Carburants: des "gilets jaunes" réclament "un gel immédiat" des prix

(AFP)

Le collectif des "Gilets jaunes citoyens" a réclamé mardi un "gel immédiat" des prix des carburants et lancé une pétition de soutien à son initiative visant à freiner les effets de la flambée des cours du pétrole.

Rappelant que "le mouvement des Gilets Jaunes fait suite à la hausse des prix du carburant de 2018", le collectif co-fondé par Thierry Paul Valette estime dans un communiqué que "dans un contexte social compliqué, Emmanuel Macron ne doit surtout pas laisser la situation se compliquer" alors que "la flambée des cours (...) va provoquer une forte hausse des prix à la pompe de près de 5 centimes".

"Le président se doit de réagir très rapidement", poursuit le collectif. "Nous demandons donc le gel immédiat des prix du carburant. Nous ne devons surtout pas être les otages de cette flambée des prix".

"Notre mouvement des Gilets Jaunes n'est pas mort, la grogne existe toujours et très peu de réponses ont été apportées", met en garde ce collectif, qui veut présenter une liste emmenée par M. Valette pour les élections municipales à Paris en 2020.

La flambée des cours du pétrole à la suite de l'attaque d'installations en Arabie saoudite, qui a entraîné une réduction de moitié de sa production et fait craindre une escalade militaire avec l'Iran, risque de se traduire par une hausse rapide des prix à la pompe, estiment certains professionnels, même si beaucoup d'inconnues demeurent dans un contexte très volatil.

Le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Francis Duseux, a estimé lundi qu'il fallait "s'attendre assez rapidement à une augmentation de l'ordre de 4 ou 5 centimes" du prix du litre.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Carburants: des "gilets jaunes" réclament "un gel immédiat" des prix

Le 16 octobre 2019 à15:04

Modifié le 16 octobre 2019 à 15:04

Le collectif des "Gilets jaunes citoyens" a réclamé mardi un "gel immédiat" des prix des carburants et lancé une pétition de soutien à son initiative visant à freiner les effets de la flambée des cours du pétrole.

Rappelant que "le mouvement des Gilets Jaunes fait suite à la hausse des prix du carburant de 2018", le collectif co-fondé par Thierry Paul Valette estime dans un communiqué que "dans un contexte social compliqué, Emmanuel Macron ne doit surtout pas laisser la situation se compliquer" alors que "la flambée des cours (...) va provoquer une forte hausse des prix à la pompe de près de 5 centimes".

"Le président se doit de réagir très rapidement", poursuit le collectif. "Nous demandons donc le gel immédiat des prix du carburant. Nous ne devons surtout pas être les otages de cette flambée des prix".

"Notre mouvement des Gilets Jaunes n'est pas mort, la grogne existe toujours et très peu de réponses ont été apportées", met en garde ce collectif, qui veut présenter une liste emmenée par M. Valette pour les élections municipales à Paris en 2020.

La flambée des cours du pétrole à la suite de l'attaque d'installations en Arabie saoudite, qui a entraîné une réduction de moitié de sa production et fait craindre une escalade militaire avec l'Iran, risque de se traduire par une hausse rapide des prix à la pompe, estiment certains professionnels, même si beaucoup d'inconnues demeurent dans un contexte très volatil.

Le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Francis Duseux, a estimé lundi qu'il fallait "s'attendre assez rapidement à une augmentation de l'ordre de 4 ou 5 centimes" du prix du litre.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.