Gaza: retour au calme après des affrontements entre Israël et le Jihad islamique

(AFP)

Le calme est revenu mardi dans la bande de Gaza et dans le sud israélien après deux jours d'affrontements entre Israël et le groupe palestinien armé Jihad islamique, qui ont fait craindre une escalade militaire à l'approche des élections israéliennes.

Environ 80 roquettes ont été tirées dimanche et lundi par le Jihad islamique depuis l'enclave palestinienne, selon Israël qui a bombardé des cibles du mouvement islamiste à Gaza, mais aussi près de Damas, en Syrie.

Mardi matin, les autorités israéliennes ont annoncé la réouverture de plusieurs routes dans le sud d'Israël fermées lundi et la reprise du trafic ferroviaire entre les villes d'Ashkelon et Sdérot, proches de l'enclave palestinienne.

L'armée israélienne n'a fait état d'aucun tir de roquettes depuis la bande de Gaza. Et des journalistes de l'AFP dans cette enclave n'ont pas rapporté de frappe israélienne.

Quelque 65.000 élèves ont toutefois été sommés de rester à la maison pour la deuxième journée consécutive dans des villes israéliennes jouxtant le territoire palestinien.

Selon des responsables, le point de passage d'Erez, entre Israël et la bande de Gaza, doit rouvrir mais uniquement pour permettre la sortie des étrangers et des personnes nécessitant des soins médicaux.

Les autorités israéliennes avaient décrété lundi sa fermeture, et celle du point de passage de Kerem Shalom pour les marchandises, et annoncé la fermeture totale de la zone maritime de la bande de Gaza, empêchant ainsi les pêcheurs de sortir en mer.

Dirigée par le Hamas, autre mouvement islamiste palestinien, la bande de Gaza a connu trois guerres avec l'Etat hébreu en 11 ans et est soumise à un strict blocus terrestre, aérien et maritime israélien depuis 2007.

- Pause électorale -

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son rival Benny Gantz, ancien chef de l'armée qui avait d'ailleurs dirigé les forces israéliennes lors de la dernière guerre de Gaza en 2014, avaient annulé lundi soir des meetings électoraux en raison de la nouvelle flambée de violences.

Dans la dernière ligne droite de leur campagne pour les élections législatives du 2 mars, qui s'annoncent serrées selon les dernières projections, les deux candidats s'étaient toutefois rendus dans le sud du pays.

Si le Jihad islamique et le Hamas "ne cessent pas les frappes complètement -et je ne parle pas d'un jour ou deux, mais définitivement- nous devrons aller de l'avant avec une campagne (militaire) d'envergure", a prévenu lundi M. Netanyahu.

"Cette réalité ne peut continuer. Netanyahu, tu as échoué !", a lancé Benny Gantz dans la ville de Sdérot, localité située à la lisière de Gaza, où la population a dû se cacher dans des abris en raison du barrage de roquettes du Jihad islamique.

Prônant la ligne dure, Benny Gantz a appelé au "retour des assassinats ciblés" contre les leaders des mouvements armés de Gaza et à des frappes "non conventionnelles" pour les affaiblir.

Après le retour au calme, le Hamas, qui observe depuis mai un accord de trêve avec Israël contrairement au Jihad islamique, a salué la "capacité de la résistance (palestinienne) à imposer ses règles" à l'armée israélienne.

"Le temps où les occupants utilisaient le sang de notre peuple pour leur campagne électorale est révolu", a déclaré un porte-parole du Hamas.

Deux images fortes restent de ces 36 heures d'affrontements qui ont fait craindre une véritable escalade des violences: un parc pour enfants de la ville israélienne de Sdérot abîmé par une roquette et un bulldozer israélien récupérant le corps inerte d'un combattant du Jihad islamique à Gaza.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Gaza: retour au calme après des affrontements entre Israël et le Jihad islamique

Le 25 février 2020 à12:29

Le calme est revenu mardi dans la bande de Gaza et dans le sud israélien après deux jours d'affrontements entre Israël et le groupe palestinien armé Jihad islamique, qui ont fait craindre une escalade militaire à l'approche des élections israéliennes.

Environ 80 roquettes ont été tirées dimanche et lundi par le Jihad islamique depuis l'enclave palestinienne, selon Israël qui a bombardé des cibles du mouvement islamiste à Gaza, mais aussi près de Damas, en Syrie.

Mardi matin, les autorités israéliennes ont annoncé la réouverture de plusieurs routes dans le sud d'Israël fermées lundi et la reprise du trafic ferroviaire entre les villes d'Ashkelon et Sdérot, proches de l'enclave palestinienne.

L'armée israélienne n'a fait état d'aucun tir de roquettes depuis la bande de Gaza. Et des journalistes de l'AFP dans cette enclave n'ont pas rapporté de frappe israélienne.

Quelque 65.000 élèves ont toutefois été sommés de rester à la maison pour la deuxième journée consécutive dans des villes israéliennes jouxtant le territoire palestinien.

Selon des responsables, le point de passage d'Erez, entre Israël et la bande de Gaza, doit rouvrir mais uniquement pour permettre la sortie des étrangers et des personnes nécessitant des soins médicaux.

Les autorités israéliennes avaient décrété lundi sa fermeture, et celle du point de passage de Kerem Shalom pour les marchandises, et annoncé la fermeture totale de la zone maritime de la bande de Gaza, empêchant ainsi les pêcheurs de sortir en mer.

Dirigée par le Hamas, autre mouvement islamiste palestinien, la bande de Gaza a connu trois guerres avec l'Etat hébreu en 11 ans et est soumise à un strict blocus terrestre, aérien et maritime israélien depuis 2007.

- Pause électorale -

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son rival Benny Gantz, ancien chef de l'armée qui avait d'ailleurs dirigé les forces israéliennes lors de la dernière guerre de Gaza en 2014, avaient annulé lundi soir des meetings électoraux en raison de la nouvelle flambée de violences.

Dans la dernière ligne droite de leur campagne pour les élections législatives du 2 mars, qui s'annoncent serrées selon les dernières projections, les deux candidats s'étaient toutefois rendus dans le sud du pays.

Si le Jihad islamique et le Hamas "ne cessent pas les frappes complètement -et je ne parle pas d'un jour ou deux, mais définitivement- nous devrons aller de l'avant avec une campagne (militaire) d'envergure", a prévenu lundi M. Netanyahu.

"Cette réalité ne peut continuer. Netanyahu, tu as échoué !", a lancé Benny Gantz dans la ville de Sdérot, localité située à la lisière de Gaza, où la population a dû se cacher dans des abris en raison du barrage de roquettes du Jihad islamique.

Prônant la ligne dure, Benny Gantz a appelé au "retour des assassinats ciblés" contre les leaders des mouvements armés de Gaza et à des frappes "non conventionnelles" pour les affaiblir.

Après le retour au calme, le Hamas, qui observe depuis mai un accord de trêve avec Israël contrairement au Jihad islamique, a salué la "capacité de la résistance (palestinienne) à imposer ses règles" à l'armée israélienne.

"Le temps où les occupants utilisaient le sang de notre peuple pour leur campagne électorale est révolu", a déclaré un porte-parole du Hamas.

Deux images fortes restent de ces 36 heures d'affrontements qui ont fait craindre une véritable escalade des violences: un parc pour enfants de la ville israélienne de Sdérot abîmé par une roquette et un bulldozer israélien récupérant le corps inerte d'un combattant du Jihad islamique à Gaza.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.