Destitution: les démocrates discutent en vue du procès imminent de Trump

(AFP)

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, réunit ses troupes mardi en vue de la transmission au Sénat de l'acte d'accusation de Donald Trump, signalant ainsi l'imminence du procès en destitution du président américain.

L'élue de Californie a entamé dans la matinée des discussions à huis clos avec les membres de sa majorité pour fixer les modalités et le calendrier de cette procédure historique.

Selon les médias américains, qui citent des sources au sein du parti, Nancy Pelosi a dit à ses élus qu'un vote aurait lieu mercredi en séance plénière pour officialiser l'envoi au Sénat des chefs d'accusation retenus contre le président républicain.

La résolution devrait, selon ces médias, également définir quels élus de la Chambre joueront le rôle de procureurs lors du procès de Donald Trump, accusé d'avoir abusé de sa fonction pour convaincre l'Ukraine de salir un de ses rivaux, puis d'avoir entravé l'enquête du Congrès.

Une fois cette résolution adoptée, plus rien n'empêchera l'ouverture du procès du président, le troisième seulement de l'histoire des Etats-Unis.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, qui ne fait pas mystère de son intention de faire acquitter le locataire de la Maison Blanche, s'est dit prêt à agir vite.

"La Chambre a fait suffisamment de mal, le Sénat est prêt à assumer ses responsabilités", a-t-il déclaré lundi dans l'enceinte de la chambre haute.

- "Pari étrange" -

Selon les règles du Sénat, le procès débutera quand l'équipe de procureurs de la Chambre traversera les couloirs du Capitole pour rejoindre le Sénat, afin d'y lire les chefs d'accusation retenus contre Donald Trump.

Dans la foulée, le président de la Cour suprême des Etats-Unis, John Roberts, chargé par la Constitution de superviser les débats, jurera d'être "impartial", avant de faire prêter serment aux cent sénateurs, à la fois juges et jurés du procès.

Donald Trump a été mis en accusation pour "abus de pouvoir" et "entrave à la bonne marche du Congrès" le 18 décembre par un vote à la Chambre qui a quasiment scrupuleusement suivi les lignes partisanes.

Nancy Pelosi a retardé l'étape suivante pour tenter d'obtenir des garanties sur l'équité du procès. Les démocrates ont notamment demandé à Mitch McConnell de convoquer plusieurs conseillers de Donald Trump qui avaient reçu comme consigne de la Maison Blanche de ne pas répondre à leurs convocations.

"Ce pari étrange n'a mené à rien" mais a démontré que l'enquête de la Chambre était "précipitée, faible et incomplète", a-t-il rétorqué en renvoyant la question des témoins à une date ultérieure. Compte tenu du climat électrique au Congrès, un consensus sur la question paraît peu probable.

- "Farce" -

Les démocrates, qui ne disposent que de 47 sièges sur 100 au Sénat, sont conscients qu'ils n'ont quasiment aucune chance d'obtenir la destitution du président, une majorité des deux tiers étant nécessaire.

Mais ils espèrent faire émerger des informations embarrassantes pour le locataire de la Maison Blanche. Sans témoins ni documents additionnels, "le procès au Sénat deviendra une farce, une réunion télévisée pour un procès fictif", a reconnu lundi leur chef au Sénat, Chuck Schumer.

Les démocrates ont voté l'"impeachment", convaincus que Donald Trump a usé des moyens de l'Etat pour faire pression sur l'Ukraine, afin qu'elle annonce une enquête sur Joe Biden, qui pourrait être son adversaire lors de la présidentielle de novembre.

Ils reprochent notamment à M. Trump d'avoir gelé une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit armé avec son voisin russe, afin d'arriver à ses fins.

Les républicains, qui font bloc autour de Donald Trump, dénoncent une "chasse aux sorcières" orchestrée par des démocrates qui, selon eux, ne se sont jamais remis de la victoire en 2016 de ce président atypique.

Le président a caressé lundi l'hypothèse d'un vote des sénateurs pour refermer le dossier sans même mener le procès à terme. "Beaucoup pensent qu'organiser un procès sans preuve, ni crime (...) plutôt que de prononcer un non-lieu donne du crédit à la chasse aux sorcières des démocrates", a-t-il tweeté.

Mais, selon des sources citées dans les médias, les élus républicains ne souhaitent pas voter sur une motion de non-lieu d'emblée, par peur de prêter le flanc aux critiques. Le procès devrait donc bien avoir lieu.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Destitution: les démocrates discutent en vue du procès imminent de Trump

Le 14 janvier 2020 à16:28

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, réunit ses troupes mardi en vue de la transmission au Sénat de l'acte d'accusation de Donald Trump, signalant ainsi l'imminence du procès en destitution du président américain.

L'élue de Californie a entamé dans la matinée des discussions à huis clos avec les membres de sa majorité pour fixer les modalités et le calendrier de cette procédure historique.

Selon les médias américains, qui citent des sources au sein du parti, Nancy Pelosi a dit à ses élus qu'un vote aurait lieu mercredi en séance plénière pour officialiser l'envoi au Sénat des chefs d'accusation retenus contre le président républicain.

La résolution devrait, selon ces médias, également définir quels élus de la Chambre joueront le rôle de procureurs lors du procès de Donald Trump, accusé d'avoir abusé de sa fonction pour convaincre l'Ukraine de salir un de ses rivaux, puis d'avoir entravé l'enquête du Congrès.

Une fois cette résolution adoptée, plus rien n'empêchera l'ouverture du procès du président, le troisième seulement de l'histoire des Etats-Unis.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, qui ne fait pas mystère de son intention de faire acquitter le locataire de la Maison Blanche, s'est dit prêt à agir vite.

"La Chambre a fait suffisamment de mal, le Sénat est prêt à assumer ses responsabilités", a-t-il déclaré lundi dans l'enceinte de la chambre haute.

- "Pari étrange" -

Selon les règles du Sénat, le procès débutera quand l'équipe de procureurs de la Chambre traversera les couloirs du Capitole pour rejoindre le Sénat, afin d'y lire les chefs d'accusation retenus contre Donald Trump.

Dans la foulée, le président de la Cour suprême des Etats-Unis, John Roberts, chargé par la Constitution de superviser les débats, jurera d'être "impartial", avant de faire prêter serment aux cent sénateurs, à la fois juges et jurés du procès.

Donald Trump a été mis en accusation pour "abus de pouvoir" et "entrave à la bonne marche du Congrès" le 18 décembre par un vote à la Chambre qui a quasiment scrupuleusement suivi les lignes partisanes.

Nancy Pelosi a retardé l'étape suivante pour tenter d'obtenir des garanties sur l'équité du procès. Les démocrates ont notamment demandé à Mitch McConnell de convoquer plusieurs conseillers de Donald Trump qui avaient reçu comme consigne de la Maison Blanche de ne pas répondre à leurs convocations.

"Ce pari étrange n'a mené à rien" mais a démontré que l'enquête de la Chambre était "précipitée, faible et incomplète", a-t-il rétorqué en renvoyant la question des témoins à une date ultérieure. Compte tenu du climat électrique au Congrès, un consensus sur la question paraît peu probable.

- "Farce" -

Les démocrates, qui ne disposent que de 47 sièges sur 100 au Sénat, sont conscients qu'ils n'ont quasiment aucune chance d'obtenir la destitution du président, une majorité des deux tiers étant nécessaire.

Mais ils espèrent faire émerger des informations embarrassantes pour le locataire de la Maison Blanche. Sans témoins ni documents additionnels, "le procès au Sénat deviendra une farce, une réunion télévisée pour un procès fictif", a reconnu lundi leur chef au Sénat, Chuck Schumer.

Les démocrates ont voté l'"impeachment", convaincus que Donald Trump a usé des moyens de l'Etat pour faire pression sur l'Ukraine, afin qu'elle annonce une enquête sur Joe Biden, qui pourrait être son adversaire lors de la présidentielle de novembre.

Ils reprochent notamment à M. Trump d'avoir gelé une aide militaire cruciale pour ce pays en conflit armé avec son voisin russe, afin d'arriver à ses fins.

Les républicains, qui font bloc autour de Donald Trump, dénoncent une "chasse aux sorcières" orchestrée par des démocrates qui, selon eux, ne se sont jamais remis de la victoire en 2016 de ce président atypique.

Le président a caressé lundi l'hypothèse d'un vote des sénateurs pour refermer le dossier sans même mener le procès à terme. "Beaucoup pensent qu'organiser un procès sans preuve, ni crime (...) plutôt que de prononcer un non-lieu donne du crédit à la chasse aux sorcières des démocrates", a-t-il tweeté.

Mais, selon des sources citées dans les médias, les élus républicains ne souhaitent pas voter sur une motion de non-lieu d'emblée, par peur de prêter le flanc aux critiques. Le procès devrait donc bien avoir lieu.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.