Coronavirus: l'Italie prépare de nouvelles mesures après deux décès

(AFP)

L'Italie prépare de nouvelles mesures après l'annonce samedi d'un deuxième décès et une poussée des contaminations au coronavirus dans le nord du pays où une dizaine de villes ont fermé les lieux publics pour contenir la maladie et rassurer les habitants.

Avant de s'enfermer plusieurs heures en réunion avec la protection civile, le chef du gouvernement Giuseppe Conte a dit envisager d'autres "mesures extraordinaires", en plus du semi-confinement de plus de 50.000 personnes déjà décidé, alors que la péninsule est désormais le pays le plus touché en Europe par l'épidémie de pneumonie virale.

Les deux premiers cas mortels de ressortissants italiens -- et européens -- sont une femme de 77 ans, habitant dans la zone de Codogno, en Lombardie, et un maçon retraité de 78 ans résidant d'un petit village de Vénétie.

Attilio Fontana, le président de Lombardie, a annoncé samedi 39 cas dans sa région et précisé lors d'une conférence de presse être "en attente d'une décision du gouvernement pour l'utilisation d'au moins une des deux structures militaires à Baggio ou Piacenza" pour y placer en quarantaine des personnes à risque.

Selon l'adjoint régional à la Santé Giulio Gallera, il est "de plus en plus clair" que les cas de contamination sont tous liés à un homme de 38 ans, "le patient 1", hospitalisé en soins intensifs depuis mercredi à Codogno, près de Lodi, à 60 km de Milan.

"La zone de Lodi est l'épicentre du foyer" même si on ne sait toujours pas auprès de qui cet homme, cadre au sein de la multinationale Unilever, a contracté la maladie. Il pourrait avoir été infecté, selon les médias, par un ami avec lequel il a dîné plusieurs fois au restaurant. Ce dernier, rentré de Chine en janvier, a été testé négatif au coronavirus dont il pourrait être guéri.

Les autres cas détectés sont des personnes qui ont été en contact avec le "patient 1" directement comme sa femme enceinte de 8 mois, un ami avec lequel il faisait du sport et trois habitués d'un bar local ainsi que des médecins, aide-soignants, et des patients de l'hôpital de Codogno qui ont à leur tour infecté leur entourage.

- Défilés de carnaval annulés -

Les mesures de semi-confinement touchent une dizaine de villes de Lombardie où les bars, restaurants, les écoles, églises, de nombreux magasins et une quarantaine de stades et salles de sport ont été fermés, ainsi que des bibliothèques, mairies.

Même les défilés de carnaval ont été annulés.

Au total plus de 50.000 habitants ont été priés de rester chez eux autant que possible, et d'éviter les lieux clos.

A Codogno - 15.000 habitants - le photographe de l'AFP a vu des rues pratiquement désertes et "des gens en voiture qui cherchaient un magasin ouvert". Dès l'annonce des premiers cas, le maire Francesco Passerini a fermé vendredi les lieux publics face à l'inquiétude de la population.

Samedi, deux pharmacies, une boulangerie, une rôtisserie et un magasin d'électronique avaient bravé les consignes tandis que de rares passants circulaient à vélo ou à pied avec souvent un masque sur la bouche.

"Les cinq supermarchés de la zone sont fermés ainsi que les épiceries. Où est-ce qu'on va faire nos courses?", s'interroge un couple rencontré par l'agence Agi. "Nous ne pouvons pas bouger d'ici et nous ne pouvons pas aller à Milan où nous travaillons tous les deux. Si ça continue il va falloir la protection civile".

Luca Zaia, le président de Vénétie, région qui compte désormais 12 cas, a assuré sur Rainews24 que "la grande question" était l'origine de la contamination dans sa zone car les malades n'avaient eu "aucun contact" avec des Chinois ou des personnes de retour de Chine. Par précaution, il a annoncé la fermeture des universités à compter de lundi.

L'Italie ne comptait jusqu'à présent que trois cas de coronavirus, tous contractés hors du pays et soignés à Rome, parmi lesquels deux touristes chinois placés à un moment en thérapie intensive mais dont l'état s'est nettement amélioré ces derniers jours.

En outre, un Italien contaminé sur le bateau de croisière Diamond Princess au Japon a été rapatrié samedi avec une trentaine de passagers italiens qui ont été placés en quarantaine.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Coronavirus: l'Italie prépare de nouvelles mesures après deux décès

Le 22 février 2020 à17:03

L'Italie prépare de nouvelles mesures après l'annonce samedi d'un deuxième décès et une poussée des contaminations au coronavirus dans le nord du pays où une dizaine de villes ont fermé les lieux publics pour contenir la maladie et rassurer les habitants.

Avant de s'enfermer plusieurs heures en réunion avec la protection civile, le chef du gouvernement Giuseppe Conte a dit envisager d'autres "mesures extraordinaires", en plus du semi-confinement de plus de 50.000 personnes déjà décidé, alors que la péninsule est désormais le pays le plus touché en Europe par l'épidémie de pneumonie virale.

Les deux premiers cas mortels de ressortissants italiens -- et européens -- sont une femme de 77 ans, habitant dans la zone de Codogno, en Lombardie, et un maçon retraité de 78 ans résidant d'un petit village de Vénétie.

Attilio Fontana, le président de Lombardie, a annoncé samedi 39 cas dans sa région et précisé lors d'une conférence de presse être "en attente d'une décision du gouvernement pour l'utilisation d'au moins une des deux structures militaires à Baggio ou Piacenza" pour y placer en quarantaine des personnes à risque.

Selon l'adjoint régional à la Santé Giulio Gallera, il est "de plus en plus clair" que les cas de contamination sont tous liés à un homme de 38 ans, "le patient 1", hospitalisé en soins intensifs depuis mercredi à Codogno, près de Lodi, à 60 km de Milan.

"La zone de Lodi est l'épicentre du foyer" même si on ne sait toujours pas auprès de qui cet homme, cadre au sein de la multinationale Unilever, a contracté la maladie. Il pourrait avoir été infecté, selon les médias, par un ami avec lequel il a dîné plusieurs fois au restaurant. Ce dernier, rentré de Chine en janvier, a été testé négatif au coronavirus dont il pourrait être guéri.

Les autres cas détectés sont des personnes qui ont été en contact avec le "patient 1" directement comme sa femme enceinte de 8 mois, un ami avec lequel il faisait du sport et trois habitués d'un bar local ainsi que des médecins, aide-soignants, et des patients de l'hôpital de Codogno qui ont à leur tour infecté leur entourage.

- Défilés de carnaval annulés -

Les mesures de semi-confinement touchent une dizaine de villes de Lombardie où les bars, restaurants, les écoles, églises, de nombreux magasins et une quarantaine de stades et salles de sport ont été fermés, ainsi que des bibliothèques, mairies.

Même les défilés de carnaval ont été annulés.

Au total plus de 50.000 habitants ont été priés de rester chez eux autant que possible, et d'éviter les lieux clos.

A Codogno - 15.000 habitants - le photographe de l'AFP a vu des rues pratiquement désertes et "des gens en voiture qui cherchaient un magasin ouvert". Dès l'annonce des premiers cas, le maire Francesco Passerini a fermé vendredi les lieux publics face à l'inquiétude de la population.

Samedi, deux pharmacies, une boulangerie, une rôtisserie et un magasin d'électronique avaient bravé les consignes tandis que de rares passants circulaient à vélo ou à pied avec souvent un masque sur la bouche.

"Les cinq supermarchés de la zone sont fermés ainsi que les épiceries. Où est-ce qu'on va faire nos courses?", s'interroge un couple rencontré par l'agence Agi. "Nous ne pouvons pas bouger d'ici et nous ne pouvons pas aller à Milan où nous travaillons tous les deux. Si ça continue il va falloir la protection civile".

Luca Zaia, le président de Vénétie, région qui compte désormais 12 cas, a assuré sur Rainews24 que "la grande question" était l'origine de la contamination dans sa zone car les malades n'avaient eu "aucun contact" avec des Chinois ou des personnes de retour de Chine. Par précaution, il a annoncé la fermeture des universités à compter de lundi.

L'Italie ne comptait jusqu'à présent que trois cas de coronavirus, tous contractés hors du pays et soignés à Rome, parmi lesquels deux touristes chinois placés à un moment en thérapie intensive mais dont l'état s'est nettement amélioré ces derniers jours.

En outre, un Italien contaminé sur le bateau de croisière Diamond Princess au Japon a été rapatrié samedi avec une trentaine de passagers italiens qui ont été placés en quarantaine.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.