Wall Street recule à l'ouverture, minée par le ralentissement de l'économie chinoise

(AFP)

Wall Street reculait vendredi peu après l'ouverture, lestée par la forte baisse de la croissance du PIB chinois et attentive à une nouvelle salve de résultats trimestriels d'entreprises cotées sur la place new-yorkaise.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,25%, à 26.957,33 points, aux alentours de 14h20 GMT.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, baissait de 0,28%, à 8.134,36 points, et l'indice élargi S&P 500 de 0,12%, à 2.994,24 points.

La Bourse de New York avait terminé dans le vert jeudi, notamment rassurée par un compromis fragile sur le Brexit: le Dow Jones avait grappillé 0,09% et le Nasdaq avait pris 0,56%.

Après une ouverture proche de l'équilibre, les indices new-yorkais semblaient réagir vendredi au fort ralentissement de l'économie de la Chine, dont le PIB est descendu au troisième trimestre à 6% sur un an, soit sa plus faible performance depuis au moins 27 ans

Ce résultat est conforme aux prédictions d'analystes sondés par l'AFP. Au second trimestre, la croissance du produit intérieur brut de la Chine s'était inscrite à 6,2%.

Selon Patrick O'Hare, de Briefing, Wall Street était également préoccupée par la fragilité du compromis sur le Brexit annoncé jeudi, par des informations de presse suggérant que la Réserve fédérale américaine réfléchissait à interrompre l'abaissement des taux d'intérêt et par la persistance des incertitudes commerciales entre Washington et Pékin.

- "Une bonne semaine" -

La saison des résultats se poursuivait par ailleurs vendredi à Wall Street avec la publication notamment du bulletin de santé trimestriel de Coca Cola, membre du Dow Jones.

Le géant des sodas a annoncé de solides résultats et s'est montré particulièrement optimiste pour l'ensemble de l'année en raison d'une hausse continue des ventes de ses boissons à travers le monde. Son action progressait de 1,75%.

American Express a, de son côté, ravi Wall Street en faisant état d'une hausse des dépenses des consommateurs. Son titre, autre membre de l'indice vedette de Wall Street, reculait toutefois de 1,17%.

"Jusqu'à présent, le marché a connu une bonne semaine", note M. O'Hare, insistant sur les résultats solides affichés par les entreprises du secteur financier, industriel et de la santé.

Parmi les principaux bénéficiaires depuis le début de la semaine, la banque américaine JPMorgan Chase, dont le chiffre d'affaires a fortement progressé, et le géant du streaming Netflix, qui a fait état de plus de 158 millions d'abonnés dans le monde.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine progressait très légèrement, à 1,753% contre 1,752% jeudi à la clôture.

Nasdaq

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
(AFP)

Wall Street recule à l'ouverture, minée par le ralentissement de l'économie chinoise

Le 17 novembre 2019 à14:16

Modifié le 17 novembre 2019 à 14:16

Wall Street reculait vendredi peu après l'ouverture, lestée par la forte baisse de la croissance du PIB chinois et attentive à une nouvelle salve de résultats trimestriels d'entreprises cotées sur la place new-yorkaise.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,25%, à 26.957,33 points, aux alentours de 14h20 GMT.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, baissait de 0,28%, à 8.134,36 points, et l'indice élargi S&P 500 de 0,12%, à 2.994,24 points.

La Bourse de New York avait terminé dans le vert jeudi, notamment rassurée par un compromis fragile sur le Brexit: le Dow Jones avait grappillé 0,09% et le Nasdaq avait pris 0,56%.

Après une ouverture proche de l'équilibre, les indices new-yorkais semblaient réagir vendredi au fort ralentissement de l'économie de la Chine, dont le PIB est descendu au troisième trimestre à 6% sur un an, soit sa plus faible performance depuis au moins 27 ans

Ce résultat est conforme aux prédictions d'analystes sondés par l'AFP. Au second trimestre, la croissance du produit intérieur brut de la Chine s'était inscrite à 6,2%.

Selon Patrick O'Hare, de Briefing, Wall Street était également préoccupée par la fragilité du compromis sur le Brexit annoncé jeudi, par des informations de presse suggérant que la Réserve fédérale américaine réfléchissait à interrompre l'abaissement des taux d'intérêt et par la persistance des incertitudes commerciales entre Washington et Pékin.

- "Une bonne semaine" -

La saison des résultats se poursuivait par ailleurs vendredi à Wall Street avec la publication notamment du bulletin de santé trimestriel de Coca Cola, membre du Dow Jones.

Le géant des sodas a annoncé de solides résultats et s'est montré particulièrement optimiste pour l'ensemble de l'année en raison d'une hausse continue des ventes de ses boissons à travers le monde. Son action progressait de 1,75%.

American Express a, de son côté, ravi Wall Street en faisant état d'une hausse des dépenses des consommateurs. Son titre, autre membre de l'indice vedette de Wall Street, reculait toutefois de 1,17%.

"Jusqu'à présent, le marché a connu une bonne semaine", note M. O'Hare, insistant sur les résultats solides affichés par les entreprises du secteur financier, industriel et de la santé.

Parmi les principaux bénéficiaires depuis le début de la semaine, la banque américaine JPMorgan Chase, dont le chiffre d'affaires a fortement progressé, et le géant du streaming Netflix, qui a fait état de plus de 158 millions d'abonnés dans le monde.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine progressait très légèrement, à 1,753% contre 1,752% jeudi à la clôture.

Nasdaq

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.