Wall Street rebondit à l'ouverture au lendemain d'un net recul

(AFP)

La Bourse de New York progressait mardi à l'ouverture, repartant de l'avant après avoir enregistré la veille un net recul sur fond d'inquiétudes grandissantes autour de l'épidémie du nouveau virus chinois.

Vers 14H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,28% à 28.616,13 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,58% à 9.192,37 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, gagnait 0,40% à 3.256,58 points.

Les principaux indices de Wall Street avaient connu lundi leur pire séance en plusieurs mois: le Dow Jones et le S&P 500 avaient chacun perdu 1,57%, leur plus lourde baisse depuis octobre, et le Nasdaq avait abandonné 1,89%, son recul le plus important depuis août.

"Le marché des actions a accusé des pertes importantes lundi, il semble donc naturel qu'il essaye de se reprendre aujourd'hui étant donné sa tendance naturelle à la hausse", analyse Patrick O'Hare de Briefing, qui rappelle la progression quasi ininterrompue des principaux indices depuis octobre.

Pourtant, selon l'expert, "rien n'a changé en ce qui concerne le coronavirus de Wuhan, à part qu'il y a plus de morts et que plus de cas ont été signalés. De plus, la Chine a imposé de nouvelles restrictions de voyage, qui comprennent Hong Kong."

Le bilan de cette épidémie de pneumonie virale atteignait mardi 106 morts et plus de 4.500 personnes contaminées.

Une cinquantaine d'autres malades ont été répertoriés dans le reste du monde, et une douzaine de pays ont été atteints par le virus, de l'Asie et l'Australie à l'Europe et à l'Amérique du Nord.

Les investisseurs portaient par ailleurs leur attention sur plusieurs entreprises ayant fait part de leurs résultats trimestriels avant l'ouverture de la Bourse.

Le fabricant d'armes américain Lockheed Martin progressait de 0,95% après l'annonce de bénéfices supérieurs aux attentes des analystes.

Le conglomérat industriel United Technologies, qui a enregistré un chiffre d'affaires record en 2019, montait de 0,93% .

En revanche, le laboratoire pharmaceutique Pfizer (-3,64%) et le fabricant de post-it 3M (-3,46%), qui ont chacun publié des résultats décevants, baissaient.

Apple (+1,30%) fera part de son bilan de santé trimestriel après la clôture de Wall Street.

Un peu plus de 20% des entreprises du S&P 500 ont déjà publié leurs résultats. Selon le cabinet Factset, les entreprises de l'indice élargi de Wall Street devraient afficher en moyenne un recul de leur bénéfice par action de 2,03% au quatrième trimestre.

Les acteurs du marché restaient aussi attentifs à la première réunion monétaire de la Fed de l'année, qui a débuté mardi et doit s'achever mercredi. La Réserve fédérale devrait maintenir ses taux en l'état malgré la pression de Donald Trump en faveur d'une nouvelle baisse.

Au rang des indicateurs, les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont augmenté en décembre plus fortement que ce qu'attendaient les analystes, selon les données publiées mardi par le département du Commerce.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine était en légère hausse, à 1,617%, contre 1,608% la veille à la clôture.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Wall Street rebondit à l'ouverture au lendemain d'un net recul

Le 25 février 2020 à14:16

Modifié le 25 février 2020 à 14:16

La Bourse de New York progressait mardi à l'ouverture, repartant de l'avant après avoir enregistré la veille un net recul sur fond d'inquiétudes grandissantes autour de l'épidémie du nouveau virus chinois.

Vers 14H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 0,28% à 28.616,13 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,58% à 9.192,37 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, gagnait 0,40% à 3.256,58 points.

Les principaux indices de Wall Street avaient connu lundi leur pire séance en plusieurs mois: le Dow Jones et le S&P 500 avaient chacun perdu 1,57%, leur plus lourde baisse depuis octobre, et le Nasdaq avait abandonné 1,89%, son recul le plus important depuis août.

"Le marché des actions a accusé des pertes importantes lundi, il semble donc naturel qu'il essaye de se reprendre aujourd'hui étant donné sa tendance naturelle à la hausse", analyse Patrick O'Hare de Briefing, qui rappelle la progression quasi ininterrompue des principaux indices depuis octobre.

Pourtant, selon l'expert, "rien n'a changé en ce qui concerne le coronavirus de Wuhan, à part qu'il y a plus de morts et que plus de cas ont été signalés. De plus, la Chine a imposé de nouvelles restrictions de voyage, qui comprennent Hong Kong."

Le bilan de cette épidémie de pneumonie virale atteignait mardi 106 morts et plus de 4.500 personnes contaminées.

Une cinquantaine d'autres malades ont été répertoriés dans le reste du monde, et une douzaine de pays ont été atteints par le virus, de l'Asie et l'Australie à l'Europe et à l'Amérique du Nord.

Les investisseurs portaient par ailleurs leur attention sur plusieurs entreprises ayant fait part de leurs résultats trimestriels avant l'ouverture de la Bourse.

Le fabricant d'armes américain Lockheed Martin progressait de 0,95% après l'annonce de bénéfices supérieurs aux attentes des analystes.

Le conglomérat industriel United Technologies, qui a enregistré un chiffre d'affaires record en 2019, montait de 0,93% .

En revanche, le laboratoire pharmaceutique Pfizer (-3,64%) et le fabricant de post-it 3M (-3,46%), qui ont chacun publié des résultats décevants, baissaient.

Apple (+1,30%) fera part de son bilan de santé trimestriel après la clôture de Wall Street.

Un peu plus de 20% des entreprises du S&P 500 ont déjà publié leurs résultats. Selon le cabinet Factset, les entreprises de l'indice élargi de Wall Street devraient afficher en moyenne un recul de leur bénéfice par action de 2,03% au quatrième trimestre.

Les acteurs du marché restaient aussi attentifs à la première réunion monétaire de la Fed de l'année, qui a débuté mardi et doit s'achever mercredi. La Réserve fédérale devrait maintenir ses taux en l'état malgré la pression de Donald Trump en faveur d'une nouvelle baisse.

Au rang des indicateurs, les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont augmenté en décembre plus fortement que ce qu'attendaient les analystes, selon les données publiées mardi par le département du Commerce.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine était en légère hausse, à 1,617%, contre 1,608% la veille à la clôture.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.