Retraites: le recours au 49-3 serait "du délire" pour Laurent Berger

(AFP)

Un éventuel recours par le gouvernement à l'article 49-3, qui permet l'adoption sans vote, pour la réforme des retraites serait "du délire", a commenté vendredi le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, sur Radio Classique.

"S'il y a le 49-3, c'est du délire", a lancé Laurent Berger, ajoutant que "le 49-3 sur ce type de réforme dans le climat actuel c'est catastrophique".

"Il faut que la procédure aille à son terme", souligne le dirigeant de la CFDT, qui précise toutefois qu'il "n'a pas entendu l'idée que ça passerait par le 49-3".

La question du recours à cette méthode apparaît alors que le groupe La France insoumise (LFI) assume une tactique d'obstruction parlementaire après avoir déposé quelque 19.000 amendements, dont une petite partie seulement a pu être examinée en commission avant l'ouverture du débat dans l'hémicycle lundi.

L'article 49 alinéa 3 permet au Premier ministre d'engager la responsabilité du gouvernement devant l'Assemblée nationale sur un texte de loi. Le projet de loi est alors considéré comme adopté sans vote, sauf motion de censure votée par l'Assemblée.

Egalement interrogée sur Radio Classique, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué que "ce qui est important c'est le débat démocratique" et a accusé la France Insoumise de "bloquer la démocratie" et de "porter atteinte à son bon fonctionnement".

Sur France Inter, la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, a assuré que, "pour l'instant", le gouvernement n'envisageait pas de recourir au 49-3.

"L'objectif de cette réforme, c'est qu'elle soit discutée et enrichie", a-t-elle fait valoir, ajoutant: "Il faut ce temps de dialogue, il aura lieu à l'Assemblée nationale".

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Retraites: le recours au 49-3 serait "du délire" pour Laurent Berger

Le 14 février 2020 à09:53

Un éventuel recours par le gouvernement à l'article 49-3, qui permet l'adoption sans vote, pour la réforme des retraites serait "du délire", a commenté vendredi le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, sur Radio Classique.

"S'il y a le 49-3, c'est du délire", a lancé Laurent Berger, ajoutant que "le 49-3 sur ce type de réforme dans le climat actuel c'est catastrophique".

"Il faut que la procédure aille à son terme", souligne le dirigeant de la CFDT, qui précise toutefois qu'il "n'a pas entendu l'idée que ça passerait par le 49-3".

La question du recours à cette méthode apparaît alors que le groupe La France insoumise (LFI) assume une tactique d'obstruction parlementaire après avoir déposé quelque 19.000 amendements, dont une petite partie seulement a pu être examinée en commission avant l'ouverture du débat dans l'hémicycle lundi.

L'article 49 alinéa 3 permet au Premier ministre d'engager la responsabilité du gouvernement devant l'Assemblée nationale sur un texte de loi. Le projet de loi est alors considéré comme adopté sans vote, sauf motion de censure votée par l'Assemblée.

Egalement interrogée sur Radio Classique, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué que "ce qui est important c'est le débat démocratique" et a accusé la France Insoumise de "bloquer la démocratie" et de "porter atteinte à son bon fonctionnement".

Sur France Inter, la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, a assuré que, "pour l'instant", le gouvernement n'envisageait pas de recourir au 49-3.

"L'objectif de cette réforme, c'est qu'elle soit discutée et enrichie", a-t-elle fait valoir, ajoutant: "Il faut ce temps de dialogue, il aura lieu à l'Assemblée nationale".

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.