Le déconfinement s'accélère vers "une vie presque normale"

(AFP)

Limite des 100 km levée, réouverture des lycées, des cafés-restaurants et des parcs: le gouvernement a donné jeudi son feu vert à la levée de nombreuses restrictions pour la phase II du déconfinement, mais avec une plus grande prudence en Ile-de-France, à Mayotte et en Guyane.

"Le déconfinement va nous permettre de vivre une vie presque normale" et "de souffler après l'épreuve" du coronavirus, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe en présentant à Matignon le plan qui entrera en vigueur le 2 juin dans la grande majorité des départements.

Parmi les mesures les plus attendues à l'approche de la période estivale, le Premier ministre a levé l'interdiction de se déplacer à plus de 100 km de son domicile, qui n'a "plus de justification".

Les cafés, bars et restaurants rouvriront dans les départements "verts" à compter du 2 juin, "tandis que seules les terrasses de ces établissements rouvriront dans les "zones oranges", à savoir l'Ile-de-France, la Guyane et Mayotte où certaines activités devront attendre le 22 juin au moins.

Les plages, les musées et les monuments seront ouverts sur l'ensemble du territoire au lendemain du week-end de la Pentecôte. Les piscines, salles de sports et gymnases vont rouvrir dès le 2 juin en zone verte, mais seulement le 22 juin dans les zones orange.

Les cinémas attendront partout le 22 juin, les exploitants de cinéma eux-mêmes ayant plaidé pour une "réouverture nationale".

Signe de la prudence du gouvernement, les rassemblements resteront toutefois "limités à 10 personnes" dans l'espace public. Les événements culturels et sportifs resteront donc suspendus", et les discothèques, salles de jeux, stades, hippodromes resteront ainsi fermés au public jusqu'au 22 juin au moins.

Edouard Philippe a salué "la rigueur et le civisme" des Français dans l'application des restrictions imposées, tout en appelant à ne "pas courir le risque de la désinvolture" avant que le gouvernement ne fasse un nouveau bilan le 22 juin. "Nous devons rester prudents et vigilants", a-t-il insisté, en appelant à plusieurs reprises les Français à la "responsabilité".

En l'état, "les résultats sont bons sur le plan sanitaire", s'est-il félicité, en dévoilant les mesures actées dans la matinée au cours d'un Conseil de défense présidé par Emmanuel Macron à l'Elysée. "La priorité reste et restera la santé des Français", a affirmé le chef de l'Etat sur Twitter.

Le nombre de malades graves en réanimation diminue jour après jour: il était de 1.501 mercredi, soit 54 de moins que la veille. Depuis début mars, le virus a tué 28.596 personnes (+66 en 24 heures), dont près de la moitié résidaient en Ehpad et autres établissements.

- Pas d'oral du bac de français -

Grâce à ces progrès, plus aucun département n'est en zone rouge, mais ceux de l'Ile-de-France, la Guyane et Mayotte sont en orange. Le déconfinement y sera donc "un peu plus prudent que dans le reste du territoire" parce que "le virus y circule un peu plus qu'ailleurs", a précisé Edouard Philippe. Est ainsi maintenue la limitation des rassemblements à dix personnes.

Le Premier ministre a toutefois annoncé "la réouverture des parcs et jardins", notamment à Paris, à partir du 2 juin comme le réclamaient avec force la mairie et de nombreux habitants.

Dans les départements classés verts, les lycées vont rouvrir tandis que sera accélérée la reprise des cours dans les écoles et collèges dans l'ensemble des zones.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé qu'il n'y aurait pas cette année d'épreuve orale de bac de français pour les lycéens de Première. "J'ai entendu les inquiétudes face à une situation exceptionnelle qui entraînait une inégale préparation" de cette épreuve; elle sera donc "validée par le contrôle continu", a-t-il précisé.

Dans les transports en commun, le port du masque restera obligatoire "tant qu'on n'a pas un traitement" contre le Covid-19, a prévenu dans la matinée la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne. Elle a par ailleurs annoncé un triplement du budget dédié au plan vélo, porté à 60 millions d'euros, pour inciter les Français à sa pratique.

- "malheureusement historique" -

L'urgence pour l'exécutif est de relancer la machine économique alors que le chômage a bondi de 22% en avril avec 843.000 demandeurs d'emploi supplémentaires, a annoncé jeudi Pôle emploi.

"C'est malheureusement historique", a déploré Edouard Philippe. En prévenant que la France allait "devoir se battre contre l'impact d'une récession historique".

Environ 84% des Français se disent inquiets de la récession qui devrait largement dépasser les -8% envisagés par le gouvernement cette année. Sur le seul deuxième trimestre, la chute du PIB pourrait atteindre "environ 20%", avait estimé mercredi l'Insee.

Fermé depuis le 31 mars, l'aéroport de Paris-Orly reprendra ses vols commerciaux de passagers le 26 juin, "en optimisant les infrastructures de l'aéroport" en fonction de la demande, a annoncé son gestionnaire, le groupe ADP.

- "Garanties" sur StopCovid -

Autre réouverture symbolique, celle de l'un des principaux grands magasins de Paris, le Printemps Haussmann, qui a de nouveau accueilli jeudi des clients, mais masqués.

Même si les polémiques continuent, le Parlement a soutenu mercredi soir l'application pour smartphones StopCovid. Cet outil de traçage, destiné à aider à lutter contre l'épidémie est jugé "liberticide" par ses détracteurs.

Edouard Philippe a "invité" tous les Français à utiliser StopCovid car le gouvernement a "pris toutes les garanties", sur le respect de la vie privée et des libertés. C'est un "outil nouveau", mais un "élément extrêmement puissant de lutte contre la propagation de l'épidémie", selon lui.

Symboliquement, les mots "déconfinement" et "covid" font leur entrée dans le dictionnaire, ont annoncé jeudi les rédacteurs du Petit Robert.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Le déconfinement s'accélère vers "une vie presque normale"

Le 28 mai 2020 à16:49

Limite des 100 km levée, réouverture des lycées, des cafés-restaurants et des parcs: le gouvernement a donné jeudi son feu vert à la levée de nombreuses restrictions pour la phase II du déconfinement, mais avec une plus grande prudence en Ile-de-France, à Mayotte et en Guyane.

"Le déconfinement va nous permettre de vivre une vie presque normale" et "de souffler après l'épreuve" du coronavirus, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe en présentant à Matignon le plan qui entrera en vigueur le 2 juin dans la grande majorité des départements.

Parmi les mesures les plus attendues à l'approche de la période estivale, le Premier ministre a levé l'interdiction de se déplacer à plus de 100 km de son domicile, qui n'a "plus de justification".

Les cafés, bars et restaurants rouvriront dans les départements "verts" à compter du 2 juin, "tandis que seules les terrasses de ces établissements rouvriront dans les "zones oranges", à savoir l'Ile-de-France, la Guyane et Mayotte où certaines activités devront attendre le 22 juin au moins.

Les plages, les musées et les monuments seront ouverts sur l'ensemble du territoire au lendemain du week-end de la Pentecôte. Les piscines, salles de sports et gymnases vont rouvrir dès le 2 juin en zone verte, mais seulement le 22 juin dans les zones orange.

Les cinémas attendront partout le 22 juin, les exploitants de cinéma eux-mêmes ayant plaidé pour une "réouverture nationale".

Signe de la prudence du gouvernement, les rassemblements resteront toutefois "limités à 10 personnes" dans l'espace public. Les événements culturels et sportifs resteront donc suspendus", et les discothèques, salles de jeux, stades, hippodromes resteront ainsi fermés au public jusqu'au 22 juin au moins.

Edouard Philippe a salué "la rigueur et le civisme" des Français dans l'application des restrictions imposées, tout en appelant à ne "pas courir le risque de la désinvolture" avant que le gouvernement ne fasse un nouveau bilan le 22 juin. "Nous devons rester prudents et vigilants", a-t-il insisté, en appelant à plusieurs reprises les Français à la "responsabilité".

En l'état, "les résultats sont bons sur le plan sanitaire", s'est-il félicité, en dévoilant les mesures actées dans la matinée au cours d'un Conseil de défense présidé par Emmanuel Macron à l'Elysée. "La priorité reste et restera la santé des Français", a affirmé le chef de l'Etat sur Twitter.

Le nombre de malades graves en réanimation diminue jour après jour: il était de 1.501 mercredi, soit 54 de moins que la veille. Depuis début mars, le virus a tué 28.596 personnes (+66 en 24 heures), dont près de la moitié résidaient en Ehpad et autres établissements.

- Pas d'oral du bac de français -

Grâce à ces progrès, plus aucun département n'est en zone rouge, mais ceux de l'Ile-de-France, la Guyane et Mayotte sont en orange. Le déconfinement y sera donc "un peu plus prudent que dans le reste du territoire" parce que "le virus y circule un peu plus qu'ailleurs", a précisé Edouard Philippe. Est ainsi maintenue la limitation des rassemblements à dix personnes.

Le Premier ministre a toutefois annoncé "la réouverture des parcs et jardins", notamment à Paris, à partir du 2 juin comme le réclamaient avec force la mairie et de nombreux habitants.

Dans les départements classés verts, les lycées vont rouvrir tandis que sera accélérée la reprise des cours dans les écoles et collèges dans l'ensemble des zones.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé qu'il n'y aurait pas cette année d'épreuve orale de bac de français pour les lycéens de Première. "J'ai entendu les inquiétudes face à une situation exceptionnelle qui entraînait une inégale préparation" de cette épreuve; elle sera donc "validée par le contrôle continu", a-t-il précisé.

Dans les transports en commun, le port du masque restera obligatoire "tant qu'on n'a pas un traitement" contre le Covid-19, a prévenu dans la matinée la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne. Elle a par ailleurs annoncé un triplement du budget dédié au plan vélo, porté à 60 millions d'euros, pour inciter les Français à sa pratique.

- "malheureusement historique" -

L'urgence pour l'exécutif est de relancer la machine économique alors que le chômage a bondi de 22% en avril avec 843.000 demandeurs d'emploi supplémentaires, a annoncé jeudi Pôle emploi.

"C'est malheureusement historique", a déploré Edouard Philippe. En prévenant que la France allait "devoir se battre contre l'impact d'une récession historique".

Environ 84% des Français se disent inquiets de la récession qui devrait largement dépasser les -8% envisagés par le gouvernement cette année. Sur le seul deuxième trimestre, la chute du PIB pourrait atteindre "environ 20%", avait estimé mercredi l'Insee.

Fermé depuis le 31 mars, l'aéroport de Paris-Orly reprendra ses vols commerciaux de passagers le 26 juin, "en optimisant les infrastructures de l'aéroport" en fonction de la demande, a annoncé son gestionnaire, le groupe ADP.

- "Garanties" sur StopCovid -

Autre réouverture symbolique, celle de l'un des principaux grands magasins de Paris, le Printemps Haussmann, qui a de nouveau accueilli jeudi des clients, mais masqués.

Même si les polémiques continuent, le Parlement a soutenu mercredi soir l'application pour smartphones StopCovid. Cet outil de traçage, destiné à aider à lutter contre l'épidémie est jugé "liberticide" par ses détracteurs.

Edouard Philippe a "invité" tous les Français à utiliser StopCovid car le gouvernement a "pris toutes les garanties", sur le respect de la vie privée et des libertés. C'est un "outil nouveau", mais un "élément extrêmement puissant de lutte contre la propagation de l'épidémie", selon lui.

Symboliquement, les mots "déconfinement" et "covid" font leur entrée dans le dictionnaire, ont annoncé jeudi les rédacteurs du Petit Robert.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.