Coronavirus: l'IRC craint une contagion fulgurante dans les camps de déplacés

(AFP)

Le nouveau coronavirus risque de se propager à une vitesse inédite depuis le début de l'épidémie dans certains camps de réfugiés surpeuplés de la planète, a mis en garde mercredi le Comité international de secours (IRC).

Le rythme de contamination dans trois de ces foyers surpeuplés en Syrie, au Bangladesh et en Grèce, risque de dépasser le taux enregistré sur le navire de croisière "Diamond Princess", où "la transmission du virus a été quatre fois plus rapide qu'à Wuhan", l'épicentre de l'épidémie en Chine, souligne l'ONG.

Les habitants de ces camps "sont confrontés à un risque accru de (propagation du) Covid-19", a averti l'IRC, en établissant ce parallèle avec le "Diamond Princess", où 712 passagers ont été infectés pendant les deux mois de quarantaine au large des cotes japonaises.

La Syrie en guerre depuis 2011 abrite plusieurs camps surpeuplés, dont celui d'Al-Hol (nord-est), où 68.000 déplacés --notamment des familles de jihadistes du groupe Etat islamique (EI)-- vivent dans une superficie de 1,81 km2, soit une densité de 37.570 habitants au km2.

A ce titre, la densité de population à bord du "Diamond Princess" (24.400 personnes/km2) était inférieure à celle d'Al-Hol, ainsi que de Cox's Bazar, un district au Bangladesh où s'entassent près d'un million de réfugiés rohingyas (40.000 habitants/km2), et du camp de Moria, le principal camp surpeuplé de migrants sur l'île grecque de Lesbos (203.800 habitants/km2).

"En plus de l'environnement exigu, les habitants (des camps) subissent des conditions météorologiques (...) difficiles (...), ce qui les rend plus vulnérables aux maladies", a ajouté l'ONG, relevant par ailleurs leur "accès limité à l'eau", un autre facteur de risque majeur.

L'ONG a lancé un appel "urgent" à une levée de fonds de 30 millions d'euros pour des "mesures qui peuvent et doivent être prises", dont "la construction de nouveaux abris" pour désengorger les camps et favoriser la distanciation sociale.

En Syrie, la pandémie de Covid-19 menace en particulier les 6,5 millions de déplacés du pays, a récemment rappelé l'ONU. Plusieurs ONG ont mis en garde contre une catastrophe sanitaire dans ce pays où les infrastructures ont été dévastées par neuf ans de guerre.

Les autorités syriennes ont à l'heure actuelle déclaré dix cas de contamination dans les régions sous leur contrôle (70% du territoire), dont deux décès.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Coronavirus: l'IRC craint une contagion fulgurante dans les camps de déplacés

Le 01 avril 2020 à14:51

Le nouveau coronavirus risque de se propager à une vitesse inédite depuis le début de l'épidémie dans certains camps de réfugiés surpeuplés de la planète, a mis en garde mercredi le Comité international de secours (IRC).

Le rythme de contamination dans trois de ces foyers surpeuplés en Syrie, au Bangladesh et en Grèce, risque de dépasser le taux enregistré sur le navire de croisière "Diamond Princess", où "la transmission du virus a été quatre fois plus rapide qu'à Wuhan", l'épicentre de l'épidémie en Chine, souligne l'ONG.

Les habitants de ces camps "sont confrontés à un risque accru de (propagation du) Covid-19", a averti l'IRC, en établissant ce parallèle avec le "Diamond Princess", où 712 passagers ont été infectés pendant les deux mois de quarantaine au large des cotes japonaises.

La Syrie en guerre depuis 2011 abrite plusieurs camps surpeuplés, dont celui d'Al-Hol (nord-est), où 68.000 déplacés --notamment des familles de jihadistes du groupe Etat islamique (EI)-- vivent dans une superficie de 1,81 km2, soit une densité de 37.570 habitants au km2.

A ce titre, la densité de population à bord du "Diamond Princess" (24.400 personnes/km2) était inférieure à celle d'Al-Hol, ainsi que de Cox's Bazar, un district au Bangladesh où s'entassent près d'un million de réfugiés rohingyas (40.000 habitants/km2), et du camp de Moria, le principal camp surpeuplé de migrants sur l'île grecque de Lesbos (203.800 habitants/km2).

"En plus de l'environnement exigu, les habitants (des camps) subissent des conditions météorologiques (...) difficiles (...), ce qui les rend plus vulnérables aux maladies", a ajouté l'ONG, relevant par ailleurs leur "accès limité à l'eau", un autre facteur de risque majeur.

L'ONG a lancé un appel "urgent" à une levée de fonds de 30 millions d'euros pour des "mesures qui peuvent et doivent être prises", dont "la construction de nouveaux abris" pour désengorger les camps et favoriser la distanciation sociale.

En Syrie, la pandémie de Covid-19 menace en particulier les 6,5 millions de déplacés du pays, a récemment rappelé l'ONU. Plusieurs ONG ont mis en garde contre une catastrophe sanitaire dans ce pays où les infrastructures ont été dévastées par neuf ans de guerre.

Les autorités syriennes ont à l'heure actuelle déclaré dix cas de contamination dans les régions sous leur contrôle (70% du territoire), dont deux décès.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.