Pollution au pétrole au Brésil: le Venezuela nie être responsable

(AFP)

La compagnie pétrolière d'Etat vénézuélienne PDVSA a nié jeudi être à l'origine des grandes galettes de pétrole qui ont souillé plus de 130 plages du nord-est du Brésil, comme l'a affirmé le ministre brésilien de l'Environnement, Ricardo Salles.

"PDVSA rejette catégoriquement les déclarations du ministre brésilien de l'Environnement, Ricardo Salles, qui accuse le Venezuela d'être à l'origine (des galettes de) brut qui contaminent les plages du nord-est du Brésil depuis début septembre", a déclaré le groupe dans un communiqué.

L'entreprise juge "infondées" les affirmations du Brésil, "étant donné qu'il n'existe aucune évidence d'une quelconque fuite de brut sur les champs pétroliers du Venezuela qui pourrait avoir provoqué des dommages à l'écosystème maritime du pays voisin".

"Ce pétrole vient probablement du Venezuela, comme le montre un rapport de Petrobras. Ce pétrole se trouvait dans un navire étranger qui naviguait près de la côte brésilienne", a expliqué mercredi le ministre brésilien devant une commission parlementaire.

La compagnie pétrolière publique Petrobras, qui a pris part aux opérations de nettoyage, avait assuré dès la semaine dernière que ce pétrole n'était "ni produit ni commercialisé par l'entreprise", après avoir effectué des analyses sur des échantillons prélevés sur place.

Les galettes de pétrole, qui ont commencé à apparaître début septembre, ont été repérées sur au moins 2.000 km le long de la côte atlantique.

Elles ont atteint à présent l'ensemble des neuf Etats du nord-est brésilien, région pauvre réputée pour la beauté de ses plages et dont l'activité économique dépend en grande partie du tourisme.

Jusqu'à lundi, les autorités avaient retiré 133 tonnes de résidus pétroliers.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Pollution au pétrole au Brésil: le Venezuela nie être responsable

Le 16 octobre 2019 à18:48

Modifié le 16 octobre 2019 à 18:48

La compagnie pétrolière d'Etat vénézuélienne PDVSA a nié jeudi être à l'origine des grandes galettes de pétrole qui ont souillé plus de 130 plages du nord-est du Brésil, comme l'a affirmé le ministre brésilien de l'Environnement, Ricardo Salles.

"PDVSA rejette catégoriquement les déclarations du ministre brésilien de l'Environnement, Ricardo Salles, qui accuse le Venezuela d'être à l'origine (des galettes de) brut qui contaminent les plages du nord-est du Brésil depuis début septembre", a déclaré le groupe dans un communiqué.

L'entreprise juge "infondées" les affirmations du Brésil, "étant donné qu'il n'existe aucune évidence d'une quelconque fuite de brut sur les champs pétroliers du Venezuela qui pourrait avoir provoqué des dommages à l'écosystème maritime du pays voisin".

"Ce pétrole vient probablement du Venezuela, comme le montre un rapport de Petrobras. Ce pétrole se trouvait dans un navire étranger qui naviguait près de la côte brésilienne", a expliqué mercredi le ministre brésilien devant une commission parlementaire.

La compagnie pétrolière publique Petrobras, qui a pris part aux opérations de nettoyage, avait assuré dès la semaine dernière que ce pétrole n'était "ni produit ni commercialisé par l'entreprise", après avoir effectué des analyses sur des échantillons prélevés sur place.

Les galettes de pétrole, qui ont commencé à apparaître début septembre, ont été repérées sur au moins 2.000 km le long de la côte atlantique.

Elles ont atteint à présent l'ensemble des neuf Etats du nord-est brésilien, région pauvre réputée pour la beauté de ses plages et dont l'activité économique dépend en grande partie du tourisme.

Jusqu'à lundi, les autorités avaient retiré 133 tonnes de résidus pétroliers.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.