Coronavirus: plusieurs pays évacuent leurs ressortissants du Diamond Princess

(AFP)

Inquiets de la propagation rapide du nouveau coronavirus sur le paquebot de croisière Diamond Princess en quarantaine près de Yokohama (banlieue de Tokyo), plusieurs pays ont décidé ce week-end d'évacuer rapidement leurs ressortissants.

En date de dimanche, 355 cas ont été comptabilisés sur ce navire, soit 70 de plus par rapport à samedi, jour où déjà 67 nouveaux cas avaient été confirmés.

Mais les 3.711 personnes initialement à bord n'ont pas encore toutes subi les examens permettant d'établir leur éventuelle contamination.

"Jusqu'à présent, nous avons effectué des tests sur un total de 1.219 personnes", a déclaré le ministre japonais de la Santé Katsunobu Kato, sur la chaîne publique nippone NHK, précisant que plusieurs dizaines des 355 personnes contaminées ne présentaient pas de symptôme à ce stade.

Une réunion avec des experts étaient prévue dimanche après-midi au bureau du Premier ministre Shinzo Abe afin d'évaluer la situation et prendre des dispositions supplémentaires pour contenir la diffusion du virus.

La fin de la quarantaine des passagers du Diamond Princess est normalement prévue le 19 février, mais les récents développements pourraient avoir un impact sur ce calendrier.

- Rapatriement en urgence -

Sans attendre, face à l'aggravation de la situation et compte tenu de doutes sur l'efficacité des mesures prises, plusieurs gouvernements ont décidé d'évacuer leurs ressortissants paraissant sains pour les placer quatorze jours en quarantaine dans leurs pays respectifs.

"Comme nous vous l'avons indiqué hier (samedi), le gouvernement américain recommande aux citoyens américains de débarquer du Diamond Princess et de rentrer aux Etats-Unis", a écrit l'ambassade américaine à Tokyo dans une lettre publiée sur internet.

"C'est une situation qui évolue rapidement et nous prenons des mesures supplémentaires pour aider les citoyens américains", a-t-elle poursuivi, assurant que "la sécurité et le bien-être de nos ressortissants est la priorité absolue du gouvernement américain".

Il restait samedi environ 350 Américains sur le bateau.

Le gouvernement de Hong Kong a lui aussi dit vouloir rapatrier les siens --330 ressortissants-- "le plus tôt possible".

Les autorités canadiennes ont pris une initiative similaire "en raison des circonstances extraordinaires rencontrées par les passagers du Diamond Princess et pour alléger le fardeau sur le système de santé japonais", ont-elles expliqué dans un communiqué. Environ 250 Canadiens avaient embarqué pour cette croisière.

Les médias australiens ont indiqué que Canberra envisageait aussi l'option de l'évacuation.

Les premiers départs en avion spécialement affrété devraient avoir lieu dans la nuit de dimanche à lundi, le débarquement des Américains étant fixé à 21HOO (12H00 GMT) selon les annonces faites à bord et retransmises via les réseaux sociaux.

Le Diamond Princess effectuait une croisière avec plusieurs escales en Asie quand un passager ayant débarqué à Hong Kong a été contrôlé positif au coronavirus apparu en décembre dans la ville chinoise de Wuhan (centre). Ce qui a entraîné la mise en quarantaine du navire dans le port japonais de Yokohama.

Les cas confirmés en sont débarqués et transférés dans des hôpitaux japonais spécialement équipés.

- Près de 1.700 morts dans le monde -

En plus des cas sur le navire, les autorités nippones ont indiqué que 53 personnes étaient porteuses du coronavirus dans différentes régions du pays, avec une traçabilité difficile à établir pour un nombre croissant de patients.

Les experts estiment que "des malades touchés par le coronavirus peuvent désormais apparaître n'importe où au Japon" et que les habitants doivent prendre le plus de précautions possibles comme se laver les mains très fréquemment, porter des masques, désinfecter les objets, etc.

Mais les fabricants de masques sanitaires ont du mal à répondre à la demande et les stocks dans les supérettes et les parapharmacies sont faibles, voire nuls. Une hausse de la production est prévue avec des subventions des pouvoirs publics.

Selon le dernier bilan diffusé dimanche par les autorités chinoises, la pneumonie virale Covid-19 a provoqué la mort de 1.665 personnes en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), sur un total de 68.500 cas de contamination recensés sur le territoire. La plupart des décès ont été constatés dans la province du Hubei (centre), foyer de l'épidémie apparue en décembre dans son chef-lieu Wuhan.

Seuls quatre décès ont été enregistrés ailleurs dans le monde: un sur le territoire chinois semi-autonome de Hong Kong et les trois autres respectivement au Japon, aux Philippines et en France.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Coronavirus: plusieurs pays évacuent leurs ressortissants du Diamond Princess

Le 16 février 2020 à10:09

Inquiets de la propagation rapide du nouveau coronavirus sur le paquebot de croisière Diamond Princess en quarantaine près de Yokohama (banlieue de Tokyo), plusieurs pays ont décidé ce week-end d'évacuer rapidement leurs ressortissants.

En date de dimanche, 355 cas ont été comptabilisés sur ce navire, soit 70 de plus par rapport à samedi, jour où déjà 67 nouveaux cas avaient été confirmés.

Mais les 3.711 personnes initialement à bord n'ont pas encore toutes subi les examens permettant d'établir leur éventuelle contamination.

"Jusqu'à présent, nous avons effectué des tests sur un total de 1.219 personnes", a déclaré le ministre japonais de la Santé Katsunobu Kato, sur la chaîne publique nippone NHK, précisant que plusieurs dizaines des 355 personnes contaminées ne présentaient pas de symptôme à ce stade.

Une réunion avec des experts étaient prévue dimanche après-midi au bureau du Premier ministre Shinzo Abe afin d'évaluer la situation et prendre des dispositions supplémentaires pour contenir la diffusion du virus.

La fin de la quarantaine des passagers du Diamond Princess est normalement prévue le 19 février, mais les récents développements pourraient avoir un impact sur ce calendrier.

- Rapatriement en urgence -

Sans attendre, face à l'aggravation de la situation et compte tenu de doutes sur l'efficacité des mesures prises, plusieurs gouvernements ont décidé d'évacuer leurs ressortissants paraissant sains pour les placer quatorze jours en quarantaine dans leurs pays respectifs.

"Comme nous vous l'avons indiqué hier (samedi), le gouvernement américain recommande aux citoyens américains de débarquer du Diamond Princess et de rentrer aux Etats-Unis", a écrit l'ambassade américaine à Tokyo dans une lettre publiée sur internet.

"C'est une situation qui évolue rapidement et nous prenons des mesures supplémentaires pour aider les citoyens américains", a-t-elle poursuivi, assurant que "la sécurité et le bien-être de nos ressortissants est la priorité absolue du gouvernement américain".

Il restait samedi environ 350 Américains sur le bateau.

Le gouvernement de Hong Kong a lui aussi dit vouloir rapatrier les siens --330 ressortissants-- "le plus tôt possible".

Les autorités canadiennes ont pris une initiative similaire "en raison des circonstances extraordinaires rencontrées par les passagers du Diamond Princess et pour alléger le fardeau sur le système de santé japonais", ont-elles expliqué dans un communiqué. Environ 250 Canadiens avaient embarqué pour cette croisière.

Les médias australiens ont indiqué que Canberra envisageait aussi l'option de l'évacuation.

Les premiers départs en avion spécialement affrété devraient avoir lieu dans la nuit de dimanche à lundi, le débarquement des Américains étant fixé à 21HOO (12H00 GMT) selon les annonces faites à bord et retransmises via les réseaux sociaux.

Le Diamond Princess effectuait une croisière avec plusieurs escales en Asie quand un passager ayant débarqué à Hong Kong a été contrôlé positif au coronavirus apparu en décembre dans la ville chinoise de Wuhan (centre). Ce qui a entraîné la mise en quarantaine du navire dans le port japonais de Yokohama.

Les cas confirmés en sont débarqués et transférés dans des hôpitaux japonais spécialement équipés.

- Près de 1.700 morts dans le monde -

En plus des cas sur le navire, les autorités nippones ont indiqué que 53 personnes étaient porteuses du coronavirus dans différentes régions du pays, avec une traçabilité difficile à établir pour un nombre croissant de patients.

Les experts estiment que "des malades touchés par le coronavirus peuvent désormais apparaître n'importe où au Japon" et que les habitants doivent prendre le plus de précautions possibles comme se laver les mains très fréquemment, porter des masques, désinfecter les objets, etc.

Mais les fabricants de masques sanitaires ont du mal à répondre à la demande et les stocks dans les supérettes et les parapharmacies sont faibles, voire nuls. Une hausse de la production est prévue avec des subventions des pouvoirs publics.

Selon le dernier bilan diffusé dimanche par les autorités chinoises, la pneumonie virale Covid-19 a provoqué la mort de 1.665 personnes en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), sur un total de 68.500 cas de contamination recensés sur le territoire. La plupart des décès ont été constatés dans la province du Hubei (centre), foyer de l'épidémie apparue en décembre dans son chef-lieu Wuhan.

Seuls quatre décès ont été enregistrés ailleurs dans le monde: un sur le territoire chinois semi-autonome de Hong Kong et les trois autres respectivement au Japon, aux Philippines et en France.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.