La Bourse de Paris dans le rouge inquiète du virus chinois

(AFP)

La Bourse de Paris a débuté en baisse de 1,36% mardi sur fond d'inquiétudes concernant l'expansion en Chine d'un virus semblable au Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) et d'attente de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi.

A 09H16, l'indice CAC 40 perdait 82,91 points à 5.995,63 points. La veille, il avait fini en repli de 0,36%.

Les indices européens sont mal orientés "après un long week-end de trois jours pour les marchés américains" et "c'est la prise de bénéfice qui devrait être à l'honneur à deux jours de la première réunion de la BCE de l'année", ont souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

Selon eux, "les craintes sont aussi de mise après le début de propagation en Chine d'un nouveau virus coronarien d'une rare violence".

La Chine fait face à un quatrième mort, victime de ce mystérieux virus qui touche désormais plusieurs grandes villes du pays – dont Pékin et Shanghai – et trois autres pays d'Asie: Japon, Corée du Sud et Thaïlande. En Australie, un homme a été placé à l'isolement à son domicile.

La décision de l'agence Moody's d'abaisser sa note à long terme pour Hong Kong, en critiquant le gouvernement pour sa gestion des mois de manifestations ajoutait à la morosité.

"En l'absence des marchés américains fermés pour la journée dédiée à Martin Luther King Day, les marchés européens ont connu une séance sans relief et fini en légère baisse", a noté pour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

"Même la décision de la France et des Etats-Unis d'attendre avant de lancer une potentielle guerre des tarifs douaniers (...) n'a pas suffi pour susciter un peu d'enthousiasme chez les investisseurs", a-t-il ajouté.

Paris a obtenu de poursuivre les négociations avec les Américains, selon une source diplomatique française qui a fait état lundi d'un accord entre Emmanuel Macron et Donald Trump pour prolonger "jusqu'à la fin de l'année" les discussions sur la taxation des géants du numérique, défendue par Paris mais qui fâche Washington.

L'ensemble de l'indice CAC 40 évoluait dans le rouge. Comme la veille, le secteur du luxe était le premier affecté par les craintes suscitées en Asie, à la fois par le virus en Chine et l'abaissement de la note de Hong Kong.

LVMH perdait 3,50% à 414,70 euros, Hermès 2,26% à 700,80 euros et Kering 3,22% à 579,70 euros.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

La Bourse de Paris dans le rouge inquiète du virus chinois

Le 28 février 2020 à10:04

Modifié le 28 février 2020 à 10:04

La Bourse de Paris a débuté en baisse de 1,36% mardi sur fond d'inquiétudes concernant l'expansion en Chine d'un virus semblable au Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) et d'attente de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi.

A 09H16, l'indice CAC 40 perdait 82,91 points à 5.995,63 points. La veille, il avait fini en repli de 0,36%.

Les indices européens sont mal orientés "après un long week-end de trois jours pour les marchés américains" et "c'est la prise de bénéfice qui devrait être à l'honneur à deux jours de la première réunion de la BCE de l'année", ont souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

Selon eux, "les craintes sont aussi de mise après le début de propagation en Chine d'un nouveau virus coronarien d'une rare violence".

La Chine fait face à un quatrième mort, victime de ce mystérieux virus qui touche désormais plusieurs grandes villes du pays – dont Pékin et Shanghai – et trois autres pays d'Asie: Japon, Corée du Sud et Thaïlande. En Australie, un homme a été placé à l'isolement à son domicile.

La décision de l'agence Moody's d'abaisser sa note à long terme pour Hong Kong, en critiquant le gouvernement pour sa gestion des mois de manifestations ajoutait à la morosité.

"En l'absence des marchés américains fermés pour la journée dédiée à Martin Luther King Day, les marchés européens ont connu une séance sans relief et fini en légère baisse", a noté pour sa part Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

"Même la décision de la France et des Etats-Unis d'attendre avant de lancer une potentielle guerre des tarifs douaniers (...) n'a pas suffi pour susciter un peu d'enthousiasme chez les investisseurs", a-t-il ajouté.

Paris a obtenu de poursuivre les négociations avec les Américains, selon une source diplomatique française qui a fait état lundi d'un accord entre Emmanuel Macron et Donald Trump pour prolonger "jusqu'à la fin de l'année" les discussions sur la taxation des géants du numérique, défendue par Paris mais qui fâche Washington.

L'ensemble de l'indice CAC 40 évoluait dans le rouge. Comme la veille, le secteur du luxe était le premier affecté par les craintes suscitées en Asie, à la fois par le virus en Chine et l'abaissement de la note de Hong Kong.

LVMH perdait 3,50% à 414,70 euros, Hermès 2,26% à 700,80 euros et Kering 3,22% à 579,70 euros.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.