La Bourse de Paris toujours à la peine (-0,41%) au milieu d'une vague de résultats

(AFP)

La Bourse de Paris restait mal orientée vendredi à la mi-journée (-0,41%), affectée par l'attente du vote britannique sur l'accord de Brexit, la croissance chinoise en baisse et de mauvaises surprises dans les résultats d'entreprises, notamment Renault.

A 14H20 (12H20 GMT), l'indice CAC 40 reculait de 23,01 points à 5.650,06 points, dans un volume d'échanges de 1,9 milliard d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,42%.

La cote parisienne a ouvert dans le rouge et n'a pas réussi à redresser la tête par la suite.

Wall Street se préparait de son côté à ouvrir à l'équilibre. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average grappillait 0,09%, l'indice élargi S&P 500 0,10% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,14%.

"La nouvelle échéance clé de cette semaine n'est plus la fin du sommet européen, mais bien la session extraordinaire de la Chambre des Communes demain" où "les députés britanniques vont devoir se prononcer sur l'accord négocié entre l'Union européenne et le Royaume-Uni", a souligné Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

De retour à Londres après avoir trouvé sur le fil un accord sur le Brexit avec les 27, le Premier ministre Boris Johnson s'attelait vendredi à la difficile tâche de convaincre les membres du Parlement britannique de l'adopter, pour un vote prévu samedi.

"La croissance publiée un peu sous les attentes par la Chine renforce le tableau d'un ralentissement généralisé de l'économie mondiale", a également souligné M. Le Liboux.

Au plus bas depuis 27 ans, la croissance de l'économie chinoise a fortement ralenti au troisième trimestre, tombant à 6% sur un an, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques (BNS).

Et sur le terrain des publications, "c'est un festival d'avertissements ce matin" qui sont "d'ampleur et d'origine différentes, mais tous vont dans le même sens", a complété l'expert d'Aurel BGC.

- Plongeon de Renault -

Renault dévissait de 12,35% à 48,09 euros, lesté par la révision à la baisse des objectifs financiers du constructeur automobile, dont le chiffre d'affaires au 3e trimestre a également baissé.

Dans son sillage le secteur automobile souffrait aussi. Peugeot perdait 1,45% à 23,71 euros et Michelin 1,34% à 103,10 euros.

Thales était également affecté (-5,74% à 89,70 euros) par l'abaissement de sa prévision de croissance du chiffre d'affaires 2019, en raison notamment de retards dans des prises de commandes attendues.

Danone s'enfonçait de 7,10% à 73 euros, pénalisé par l'abaissement de son objectif de croissance de chiffre d'affaires pour 2019, malgré un chiffre d'affaires en hausse de 3,7%.

Fnac Darty plongeait de 10,56% à 52,95 euros, souffrant d'un recul de sa marge brute, en dépit de la hausse du chiffre d'affaires annoncée par le groupe de produits électroniques, électroménagers et culturels.

Vivendi prenait en revanche 1,15% à 25,46 euros, profitant d'un chiffre d'affaires en progression de 16,7% à 3,97 milliards d'euros, porté notamment par la performance de sa filiale Universal Music Group (UMG).

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
(AFP)

La Bourse de Paris toujours à la peine (-0,41%) au milieu d'une vague de résultats

Le 20 novembre 2019 à13:28

Modifié le 20 novembre 2019 à 13:28

La Bourse de Paris restait mal orientée vendredi à la mi-journée (-0,41%), affectée par l'attente du vote britannique sur l'accord de Brexit, la croissance chinoise en baisse et de mauvaises surprises dans les résultats d'entreprises, notamment Renault.

A 14H20 (12H20 GMT), l'indice CAC 40 reculait de 23,01 points à 5.650,06 points, dans un volume d'échanges de 1,9 milliard d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,42%.

La cote parisienne a ouvert dans le rouge et n'a pas réussi à redresser la tête par la suite.

Wall Street se préparait de son côté à ouvrir à l'équilibre. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average grappillait 0,09%, l'indice élargi S&P 500 0,10% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,14%.

"La nouvelle échéance clé de cette semaine n'est plus la fin du sommet européen, mais bien la session extraordinaire de la Chambre des Communes demain" où "les députés britanniques vont devoir se prononcer sur l'accord négocié entre l'Union européenne et le Royaume-Uni", a souligné Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

De retour à Londres après avoir trouvé sur le fil un accord sur le Brexit avec les 27, le Premier ministre Boris Johnson s'attelait vendredi à la difficile tâche de convaincre les membres du Parlement britannique de l'adopter, pour un vote prévu samedi.

"La croissance publiée un peu sous les attentes par la Chine renforce le tableau d'un ralentissement généralisé de l'économie mondiale", a également souligné M. Le Liboux.

Au plus bas depuis 27 ans, la croissance de l'économie chinoise a fortement ralenti au troisième trimestre, tombant à 6% sur un an, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques (BNS).

Et sur le terrain des publications, "c'est un festival d'avertissements ce matin" qui sont "d'ampleur et d'origine différentes, mais tous vont dans le même sens", a complété l'expert d'Aurel BGC.

- Plongeon de Renault -

Renault dévissait de 12,35% à 48,09 euros, lesté par la révision à la baisse des objectifs financiers du constructeur automobile, dont le chiffre d'affaires au 3e trimestre a également baissé.

Dans son sillage le secteur automobile souffrait aussi. Peugeot perdait 1,45% à 23,71 euros et Michelin 1,34% à 103,10 euros.

Thales était également affecté (-5,74% à 89,70 euros) par l'abaissement de sa prévision de croissance du chiffre d'affaires 2019, en raison notamment de retards dans des prises de commandes attendues.

Danone s'enfonçait de 7,10% à 73 euros, pénalisé par l'abaissement de son objectif de croissance de chiffre d'affaires pour 2019, malgré un chiffre d'affaires en hausse de 3,7%.

Fnac Darty plongeait de 10,56% à 52,95 euros, souffrant d'un recul de sa marge brute, en dépit de la hausse du chiffre d'affaires annoncée par le groupe de produits électroniques, électroménagers et culturels.

Vivendi prenait en revanche 1,15% à 25,46 euros, profitant d'un chiffre d'affaires en progression de 16,7% à 3,97 milliards d'euros, porté notamment par la performance de sa filiale Universal Music Group (UMG).

Euronext CAC40

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.