Migrations: sur l'île grecque de Samos, la colère monte contre un nouveau camp

(AFP)

Le nouveau camp fermé pour migrants en construction sur Samos est presque achevé mais il est mal accueilli par la population, qui ne veut pas que l'île de la mer Égée se change en "entrepôt d'âmes".

"Nous sommes opposés à l'idée de ce camp; nous ne voulons pas que Samos et les autres îles grecques de la mer Égée deviennent des entrepôts d'âmes", assure Nikos Ftinogiannis, l'un des habitants.

A un jet de pierre de son village montagneux de Mitilinii, sur les hauteurs arides de la localité de Zervou, des centaines de conteneurs ont déjà été installés sur une enceinte encerclée d'une clôture barbelée.

Pour lutter contre la surpopulation des camps sur les cinq îles de la mer Egée, dont Samos, où vivent dans des conditions sordides plus de 38.000 demandeurs d'asile pour théoriquement 6.200 places, le gouvernement a annoncé en novembre la fermeture des camps actuels et la construction d'ici l'été de nouveaux "camps fermés".

Contrairement aux autres îles, où les travaux ont pris du retard, à Samos le nouveau camp fermé d'une capacité d'environ 1.200 personnes est presque prêt, selon une source proche du dossier.

Mais habitants et autorités locales protestent contre son ouverture prochaine, réclamant "le départ de tous les migrants".

"Il n'y a plus de place à Samos, il faut que les migrants partent de l'île", dit Nikos Ftinogiannis, 62 ans, employé et élu local.

Les habitants et les maires des îles de Lesbos, Chios et Samos, où sont situés depuis 2015 les plus grands centres d'accueil et d'enregistrement de migrants, ont protesté ces dernières semaines en multipliant leurs manifestations contre la construction de nouveaux camps.

"Ces gens sont venus pour y rester (...), nous voulons qu'ils partent de Samos, qu'ils aillent dans d'autres pays", s'indigne le sexagénaire Giannis Hatzikalis, habitant aussi de Mitilinii, dont la population s'élève à 1.900 personnes.

- "Résister" -

"Il faut résister, il faut trouver une autre solution, il y a des régions inhabitées en Grèce continentale où les demandeurs d'asile pourront s'installer", estime de son côté Sotirios Kardiakos, 92 ans.

Le camp actuel de Samos, situé près du port de Vathy et initialement prévu pour 680 personnes, compte actuellement 6.800 demandeurs d'asile.

"La situation dans ce camp est un choc et une honte" déplore Pipina Katsari, responsable sur l'île du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Elle rappelle que la moitié de la population de demandeurs d'asile dans ce camp sont des femmes et des enfants.

En vertu d'une déclaration entre l'Union européenne et la Turquie signée en 2016, les demandeurs d'asile doivent rester sur les îles.

Leur transfert sur le continent n'est autorisé que pour ceux qui ont obtenu leur premier entretien avec les autorités ou pour les personnes "vulnérables", soit des familles ou des personnes malades.

Mais vu que la Grèce est redevenue en 2019 la première porte d'entrée en Europe des migrants, les demandes d'asile s'accumulent et des dizaines de milliers de personnes attendent des mois ce "premier entretien" avec les services d'asile.

"La vie ici n'est pas la vie", déplore le Syrien Abdelrahman, 27 ans, arrivé il y a quatre mois au camp de Vathy.

"Je ne sais pas combien de temps il faut encore attendre dans ces conditions horribles", poursuit-il.

Khalid Nizar, un Palestinien de 32 ans, vit depuis un an dans ce camp: "Les conditions ne sont pas faciles, heureusement je suis vivant mais il faut encore attendre pour mon entretien", dit-il.

Plus de 10.000 personnes ont été transférées ces derniers mois sur le continent mais les arrivées de nouveaux demandeurs d'asile des proches côtes turques se poursuivent quotidiennement.

Vendredi, le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, a appelé la Grèce "avec le soutien de l'Europe" à agir face à une "situation intenable" des réfugiés sur les îles grecques.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Migrations: sur l'île grecque de Samos, la colère monte contre un nouveau camp

Le 22 février 2020 à22:03

Le nouveau camp fermé pour migrants en construction sur Samos est presque achevé mais il est mal accueilli par la population, qui ne veut pas que l'île de la mer Égée se change en "entrepôt d'âmes".

"Nous sommes opposés à l'idée de ce camp; nous ne voulons pas que Samos et les autres îles grecques de la mer Égée deviennent des entrepôts d'âmes", assure Nikos Ftinogiannis, l'un des habitants.

A un jet de pierre de son village montagneux de Mitilinii, sur les hauteurs arides de la localité de Zervou, des centaines de conteneurs ont déjà été installés sur une enceinte encerclée d'une clôture barbelée.

Pour lutter contre la surpopulation des camps sur les cinq îles de la mer Egée, dont Samos, où vivent dans des conditions sordides plus de 38.000 demandeurs d'asile pour théoriquement 6.200 places, le gouvernement a annoncé en novembre la fermeture des camps actuels et la construction d'ici l'été de nouveaux "camps fermés".

Contrairement aux autres îles, où les travaux ont pris du retard, à Samos le nouveau camp fermé d'une capacité d'environ 1.200 personnes est presque prêt, selon une source proche du dossier.

Mais habitants et autorités locales protestent contre son ouverture prochaine, réclamant "le départ de tous les migrants".

"Il n'y a plus de place à Samos, il faut que les migrants partent de l'île", dit Nikos Ftinogiannis, 62 ans, employé et élu local.

Les habitants et les maires des îles de Lesbos, Chios et Samos, où sont situés depuis 2015 les plus grands centres d'accueil et d'enregistrement de migrants, ont protesté ces dernières semaines en multipliant leurs manifestations contre la construction de nouveaux camps.

"Ces gens sont venus pour y rester (...), nous voulons qu'ils partent de Samos, qu'ils aillent dans d'autres pays", s'indigne le sexagénaire Giannis Hatzikalis, habitant aussi de Mitilinii, dont la population s'élève à 1.900 personnes.

- "Résister" -

"Il faut résister, il faut trouver une autre solution, il y a des régions inhabitées en Grèce continentale où les demandeurs d'asile pourront s'installer", estime de son côté Sotirios Kardiakos, 92 ans.

Le camp actuel de Samos, situé près du port de Vathy et initialement prévu pour 680 personnes, compte actuellement 6.800 demandeurs d'asile.

"La situation dans ce camp est un choc et une honte" déplore Pipina Katsari, responsable sur l'île du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Elle rappelle que la moitié de la population de demandeurs d'asile dans ce camp sont des femmes et des enfants.

En vertu d'une déclaration entre l'Union européenne et la Turquie signée en 2016, les demandeurs d'asile doivent rester sur les îles.

Leur transfert sur le continent n'est autorisé que pour ceux qui ont obtenu leur premier entretien avec les autorités ou pour les personnes "vulnérables", soit des familles ou des personnes malades.

Mais vu que la Grèce est redevenue en 2019 la première porte d'entrée en Europe des migrants, les demandes d'asile s'accumulent et des dizaines de milliers de personnes attendent des mois ce "premier entretien" avec les services d'asile.

"La vie ici n'est pas la vie", déplore le Syrien Abdelrahman, 27 ans, arrivé il y a quatre mois au camp de Vathy.

"Je ne sais pas combien de temps il faut encore attendre dans ces conditions horribles", poursuit-il.

Khalid Nizar, un Palestinien de 32 ans, vit depuis un an dans ce camp: "Les conditions ne sont pas faciles, heureusement je suis vivant mais il faut encore attendre pour mon entretien", dit-il.

Plus de 10.000 personnes ont été transférées ces derniers mois sur le continent mais les arrivées de nouveaux demandeurs d'asile des proches côtes turques se poursuivent quotidiennement.

Vendredi, le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, a appelé la Grèce "avec le soutien de l'Europe" à agir face à une "situation intenable" des réfugiés sur les îles grecques.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.