La Russie fait ses adieux au premier homme à être sorti dans l'espace

(AFP)

Des centaines de personnes, dont des vétérans russes et américains de la conquête spatiale, sont venus mardi faire leurs adieux à l'ancien cosmonaute soviétique Alexeï Leonov, le premier homme, en 1965, à être sorti dans l'espace.

Thomas Stafford, un astronaute américain de 89 ans, Valentina Terechkova, la première femme dans l'espace, et le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou étaient parmi les figures de premier plan présentes aux obsèques, organisées au mémorial militaire de Mytichtchi, en banlieue de Moscou.

"C'est dur d'accepter qu'il faille te dire au revoir aujourd'hui", a déclaré Mme Terechkova, 82 ans, s'adressant au défunt, deux fois héros de l'Union soviétique et mort la semaine passée à 85 ans.

Le cercueil, enveloppé dans le drapeau russe et entouré de fleurs, était encadré de soldats en uniforme d'apparat tandis que les multiples décorations de cette figure de la conquête spatiale étaient épinglées face au public.

Parti à bord du vaisseau Voskhod-2, Alexeï Leonov avait effectué le 19 mars 1965 la première sortie d'un homme dans l'espace, ce qui lui avait valu le surnom de "premier piéton de l'espace".

"On ne t'oubliera jamais", a lancé en russe Thomas Stafford, qui a co-présidé avec Leonov la première opération spatiale conjointe soviéto-américaine en 1975, en plein Guerre froide entre l'URSS et les États-Unis.

Cette mission avait marqué le début d'une coopération qui se poursuit encore sur la Station spatiale internationale (ISS).

"Leonov disait toujours: 'Si seulement les États pouvaient prendre exemple sur l'amitié entre cosmonautes'", a déclaré à l'AFP, en marge des funérailles, le cosmonaute Sergueï Krikaliov, regrettant la mort d'un "grand patriote".

De nombreux anonymes étaient venus saluer Alexeï Leonov. Gleb Smirnov, étudiant en ingénierie spatiale, a déposé des oeillets rouges sur la tombe du "dernier des géants, un de "ceux qui n'avaient peur de rien".

D'une durée de 20 minutes, dont douze entièrement en dehors du Voskhod-2, la première sortie d'un homme dans l'espace avait failli mal se terminer.

La combinaison de Leonov s'étant gonflée, il ne pouvait plus rentrer dans le vaisseau. Au risque de mourir asphyxié, il décida de diminuer la pression dans son scaphandre et réussit à rentrer la tête la première. En nage, le cosmonaute perd six kilogrammes dans l'affaire.

Pour son retour sur Terre, le système de descente automatique ne fonctionnera pas. Avec son coéquipier, il revient sur Terre en pilotage manuel, atterrissant dans l'Oural à 2.000 km du site prévu.

Les deux cosmonautes ont attendu trois jours dans la forêt avant d'être secourus.

Le défunt fut aussi un ami du premier homme dans l'espace, son compatriote Iouri Gagarine. En 1991, après la chute de l'URSS, Leonov avait mis en doute la version officielle selon laquelle Gagarine aurait trouvé la mort en 1968 aux commandes de son avion de chasse en voulant éviter un ballon météo.

Selon lui, un Soukhoï qui n'aurait pas dû se trouver là a croisé la trajectoire du MiG de Gagarine, provoquant le crash du légendaire cosmonaute.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
(AFP)

La Russie fait ses adieux au premier homme à être sorti dans l'espace

Le 17 novembre 2019 à14:26

Modifié le 17 novembre 2019 à 14:26

Des centaines de personnes, dont des vétérans russes et américains de la conquête spatiale, sont venus mardi faire leurs adieux à l'ancien cosmonaute soviétique Alexeï Leonov, le premier homme, en 1965, à être sorti dans l'espace.

Thomas Stafford, un astronaute américain de 89 ans, Valentina Terechkova, la première femme dans l'espace, et le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou étaient parmi les figures de premier plan présentes aux obsèques, organisées au mémorial militaire de Mytichtchi, en banlieue de Moscou.

"C'est dur d'accepter qu'il faille te dire au revoir aujourd'hui", a déclaré Mme Terechkova, 82 ans, s'adressant au défunt, deux fois héros de l'Union soviétique et mort la semaine passée à 85 ans.

Le cercueil, enveloppé dans le drapeau russe et entouré de fleurs, était encadré de soldats en uniforme d'apparat tandis que les multiples décorations de cette figure de la conquête spatiale étaient épinglées face au public.

Parti à bord du vaisseau Voskhod-2, Alexeï Leonov avait effectué le 19 mars 1965 la première sortie d'un homme dans l'espace, ce qui lui avait valu le surnom de "premier piéton de l'espace".

"On ne t'oubliera jamais", a lancé en russe Thomas Stafford, qui a co-présidé avec Leonov la première opération spatiale conjointe soviéto-américaine en 1975, en plein Guerre froide entre l'URSS et les États-Unis.

Cette mission avait marqué le début d'une coopération qui se poursuit encore sur la Station spatiale internationale (ISS).

"Leonov disait toujours: 'Si seulement les États pouvaient prendre exemple sur l'amitié entre cosmonautes'", a déclaré à l'AFP, en marge des funérailles, le cosmonaute Sergueï Krikaliov, regrettant la mort d'un "grand patriote".

De nombreux anonymes étaient venus saluer Alexeï Leonov. Gleb Smirnov, étudiant en ingénierie spatiale, a déposé des oeillets rouges sur la tombe du "dernier des géants, un de "ceux qui n'avaient peur de rien".

D'une durée de 20 minutes, dont douze entièrement en dehors du Voskhod-2, la première sortie d'un homme dans l'espace avait failli mal se terminer.

La combinaison de Leonov s'étant gonflée, il ne pouvait plus rentrer dans le vaisseau. Au risque de mourir asphyxié, il décida de diminuer la pression dans son scaphandre et réussit à rentrer la tête la première. En nage, le cosmonaute perd six kilogrammes dans l'affaire.

Pour son retour sur Terre, le système de descente automatique ne fonctionnera pas. Avec son coéquipier, il revient sur Terre en pilotage manuel, atterrissant dans l'Oural à 2.000 km du site prévu.

Les deux cosmonautes ont attendu trois jours dans la forêt avant d'être secourus.

Le défunt fut aussi un ami du premier homme dans l'espace, son compatriote Iouri Gagarine. En 1991, après la chute de l'URSS, Leonov avait mis en doute la version officielle selon laquelle Gagarine aurait trouvé la mort en 1968 aux commandes de son avion de chasse en voulant éviter un ballon météo.

Selon lui, un Soukhoï qui n'aurait pas dû se trouver là a croisé la trajectoire du MiG de Gagarine, provoquant le crash du légendaire cosmonaute.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.