Fumées toxiques en Australie: le Premier ministre australien sort du silence

(AFP)

Le Premier ministre australien est sorti jeudi du silence pour qualifier de "troublantes" les fumées toxiques liées aux incendies qui enveloppent depuis plus d'un mois Sydney, sa ville natale.

"J'ai vécu toute ma vie, pour ainsi dire, à Sydney, et ce brouillard qui provient des incendies est, je sais, très troublant pour ses habitants", a reconnu le Premier ministre Scott Morrison, mettant ainsi fin à des semaines où il s'était abstenu de commenter le sujet.

La veille, près de 20.000 personnes avaient manifesté dans les rues de Sydney pour exiger une réponse du gouvernement face à cette pollution, à l'origine de problèmes médicaux chez une partie de la population.

En réponse, le chef du gouvernement conservateur a affirmé comprendre les inquiétudes des plus de cinq millions d'habitants de la ville la plus peuplée d'Australie.

"Je sais combien il est inhabituel de voir ce brouillard dans ma ville. Et je sais à quel point ça a été pénible, surtout pour les jeunes, qui n'avaient jamais vu ça auparavant", a-t-il déclaré.

Fait rare, il a reconnu que le changement climatique était l'un des "facteurs" à l'origine des centaines d'incendies responsables de ces fumées toxiques et de la destruction de millions d'hectares et de plus de 700 maisons dans l'est de l'Australie.

"La sécheresse" de la végétation "est le principal facteur" de ces feux sans précédent, selon M. Morisson. "Et nous savons tous que le changement climatique, ainsi qu'autres facteurs, contribue à ce qui se passe aujourd'hui".

De tels feux se produisent chaque année en Australie pendant le printemps et l'été australs. Mais cette année, la saison des incendies a été particulièrement précoce et violente.

Jusqu'à présent, M. Morrison, ardent défenseur de l'industrie minière australienne, s'était exprimé quasi exclusivement pour faire part de sa solidarité avec les zones rurales affectées par ces feux.

Selon un récent sondage, réalisé par Essential Research, 43% de la population est insatisfaite de M. Morrison, contre 36% en septembre, avant le début des incendies.

La question du changement climatique est délicate pour le Parti libéral d'Australie, au pouvoir depuis 2015.

Toute mesure visant à réduire les émissions de carbone de l'île-continent, ou à réduire les exportations de charbon, pourrait conduire les habitants des zones minières à se détourner du vote conservateur, à diviser son parti et à plonger le pays dans une crise économique.

L'industrie minière représente plus de 70% des exportations nationales.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Fumées toxiques en Australie: le Premier ministre australien sort du silence

Le 20 janvier 2020 à15:11

Modifié le 20 janvier 2020 à 15:11

Le Premier ministre australien est sorti jeudi du silence pour qualifier de "troublantes" les fumées toxiques liées aux incendies qui enveloppent depuis plus d'un mois Sydney, sa ville natale.

"J'ai vécu toute ma vie, pour ainsi dire, à Sydney, et ce brouillard qui provient des incendies est, je sais, très troublant pour ses habitants", a reconnu le Premier ministre Scott Morrison, mettant ainsi fin à des semaines où il s'était abstenu de commenter le sujet.

La veille, près de 20.000 personnes avaient manifesté dans les rues de Sydney pour exiger une réponse du gouvernement face à cette pollution, à l'origine de problèmes médicaux chez une partie de la population.

En réponse, le chef du gouvernement conservateur a affirmé comprendre les inquiétudes des plus de cinq millions d'habitants de la ville la plus peuplée d'Australie.

"Je sais combien il est inhabituel de voir ce brouillard dans ma ville. Et je sais à quel point ça a été pénible, surtout pour les jeunes, qui n'avaient jamais vu ça auparavant", a-t-il déclaré.

Fait rare, il a reconnu que le changement climatique était l'un des "facteurs" à l'origine des centaines d'incendies responsables de ces fumées toxiques et de la destruction de millions d'hectares et de plus de 700 maisons dans l'est de l'Australie.

"La sécheresse" de la végétation "est le principal facteur" de ces feux sans précédent, selon M. Morisson. "Et nous savons tous que le changement climatique, ainsi qu'autres facteurs, contribue à ce qui se passe aujourd'hui".

De tels feux se produisent chaque année en Australie pendant le printemps et l'été australs. Mais cette année, la saison des incendies a été particulièrement précoce et violente.

Jusqu'à présent, M. Morrison, ardent défenseur de l'industrie minière australienne, s'était exprimé quasi exclusivement pour faire part de sa solidarité avec les zones rurales affectées par ces feux.

Selon un récent sondage, réalisé par Essential Research, 43% de la population est insatisfaite de M. Morrison, contre 36% en septembre, avant le début des incendies.

La question du changement climatique est délicate pour le Parti libéral d'Australie, au pouvoir depuis 2015.

Toute mesure visant à réduire les émissions de carbone de l'île-continent, ou à réduire les exportations de charbon, pourrait conduire les habitants des zones minières à se détourner du vote conservateur, à diviser son parti et à plonger le pays dans une crise économique.

L'industrie minière représente plus de 70% des exportations nationales.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.