Coronavirus: au Liban, les banques suspendent les retraits en dollars

(AFP)

Les banques libanaises, qui fonctionnent au ralenti en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus, arrêteront de fournir des dollars à leurs clients jusqu'à la réouverture de l'aéroport, a indiqué lundi à l'AFP une source à l'Association des Banques du Liban.

Le Liban, où le billet vert est utilisé au même titre que la livre libanaise, connaît depuis des mois une pénurie de dollars qui a entraîné une dépréciation de sa monnaie nationale sur le marché parallèle, sur fond de crise économique aiguë.

Jusqu'ici les retraits en dollars étaient soumis à de strictes restrictions, certaines banques les plafonnant à 100 dollars par semaine.

"Désormais, les banques cesseront de fournir des dollars à leurs clients", a assuré à l'AFP un responsable de l'Association des Banques du Liban, s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

"A l'instar des produits pétroliers et alimentaires, les dollars sont importés de l'étranger et cela n'est plus possible avec la fermeture de l'aéroport en raison du nouveau coronavirus", a précisé cette source.

Contactés par des clients, deux établissements bancaires ont confirmé la suspension des retraits en dollars.

La fermeture de l'aéroport international de Beyrouth, prévue jusqu'au 12 avril, fait partie des mesures adoptées par les autorités pour lutter contre la propagation de l'épidémie.

Des exceptions à cette fermeture sont prévues notamment pour les membres des missions diplomatiques, des organisations internationales et les avions de fret.

Les clients titulaires de comptes en dollars peuvent retirer les montants souhaités en livres libanaises, au taux officiel de 1,500 livres pour un dollar, alors que le taux au marché noir atteint désormais les 2,700 livres pour un dollar.

Le Liban a connu en octobre un soulèvement inédit contre la classe politique, mais les banques se sont aussi retrouvées dans le viseur des contestataires, qui les accusent de complicité avec le pouvoir et pointent du doigt leur responsabilité dans l'échec des politiques monétaires du pays.

La propagation de la maladie Covid-19 fait craindre des conséquences désastreuses pour une économie déjà aux abois.

Le Liban, qui croule sous une dette de 92 milliards de dollars, soit 170% du PIB, fait face à sa pire crise économique et financière depuis la fin de la guerre civile (1975-1990).

Les autorités prévoient une croissance négative de 12% cette année, couplée à une inflation de plus de 25%.

Pour lutter contre le nouveau coronavirus, le Liban a imposé des mesures de confinement à la population, et la fermeture de l'ensemble des entreprises, à l'exception des commerces de première nécessité.

Les banques ont substantiellement réduit leurs activités, limitant le nombre d'agences ouvertes et les opérations bancaires, tout en alimentant les distributeurs automatiques.

Lundi, d'interminables queues se sont formées devant les distributeurs, dans tout le pays, a constaté un photographe de l'AFP.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Coronavirus: au Liban, les banques suspendent les retraits en dollars

Le 30 mars 2020 à13:46

Les banques libanaises, qui fonctionnent au ralenti en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus, arrêteront de fournir des dollars à leurs clients jusqu'à la réouverture de l'aéroport, a indiqué lundi à l'AFP une source à l'Association des Banques du Liban.

Le Liban, où le billet vert est utilisé au même titre que la livre libanaise, connaît depuis des mois une pénurie de dollars qui a entraîné une dépréciation de sa monnaie nationale sur le marché parallèle, sur fond de crise économique aiguë.

Jusqu'ici les retraits en dollars étaient soumis à de strictes restrictions, certaines banques les plafonnant à 100 dollars par semaine.

"Désormais, les banques cesseront de fournir des dollars à leurs clients", a assuré à l'AFP un responsable de l'Association des Banques du Liban, s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

"A l'instar des produits pétroliers et alimentaires, les dollars sont importés de l'étranger et cela n'est plus possible avec la fermeture de l'aéroport en raison du nouveau coronavirus", a précisé cette source.

Contactés par des clients, deux établissements bancaires ont confirmé la suspension des retraits en dollars.

La fermeture de l'aéroport international de Beyrouth, prévue jusqu'au 12 avril, fait partie des mesures adoptées par les autorités pour lutter contre la propagation de l'épidémie.

Des exceptions à cette fermeture sont prévues notamment pour les membres des missions diplomatiques, des organisations internationales et les avions de fret.

Les clients titulaires de comptes en dollars peuvent retirer les montants souhaités en livres libanaises, au taux officiel de 1,500 livres pour un dollar, alors que le taux au marché noir atteint désormais les 2,700 livres pour un dollar.

Le Liban a connu en octobre un soulèvement inédit contre la classe politique, mais les banques se sont aussi retrouvées dans le viseur des contestataires, qui les accusent de complicité avec le pouvoir et pointent du doigt leur responsabilité dans l'échec des politiques monétaires du pays.

La propagation de la maladie Covid-19 fait craindre des conséquences désastreuses pour une économie déjà aux abois.

Le Liban, qui croule sous une dette de 92 milliards de dollars, soit 170% du PIB, fait face à sa pire crise économique et financière depuis la fin de la guerre civile (1975-1990).

Les autorités prévoient une croissance négative de 12% cette année, couplée à une inflation de plus de 25%.

Pour lutter contre le nouveau coronavirus, le Liban a imposé des mesures de confinement à la population, et la fermeture de l'ensemble des entreprises, à l'exception des commerces de première nécessité.

Les banques ont substantiellement réduit leurs activités, limitant le nombre d'agences ouvertes et les opérations bancaires, tout en alimentant les distributeurs automatiques.

Lundi, d'interminables queues se sont formées devant les distributeurs, dans tout le pays, a constaté un photographe de l'AFP.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.