Grèce: toujours des manifestations anti-migrants, appel au dialogue

(AFP)

Plus d'un millier d'habitants de Lesbos ont manifesté jeudi à Mytilène, chef-lieu de l'île, contre un nouveau camp de migrants, le gouvernement appelant au dialogue au lendemain de violents affrontements entre manifestants et policiers.

Plusieurs associations de commerçants de Lesbos et des syndicats proches du parti communiste grec, à l'origine de la manifestation, ont également appelé à la poursuite de la grève sur l'île. Les magasins étaient fermés jeudi pour la deuxième journée consécutive.

"Ni de camp fermé, ni de camp ouvert sur les îles", scandaient les manifestants qui ont marché pacifiquement.

Sur l'île proche de Chios, des centaines de personnes ont également manifesté jeudi et poursuivi la grève.

L'ambiance était plus calme sur ces îles jeudi après les violents incidents de mercredi ayant fait plus de 60 blessés dont la plupart des policiers des forces anti-émeutes.

Après des semaines de pourparlers infructueux avec les autorités locales, le gouvernement avait envoyé lundi par bateau des engins de chantier et la police anti-émeutes, provoquant l'indignation des insulaires et les critiques de l'opposition de gauche.

"L'écrasante majorité des forces anti-émeutes ont quitté jeudi matin les îles et rentreront en Grèce continentale", a confirmé jeudi à l'AFP un porte-parole de la police, Thodoros Chronopoulos.

"43 policiers ont été blessés légèrement à Lesbos mercredi mais ils sont hors danger", a-t-il précisé.

Le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas a indiqué que "la première phase des travaux de terrassement s'est achevée sur les sites de construction ( des camps à Lesbos et Chios) et que les forces policières devaient rentrer".

- Face-à-face tendu -

La Grèce est redevenue en 2019 la première porte d'entrée en Europe des demandeurs d'asile. Devant l'augmentation du flux migratoire, le gouvernement conservateur avait annoncé en novembre que les camps surpeuplés de Lesbos, Samos et Chios en mer Egée seraient fermés cette année.

Ils seront remplacés par de nouvelles installations "fermées" d'une capacité d'au moins 5.000 personnes chacune, qui devraient être opérationnelles mi 2020, selon le gouvernement.

Plus de 38.000 demandeurs d'asile s'entassent dans des conditions sordides dans les camps actuels des îles de Lesbos, Samos, Chios, Leros et Kos, officiellement prévus pour 6.200 personnes.

Mais les habitants des îles s'opposent à la construction de nouveaux camps: vivant avec les migrants depuis 2015, année de la grande crise migratoire, ils réclament leur transfert en Grèce continentale et la construction de petits centres d'enregistrement d'un millier de personnes chacun.

"L'île est devenue une immense prison de migrants (...) nous avons exprimé notre solidarité toutes ces années, mais il faut décongestionner les îles", a indiqué Michael Hakas, 47 ans, employé à l'université de Mytilène, qui a manifesté jeudi.

Mercredi à Lesbos, le face-à-face tendu entre habitants et forces anti-émeutes a duré toute la journéei: des centaines de personnes rassemblées à Antamanides, un village proche du site de construction d'un nouveau camp, ont jeté des pierres vers la police, qui a riposté avec du gaz lacrymogène, des grenades assourdissantes, un canon à eau et des balles en plastique, selon un photographe de l'AFP.

- Appel au dialogue -

Mercredi soir, environ 2.000 personnes ont manifesté devant une caserne où se trouvaient les policiers avant de tenter d'y pénétrer. La police anti-émeutes a riposté avec du gaz lacrymogène tandis que certains habitants ont tiré avec leurs carabines de chasse, selon un photographe de l'AFP.

A Chios, 2.000 personnes ont aussi manifesté contre la construction d'un nouveau camp. Selon des médias locaux, un groupe de manifestants a fait irruption dans une chambre d'hôtel occupée par des policiers et les ont tabassés, en blessant huit.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a indiqué jeudi lors d'un conseil des ministres qu'une enquête serait ouverte après les dénonciations sur "l'usage de violence disproportionnée" par des habitants des îles où, selon lui, "il faut isoler les éléments extrêmes".

Il a appelé les maires des îles à participer à une réunion jeudi soir à Athènes en vue d'apaiser la situation.

"Il faut privilégier le dialogue, la guerre a besoin d'une trêve", a indiqué jeudi Stigmatisé Karmans, le maire de Chios, à la radio RealFm, soulignant qu'il allait se rendre à Athènes pour participer à la réunion avec le Premier ministre.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Grèce: toujours des manifestations anti-migrants, appel au dialogue

Le 27 février 2020 à14:03

Plus d'un millier d'habitants de Lesbos ont manifesté jeudi à Mytilène, chef-lieu de l'île, contre un nouveau camp de migrants, le gouvernement appelant au dialogue au lendemain de violents affrontements entre manifestants et policiers.

Plusieurs associations de commerçants de Lesbos et des syndicats proches du parti communiste grec, à l'origine de la manifestation, ont également appelé à la poursuite de la grève sur l'île. Les magasins étaient fermés jeudi pour la deuxième journée consécutive.

"Ni de camp fermé, ni de camp ouvert sur les îles", scandaient les manifestants qui ont marché pacifiquement.

Sur l'île proche de Chios, des centaines de personnes ont également manifesté jeudi et poursuivi la grève.

L'ambiance était plus calme sur ces îles jeudi après les violents incidents de mercredi ayant fait plus de 60 blessés dont la plupart des policiers des forces anti-émeutes.

Après des semaines de pourparlers infructueux avec les autorités locales, le gouvernement avait envoyé lundi par bateau des engins de chantier et la police anti-émeutes, provoquant l'indignation des insulaires et les critiques de l'opposition de gauche.

"L'écrasante majorité des forces anti-émeutes ont quitté jeudi matin les îles et rentreront en Grèce continentale", a confirmé jeudi à l'AFP un porte-parole de la police, Thodoros Chronopoulos.

"43 policiers ont été blessés légèrement à Lesbos mercredi mais ils sont hors danger", a-t-il précisé.

Le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas a indiqué que "la première phase des travaux de terrassement s'est achevée sur les sites de construction ( des camps à Lesbos et Chios) et que les forces policières devaient rentrer".

- Face-à-face tendu -

La Grèce est redevenue en 2019 la première porte d'entrée en Europe des demandeurs d'asile. Devant l'augmentation du flux migratoire, le gouvernement conservateur avait annoncé en novembre que les camps surpeuplés de Lesbos, Samos et Chios en mer Egée seraient fermés cette année.

Ils seront remplacés par de nouvelles installations "fermées" d'une capacité d'au moins 5.000 personnes chacune, qui devraient être opérationnelles mi 2020, selon le gouvernement.

Plus de 38.000 demandeurs d'asile s'entassent dans des conditions sordides dans les camps actuels des îles de Lesbos, Samos, Chios, Leros et Kos, officiellement prévus pour 6.200 personnes.

Mais les habitants des îles s'opposent à la construction de nouveaux camps: vivant avec les migrants depuis 2015, année de la grande crise migratoire, ils réclament leur transfert en Grèce continentale et la construction de petits centres d'enregistrement d'un millier de personnes chacun.

"L'île est devenue une immense prison de migrants (...) nous avons exprimé notre solidarité toutes ces années, mais il faut décongestionner les îles", a indiqué Michael Hakas, 47 ans, employé à l'université de Mytilène, qui a manifesté jeudi.

Mercredi à Lesbos, le face-à-face tendu entre habitants et forces anti-émeutes a duré toute la journéei: des centaines de personnes rassemblées à Antamanides, un village proche du site de construction d'un nouveau camp, ont jeté des pierres vers la police, qui a riposté avec du gaz lacrymogène, des grenades assourdissantes, un canon à eau et des balles en plastique, selon un photographe de l'AFP.

- Appel au dialogue -

Mercredi soir, environ 2.000 personnes ont manifesté devant une caserne où se trouvaient les policiers avant de tenter d'y pénétrer. La police anti-émeutes a riposté avec du gaz lacrymogène tandis que certains habitants ont tiré avec leurs carabines de chasse, selon un photographe de l'AFP.

A Chios, 2.000 personnes ont aussi manifesté contre la construction d'un nouveau camp. Selon des médias locaux, un groupe de manifestants a fait irruption dans une chambre d'hôtel occupée par des policiers et les ont tabassés, en blessant huit.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a indiqué jeudi lors d'un conseil des ministres qu'une enquête serait ouverte après les dénonciations sur "l'usage de violence disproportionnée" par des habitants des îles où, selon lui, "il faut isoler les éléments extrêmes".

Il a appelé les maires des îles à participer à une réunion jeudi soir à Athènes en vue d'apaiser la situation.

"Il faut privilégier le dialogue, la guerre a besoin d'une trêve", a indiqué jeudi Stigmatisé Karmans, le maire de Chios, à la radio RealFm, soulignant qu'il allait se rendre à Athènes pour participer à la réunion avec le Premier ministre.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.