Retraites: le Premier ministre français dévoile son plan, la fronde s'amplifie

(AFP)

Fin des régimes spéciaux, système universel à points indexés sur les salaires, âge d'équilibre à 64 ans, entrée dans le système à partir de la génération née en 1975: le Premier ministre a dévoilé mercredi 11 décembre en détails le projet de réforme des retraites du gouvernement, faisant immédiatement basculer la CFDT parmi ses opposants, au 7e jour d'une grève amenée à se renforcer.


"Il n'y aura ni vainqueur ni vaincu" avec la réforme, a affirmé Edouard Philippe dans un discours d'une heure devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), assurant qu'il ne s'agissait pas là d'une "bataille".

Mais sitôt le plan dévoilé, la fronde syndicale a gagné une recrue de poids: la "ligne rouge est franchie", a tonné, visiblement courroucé, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, pourtant seul syndicat soutenant un système universel à points. Ses instances se réunissaient mercredi après-midi pour décider d'actions "dans les jours à venir".

"Nous allons discuter, ma porte est ouverte, ma main est tendue", lui a répondu Edouard Philippe lors des questions des sénateurs au gouvernement.

L'âge légal restera à 62 ans, avec "un âge d'équilibre" progressivement amené à 64 ans et "un système de bonus-malus", a précisé le Premier ministre, pour qui "la seule solution est de travailler un peu plus longtemps", même si cela doit se faire "progressivement".

C'est cette mesure qui a fait bondir la CFDT, opposée à ce que soient mélangées "la nécessité d'une réforme systémique (...) et la réforme paramétrique qui demanderait aux travailleurs de travailler plus longtemps". Laurent Escure, le dirigeant de l'Unsa, autre syndicat réformiste, a lui aussi dénoncé une "ligne rouge" avec cette "mesure d'âge", une "désagréable surprise", selon lui.

"Le temps est venu de construire un système universel de retraites", avait lancé le Premier ministre en introduction de son discours, disant avoir "écouté" et "entendu" les partenaires sociaux et l'ensemble des Français, tout en se déclarant "totalement déterminé".

Retraite minimum garantie à 1.000 euros et "85% du SMIC dans la durée", possibilité de partir deux ans plus tôt pour les personnes exerçant des métiers usants, niveau de pension des enseignants "sanctuarisé", majoration de 5% dès le premier enfant figurent aussi parmi les mesures présentées. Avec le fait que les Français nés avant 1975 "ne seront pas concernés par la réforme" et que la génération "qui aura 18 ans en 2022" sera "la première à intégrer le système universel".

Les partenaires sociaux fixeront la valeur du point "sous le contrôle du Parlement", a assuré le Premier ministre. "La loi prévoira une règle d'or pour que la valeur du point acquis ne puisse pas baisser" avec "une indexation non pas sur les prix mais sur les salaires qui, dans notre pays augmentent plus vite".

"Renforcer la grève"

La disparition des régimes spéciaux, notamment ceux de la SNCF et de la RATP, cause de la grève qui paralyse depuis le 5 décembre les transports publics, est confirmée, mais les modalités sont renvoyées à la négociation interne: "je souhaite que les présidents d'entreprises publiques engagent le dialogue avec les organisations syndicales", a dit le Premier ministre, pour qui "les garanties données" justifient que la grève "s'arrête".

"Je pense à tous ceux qui galèrent, pour qui chaque journée est devenue un véritable parcours d'obstacles entre les transports et les problèmes de garde d'enfants", a insisté le Premier ministre, alors que les conditions de déplacements restaient très difficiles mercredi.

C'est au contraire à "renforcer la grève" qu'a appelé Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF, tandis que Bruno Poncet (SUD-Rail) "pense qu'on va dans le mur, que ça va durcir le mouvement". A la RATP, l'Unsa (1er syndicat) a appelé à "installer la mobilisation dans la durée".

Au niveau confédéral, même rejet de la part des syndicats qui ont lancé le mouvement social. Le gouvernement "s'est moqué du monde", juge le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. FO appelle à "renforcer la mobilisation" et la FSU (premier syndicat chez les enseignants) assure que "le mécontentement et la détermination restent entiers".

"Je reste dans le camp des opposants", a déclaré de son côté François Hommeril (CFE-CGC), dénonçant une réforme "de plus en plus dangereuse".

Côté politique, l'opposition de gauche comme de droite a rejeté la réforme, "injuste" pour Jean-Luc Mélenchon (LFI) et Yannick Jadot (EELV), "régressive" pour Olivier Faure (PS). A droite, Guillaume Peltier (LR) a dénoncé "un enfumage", Marine Le Pen (RN) une réforme "terrible".

Le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a au contraire salué "un bon équilibre entre une réforme qui est redistributive" et le fait qu'"il faut, quand c'est possible, qu'on travaille plus longtemps".

Le projet de loi gouvernemental sera prêt "à la fin de l'année", soumis au Conseil des ministres le 22 janvier et discuté au Parlement fin février.

(AFP)

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Retraites: le Premier ministre français dévoile son plan, la fronde s'amplifie

Le 11 décembre 2019 à16:00

Fin des régimes spéciaux, système universel à points indexés sur les salaires, âge d'équilibre à 64 ans, entrée dans le système à partir de la génération née en 1975: le Premier ministre a dévoilé mercredi 11 décembre en détails le projet de réforme des retraites du gouvernement, faisant immédiatement basculer la CFDT parmi ses opposants, au 7e jour d'une grève amenée à se renforcer.


"Il n'y aura ni vainqueur ni vaincu" avec la réforme, a affirmé Edouard Philippe dans un discours d'une heure devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), assurant qu'il ne s'agissait pas là d'une "bataille".

Mais sitôt le plan dévoilé, la fronde syndicale a gagné une recrue de poids: la "ligne rouge est franchie", a tonné, visiblement courroucé, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, pourtant seul syndicat soutenant un système universel à points. Ses instances se réunissaient mercredi après-midi pour décider d'actions "dans les jours à venir".

"Nous allons discuter, ma porte est ouverte, ma main est tendue", lui a répondu Edouard Philippe lors des questions des sénateurs au gouvernement.

L'âge légal restera à 62 ans, avec "un âge d'équilibre" progressivement amené à 64 ans et "un système de bonus-malus", a précisé le Premier ministre, pour qui "la seule solution est de travailler un peu plus longtemps", même si cela doit se faire "progressivement".

C'est cette mesure qui a fait bondir la CFDT, opposée à ce que soient mélangées "la nécessité d'une réforme systémique (...) et la réforme paramétrique qui demanderait aux travailleurs de travailler plus longtemps". Laurent Escure, le dirigeant de l'Unsa, autre syndicat réformiste, a lui aussi dénoncé une "ligne rouge" avec cette "mesure d'âge", une "désagréable surprise", selon lui.

"Le temps est venu de construire un système universel de retraites", avait lancé le Premier ministre en introduction de son discours, disant avoir "écouté" et "entendu" les partenaires sociaux et l'ensemble des Français, tout en se déclarant "totalement déterminé".

Retraite minimum garantie à 1.000 euros et "85% du SMIC dans la durée", possibilité de partir deux ans plus tôt pour les personnes exerçant des métiers usants, niveau de pension des enseignants "sanctuarisé", majoration de 5% dès le premier enfant figurent aussi parmi les mesures présentées. Avec le fait que les Français nés avant 1975 "ne seront pas concernés par la réforme" et que la génération "qui aura 18 ans en 2022" sera "la première à intégrer le système universel".

Les partenaires sociaux fixeront la valeur du point "sous le contrôle du Parlement", a assuré le Premier ministre. "La loi prévoira une règle d'or pour que la valeur du point acquis ne puisse pas baisser" avec "une indexation non pas sur les prix mais sur les salaires qui, dans notre pays augmentent plus vite".

"Renforcer la grève"

La disparition des régimes spéciaux, notamment ceux de la SNCF et de la RATP, cause de la grève qui paralyse depuis le 5 décembre les transports publics, est confirmée, mais les modalités sont renvoyées à la négociation interne: "je souhaite que les présidents d'entreprises publiques engagent le dialogue avec les organisations syndicales", a dit le Premier ministre, pour qui "les garanties données" justifient que la grève "s'arrête".

"Je pense à tous ceux qui galèrent, pour qui chaque journée est devenue un véritable parcours d'obstacles entre les transports et les problèmes de garde d'enfants", a insisté le Premier ministre, alors que les conditions de déplacements restaient très difficiles mercredi.

C'est au contraire à "renforcer la grève" qu'a appelé Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF, tandis que Bruno Poncet (SUD-Rail) "pense qu'on va dans le mur, que ça va durcir le mouvement". A la RATP, l'Unsa (1er syndicat) a appelé à "installer la mobilisation dans la durée".

Au niveau confédéral, même rejet de la part des syndicats qui ont lancé le mouvement social. Le gouvernement "s'est moqué du monde", juge le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. FO appelle à "renforcer la mobilisation" et la FSU (premier syndicat chez les enseignants) assure que "le mécontentement et la détermination restent entiers".

"Je reste dans le camp des opposants", a déclaré de son côté François Hommeril (CFE-CGC), dénonçant une réforme "de plus en plus dangereuse".

Côté politique, l'opposition de gauche comme de droite a rejeté la réforme, "injuste" pour Jean-Luc Mélenchon (LFI) et Yannick Jadot (EELV), "régressive" pour Olivier Faure (PS). A droite, Guillaume Peltier (LR) a dénoncé "un enfumage", Marine Le Pen (RN) une réforme "terrible".

Le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a au contraire salué "un bon équilibre entre une réforme qui est redistributive" et le fait qu'"il faut, quand c'est possible, qu'on travaille plus longtemps".

Le projet de loi gouvernemental sera prêt "à la fin de l'année", soumis au Conseil des ministres le 22 janvier et discuté au Parlement fin février.

(AFP)

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.