Wall Street entraîne le Nasdaq et le S&P 500 à des records

(AFP)

La Bourse de New York a terminé en nette hausse mercredi, emmenant le Nasdaq et le S&P 500 à des niveaux inédits alors que les investisseurs prenaient note du ralentissement de la propagation de l'épidémie de coronavirus apparue en Chine.

Son indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,40% pour finir à 29.348,03 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 0,87%, à 9.817,18 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, de 0,47%, à 3.386,15 points.

"Le coronavirus n'est plus aussi important qu'il a pu l'être" pour le marché, estime Maris Ogg de Tower Bridge Advisors. "On voit le nombre de nouveaux cas diminuer, ce qui signifie sans doute que le pire est passé", avance-t-elle.

Le nombre de contaminations a en effet connu mercredi sa plus faible hausse en un mois.

Et malgré un bilan humain qui dépasse désormais les 2.000 morts, l'Organisation mondiale de la santé s'est voulu rassurante: hors de la province centrale du Hubei, épicentre de l'épidémie, la maladie "touche une très petite proportion de la population" et 80% des patients souffrent d'une forme bénigne de la maladie.

La difficulté maintenant va être d'interpréter correctement les prochains indicateurs, estime Mme Ogg.

"On commençait en fin d'année dernière à avoir des chiffres PMI positifs sur l'activité en Europe et en Chine, suggérant que le pire du ralentissement économique était passé", rappelle-t-elle.

Entre les conséquences économiques de la suspension de la production par Boeing du 737 MAX aux Etats-Unis et du coronavirus dans le monde, "on va avoir des distorsions assez importantes".

L'épidémie du nouveau coronavirus intervient dans le contexte d'une économie mondiale déjà fragile qui n'est pas forcément bien armée pour la combattre si elle s'étend dans le temps et l'espace, a pour sa part averti mercredi la directrice du Fonds monétaire international (FMI).

Mais "au final, le soutien monétaire (apporté par les banques centrales à travers le monde) va continuer à alimenter la montée des indices", prédit Mme Ogg.

Diffusées en cours de séance, les minutes de la dernière réunion du Comité monétaire de la Fed Banque centrale américaine n'ont pas eu beaucoup d'impact sur les marchés.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine se stabilisait, évoluant à 1,563% contre 1,561% mardi à la clôture.

Nasdaq

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Wall Street entraîne le Nasdaq et le S&P 500 à des records

Le 19 février 2020 à22:29

La Bourse de New York a terminé en nette hausse mercredi, emmenant le Nasdaq et le S&P 500 à des niveaux inédits alors que les investisseurs prenaient note du ralentissement de la propagation de l'épidémie de coronavirus apparue en Chine.

Son indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,40% pour finir à 29.348,03 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 0,87%, à 9.817,18 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, de 0,47%, à 3.386,15 points.

"Le coronavirus n'est plus aussi important qu'il a pu l'être" pour le marché, estime Maris Ogg de Tower Bridge Advisors. "On voit le nombre de nouveaux cas diminuer, ce qui signifie sans doute que le pire est passé", avance-t-elle.

Le nombre de contaminations a en effet connu mercredi sa plus faible hausse en un mois.

Et malgré un bilan humain qui dépasse désormais les 2.000 morts, l'Organisation mondiale de la santé s'est voulu rassurante: hors de la province centrale du Hubei, épicentre de l'épidémie, la maladie "touche une très petite proportion de la population" et 80% des patients souffrent d'une forme bénigne de la maladie.

La difficulté maintenant va être d'interpréter correctement les prochains indicateurs, estime Mme Ogg.

"On commençait en fin d'année dernière à avoir des chiffres PMI positifs sur l'activité en Europe et en Chine, suggérant que le pire du ralentissement économique était passé", rappelle-t-elle.

Entre les conséquences économiques de la suspension de la production par Boeing du 737 MAX aux Etats-Unis et du coronavirus dans le monde, "on va avoir des distorsions assez importantes".

L'épidémie du nouveau coronavirus intervient dans le contexte d'une économie mondiale déjà fragile qui n'est pas forcément bien armée pour la combattre si elle s'étend dans le temps et l'espace, a pour sa part averti mercredi la directrice du Fonds monétaire international (FMI).

Mais "au final, le soutien monétaire (apporté par les banques centrales à travers le monde) va continuer à alimenter la montée des indices", prédit Mme Ogg.

Diffusées en cours de séance, les minutes de la dernière réunion du Comité monétaire de la Fed Banque centrale américaine n'ont pas eu beaucoup d'impact sur les marchés.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine se stabilisait, évoluant à 1,563% contre 1,561% mardi à la clôture.

Nasdaq

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.