Chili: manifestations et violences au 50e jour de crise sociale

(AFP)

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Santiago, et des heurts ont eu lieu en marge des défilés, au 50e jour d'une mobilisation qui ne faiblit pas dans ce pays traversant la pire crise sociale des ces dernières décennies.

Comme chaque vendredi depuis le 18 octobre, premier jour d'un mouvement de protestation au départ provoqué par la hausse du ticket de métro, des milliers de personnes se sont retrouvées en centre-ville dans une ambiance bon enfant, faites de chants, de danses à grand renfort de trompettes et de tambours.

Des manifestants ont brandi un énorme drapeau chilien où un oeil fermé avait été dessiné, symbole des quelque 300 personnes blessés aux yeux par des tirs de la police au cours des dernières manifestations.

A proximité de la place, des manifestants armés de pierres ou de cocktails molotov se sont affrontés à la police, qui les a dispersés avec des gaz lacymogènes et des canons à euau.

Et plus tard dans la soirée, des barricades ont été érigées aux alentours de la plaza Italia, épicente des manifestations depuis le 18 octobre.

Depuis le début de cette crise sociale au Chili, 23 personnes ont été tuées et l'économie a été durement atteinte, avec une chute de l'activité de 3,4% en octobre sur un an, selon le gouvernement.

Pour tenter de couper court à cette vague de protestations sans précédent dans l'histoire récente du Chili, le gouvernement a mis sur la table 5,5 milliards de dollars pour stimuler l'économie. Il a également annoncé une hausse des retraites, allant jusqu'à 50% pour certaines catégories, et une prime exceptionnelle en faveur d'un million de familles.

Les Chiliens protestent contre les inégalités qui règnent dans un pays à l'économie prospère et où l'Etat est selon eux défaillant dans les domaines de l'éducation, de la santé et des retraites.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Chili: manifestations et violences au 50e jour de crise sociale

Le 07 décembre 2019 à04:35

Des milliers de personnes ont manifesté vendredi à Santiago, et des heurts ont eu lieu en marge des défilés, au 50e jour d'une mobilisation qui ne faiblit pas dans ce pays traversant la pire crise sociale des ces dernières décennies.

Comme chaque vendredi depuis le 18 octobre, premier jour d'un mouvement de protestation au départ provoqué par la hausse du ticket de métro, des milliers de personnes se sont retrouvées en centre-ville dans une ambiance bon enfant, faites de chants, de danses à grand renfort de trompettes et de tambours.

Des manifestants ont brandi un énorme drapeau chilien où un oeil fermé avait été dessiné, symbole des quelque 300 personnes blessés aux yeux par des tirs de la police au cours des dernières manifestations.

A proximité de la place, des manifestants armés de pierres ou de cocktails molotov se sont affrontés à la police, qui les a dispersés avec des gaz lacymogènes et des canons à euau.

Et plus tard dans la soirée, des barricades ont été érigées aux alentours de la plaza Italia, épicente des manifestations depuis le 18 octobre.

Depuis le début de cette crise sociale au Chili, 23 personnes ont été tuées et l'économie a été durement atteinte, avec une chute de l'activité de 3,4% en octobre sur un an, selon le gouvernement.

Pour tenter de couper court à cette vague de protestations sans précédent dans l'histoire récente du Chili, le gouvernement a mis sur la table 5,5 milliards de dollars pour stimuler l'économie. Il a également annoncé une hausse des retraites, allant jusqu'à 50% pour certaines catégories, et une prime exceptionnelle en faveur d'un million de familles.

Les Chiliens protestent contre les inégalités qui règnent dans un pays à l'économie prospère et où l'Etat est selon eux défaillant dans les domaines de l'éducation, de la santé et des retraites.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.