs.

"Joe Biden mène mais les autres candidats se préparent, et espèrent, qu'il va finalement s'effondrer" dans les prochains mois, souligne le politologue Larry Sabato de l'université de Virginie, dans sa publication en ligne "Crystal Ball".

Parmi les rivaux de Biden, la bête noire de Wall Street Elizabeth Warren, 70 ans, a elle passé un été beaucoup plus doré, s'inscrivant fermement dans le trio de tête.

Symbole des différents courants traversant le parti démocrate, la progressiste sera placée directement à la gauche du centriste Biden.

C'est le sénateur indépendant Bernie Sanders (17,3%), 78 ans, qui complète le trio de tête... et de septuagénaires.

Lui et Elizabeth Warren ont jusqu'ici affiché un front solidaire et cordial dans leurs échanges.

Mais le socialiste doit s’inquiéter de devoir disputer depuis des semaines, dans un mouchoir de poche, la deuxième place à sa collègue du Sénat (16,8%). Tous deux pourraient vouloir marquer leur différence afin de s'attirer les électeurs de gauche.

- Trump s'invite -

A coup d'attaques contre les favoris ou de déclarations bien senties, les petits candidats, loin derrière, chercheront eux sans doute à faire la différence.

Le débat pourrait opposer clairement les camps modéré et progressiste, et abordera certainement la question des armes à feu, après un été marqué par de grandes fusillades meurtrières.

La sénatrice Kamala Harris est retombée dans les sondages après un coup d'éclat face à Biden lors du premier débat (6,5%).

Complètent la liste le jeune maire de South Bend, Pete Buttigieg (4,8%), l'homme d'affaires et seul non-professionnel de la politique sur scène Andrew Yang (3%), l'ex-élu texan de la Chambre des représentants Beto O'Rourke (2,8%), le sénateur Cory Booker (2,3%), la sénatrice Amy Klobuchar (1,2%) et l'ancien ministre d'Obama Julian Castro (1%).

Un sujet commun unit tous les démocrates, candidats et électeurs: la grande priorité est de battre Donald Trump.

Le magnat de l'immobilier fait déjà campagne en dépeignant ses opposants comme des "socialistes", mot très marqué à gauche aux Etats-Unis, menaçant le rêve américain.

Il s'est même invité à Houston, mégapole texane où aura lieu le débat, avec des publicités dans les journaux du matin avant de déployer une grande affiche qui survolera la ville tout l'après-midi avec un sombre avertissement:

"Le socialisme va tuer l'économie de Houston. Votez Trump en 2020".

Et il commentera sans doute la campagne des démocrates lors d'un discours prévu à Baltimore peu avant le début du débat, lorsqu'il pourrait éreinter les favoris de la course qu'il adore affubler des surnoms dont il a le secret: "Joe l'endormi", "Pocahontas" en référence à la polémique sur les origines amérindiennes longtemps revendiquées par Elizabeth Warren et "Bernie le fou".

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.