La Bourse de Ryad chute après des attaques contre des sites pétroliers

(AFP)

La Bourse d'Arabie saoudite a chuté dimanche, au lendemain d'une attaque de drones contre deux installations pétrolières stratégiques qui ont entraîné une réduction de moitié de la production de brut du royaume, premier exportateur mondial.

Première place financière du monde arabe, la Bourse de Ryad a perdu environ 3% (200 points) à l'ouverture, avant de se reprendre légèrement. Une heure plus tard, l'indice Tadawul All-Shares baissait de 1,5%, à 7,715 points.

Toujours à l'ouverture, le secteur de l'énergie a plongé de 4,7% et les secteurs bancaires et des télécommunications ont perdu chacun 3%.

Les marchés sont aussi affectés par l'annonce du géant pétrochimique Sabic (Saudi Basic Industries Corporation) à propos d'une pénurie de matières premières.

L'entreprise n'a pas précisé les causes de cette pénurie mais a indiqué que le problème était apparu samedi, jour où une attaque de drones revendiquée par les rebelles yéménites Houthis a provoqué des incendies dans deux installations pétrolières du groupe Aramco en Arabie saoudite, Abqaiq et Khurais.

"Une partie de la baisse (de la production) sera compensée pour les clients par les stocks", a indiqué le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdel Aziz ben Salmane, dans un communiqué relayé par l'agence officielle SPA.

Cinq sites de stockage souterrains, pouvant contenir des dizaines de millions de barils de différents produits pétroliers raffinés, ont été construits dans plusieurs endroits du royaume pour une extraction en cas d'urgence.

Le ministre a indiqué que les explosions dues aux attaques avaient aussi causé l'interruption de la production d'environ deux milliards de pieds cubes (56,6 millions de mètres cubes) de gaz associé, extrait avec le brut.

"En conséquence, l'approvisionnement en éthane et en gaz naturel liquéfié va baisser de 50%", a précisé le ministre, ajoutant que l'approvisionnement domestique en carburant, électricité et en eau n'avait pas été affecté.

Le PDG d'Aramco Amin Nasser a affirmé que le travail était "en cours pour regagner les quantités de production" perdues.

L'attaque de drones de samedi est la troisième attaque du genre en cinq mois contre des infrastructures du mastodonte pétrolier. Elle intervient alors qu'Aramco prépare son introduction en bourse qui doit avoir lieu "bientôt", selon son PDG.

Les Houthis, qui revendiquent régulièrement des tirs de drones ou de missiles contre des cibles en Arabie saoudite, affirment agir en riposte aux frappes aériennes de la coalition militaire menée par Ryad, qui intervient depuis 2015 dans la guerre au Yémen en soutien au pouvoir contre les rebelles.

Le conflit au Yémen a provoqué la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

La Bourse de Ryad chute après des attaques contre des sites pétroliers

Le 16 octobre 2019 à15:14

Modifié le 16 octobre 2019 à 15:14

La Bourse d'Arabie saoudite a chuté dimanche, au lendemain d'une attaque de drones contre deux installations pétrolières stratégiques qui ont entraîné une réduction de moitié de la production de brut du royaume, premier exportateur mondial.

Première place financière du monde arabe, la Bourse de Ryad a perdu environ 3% (200 points) à l'ouverture, avant de se reprendre légèrement. Une heure plus tard, l'indice Tadawul All-Shares baissait de 1,5%, à 7,715 points.

Toujours à l'ouverture, le secteur de l'énergie a plongé de 4,7% et les secteurs bancaires et des télécommunications ont perdu chacun 3%.

Les marchés sont aussi affectés par l'annonce du géant pétrochimique Sabic (Saudi Basic Industries Corporation) à propos d'une pénurie de matières premières.

L'entreprise n'a pas précisé les causes de cette pénurie mais a indiqué que le problème était apparu samedi, jour où une attaque de drones revendiquée par les rebelles yéménites Houthis a provoqué des incendies dans deux installations pétrolières du groupe Aramco en Arabie saoudite, Abqaiq et Khurais.

"Une partie de la baisse (de la production) sera compensée pour les clients par les stocks", a indiqué le ministre saoudien de l'Energie, le prince Abdel Aziz ben Salmane, dans un communiqué relayé par l'agence officielle SPA.

Cinq sites de stockage souterrains, pouvant contenir des dizaines de millions de barils de différents produits pétroliers raffinés, ont été construits dans plusieurs endroits du royaume pour une extraction en cas d'urgence.

Le ministre a indiqué que les explosions dues aux attaques avaient aussi causé l'interruption de la production d'environ deux milliards de pieds cubes (56,6 millions de mètres cubes) de gaz associé, extrait avec le brut.

"En conséquence, l'approvisionnement en éthane et en gaz naturel liquéfié va baisser de 50%", a précisé le ministre, ajoutant que l'approvisionnement domestique en carburant, électricité et en eau n'avait pas été affecté.

Le PDG d'Aramco Amin Nasser a affirmé que le travail était "en cours pour regagner les quantités de production" perdues.

L'attaque de drones de samedi est la troisième attaque du genre en cinq mois contre des infrastructures du mastodonte pétrolier. Elle intervient alors qu'Aramco prépare son introduction en bourse qui doit avoir lieu "bientôt", selon son PDG.

Les Houthis, qui revendiquent régulièrement des tirs de drones ou de missiles contre des cibles en Arabie saoudite, affirment agir en riposte aux frappes aériennes de la coalition militaire menée par Ryad, qui intervient depuis 2015 dans la guerre au Yémen en soutien au pouvoir contre les rebelles.

Le conflit au Yémen a provoqué la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

URGENT Discours du Roi: les banques activeront le dispositif spécial dès janvier 2020