Six millions de personnes contaminées par le coronavirus, le pape inquiet pour les peuples d'Amazonie

(AFP)

Plus de six millions de personnes ont été contaminées par le nouveau coronavirus à travers le monde, avec une forte expansion au Brésil qui a incité le pape François à exprimer son inquiétude pour les peuples indigènes d'Amazonie.

L'Amérique latine est devenue le principal terrain de progression de la maladie, et le Brésil le quatrième pays en termes de décès liés au Covid-19. Selon le ministère de la Santé, 28.834 personnes sont mortes de la maladie apparue en Chine en décembre, un bilan qui le place derrière les Etats-Unis (103.781 morts), le Royaume-Uni (38.376) et l'Italie (33.340) et devant la France (28.771) et l'Espagne (27.125).

Et 465.166 personnes y ont été infectées.

"Il y a tellement de personnes contaminées et décédées, également parmi les peuples indigènes, particulièrement vulnérables", a déploré le pape François, à l'issue de sa prière dominicale célébrée pour la première fois depuis près de trois mois devant des fidèles réunis place Saint-Pierre à Rome.

Depuis le début du confinement en Italie, le 10 mars, le Vatican a appliqué les mêmes règles de distanciation que celles valables dans la péninsule, et le pape avait arrêté, entre autres, ses prières du dimanche depuis la fenêtre du palais apostolique, remplacées par une retransmission vidéo.

- "Jeunes et sportifs" -

Face à la propagation de la maladie, l'appel du président brésilien Jair Bolsonaro à une reprise des championnats de football a été mal accueilli, le directeur sportif du Sao Paulo FC et ancienne idole du Paris SG Raï l'appelant à démissionner.

"Comme les footballeurs sont jeunes et sportifs, le risque de mort s'ils attrapent le virus est infiniment réduit", a déclaré M. Bolsonaro, fidèle à son discours minimisant la pandémie, au nom de la préservation de l'économie.

Chez le voisin péruvien, deuxième pays d'Amérique latine le plus touché, plus de 155.000 cas ont été confirmés et 4.371 morts.

L'Iran a aussi franchi le seuil des 150.000 contaminations dimanche, et fait face à une accélération de la propagation du virus.

Pays du Moyen-Orient le plus frappé par la pandémie, il avait commencé à alléger en avril les restrictions imposées à sa population. Mais le ministère de la Santé a mis en garde contre une possible résurgence du virus après l'apparition de nouveaux foyers d'infection dans plusieurs provinces

Alors que le virus a fait près de 370.000 morts dans le monde, la décision du président américain Donald Trump de couper définitivement les vivres à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qu'il accuse de complaisance envers la Chine, a provoqué la stupeur.

L'Union européenne lui a demandé samedi de reconsidérer sa décision, appelant à "la coopération et la solidarité mondiales" dans la bataille face au coronavirus.

En Europe, l'amélioration de la situation sanitaire a conduit à la levée progressive des restrictions imposées aux populations pour enrayer la propagation de la maladie.

Nouvelle étape de son déconfinement, l'Italie a rouvert au public samedi la Tour de Pise, un des plus célèbres symboles de son attrait touristique.

En France, la population a pu renouer avec ses parcs et ses jardins après plus deux mois de fermeture.

- "Prématuré" -

En Espagne, les clubs du championnat de football pourront lundi se remettre à l'entraînement collectif "total", dernière étape avant le redémarrage de la compétition le 11 juin.

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a cependant annoncé dimanche une "dernière prolongation" de l'état d'alerte, qui permet de limiter la circulation des personnes durant le déconfinement progressif du pays, jusqu'au 21 juin.

Mais ce processus ne va pas sans critique. Au Royaume-Uni, la décision du gouvernement de passer lundi à la phase suivante du déconfinement a été dénoncée par de nombreux experts et membres de l'opposition, qui la jugent "prématurée".

"Je pense que c'est risqué (...) car nous avons toujours un grand nombre de cas dans le pays", a déclaré John Edmunds, membre du comité scientifique conseillant le gouvernement.

A Jérusalem, l'Esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam, a rouvert ses portes tôt dimanche matin après plus de deux mois de fermeture due à la pandémie.

Dès l'aube, les premiers fidèles, le visage couvert de masques sanitaires, ont pu pénétrer dans l'enceinte de l'Esplanade située dans la vieille ville de Jérusalem, avant la première prière de la journée.

L'Inde a aussi annoncé samedi un assouplissement du confinement malgré un nouveau record quotidien de contaminations. Le géant asiatique est soucieux de redémarrer son économie quasi à l'arrêt depuis fin mars, ce qui a plongé des centaines de millions de personnes au chômage tandis que le PIB du pays a connu au 1er trimestre sa croissance la plus faible depuis 20 ans.

A compter du 8 juin, édifices religieux, hôtels, restaurants et centres commerciaux pourront rouvrir, à l'exception toutefois des régions où le nombre d'infections est encore élevé.

Les dégâts économiques provoqués par la pandémie ont poussé le Chili et le Pérou à demander des lignes de crédit au Fonds monétaire international (FMI) pour un total de presque 35 milliards de dollars.

Le produit intérieur brut (PIB) de l'Italie a chuté de 5,3% au premier trimestre par rapport au précédent, de même que celui de la France, qui entre en récession.

- Plan de relance en Thaïlande -

En Thaïlande, des millions de personnes qui vivaient de petits boulots avant la crise sanitaire se retrouvent sans revenus.

"Sans les dons de nourriture, je vais devoir me battre encore plus pour que ma famille survive", déplore Thanapat Noidee, qui avant la crise était moto-taxi et sa femme livreuse à Bangkok, quasi-fermée depuis deux mois.

Le parlement thaïlandais a réagi en approuvant dimanche un plan de relance de près de 60 milliards de dollars, la plus grosse injection de fonds jamais réalisée par le royaume, dont près d'un tiers à destination des agriculteurs et des travailleurs du secteur informel.

burs-oaa/cls

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Six millions de personnes contaminées par le coronavirus, le pape inquiet pour les peuples d'Amazonie

Le 31 mai 2020 à15:57

Plus de six millions de personnes ont été contaminées par le nouveau coronavirus à travers le monde, avec une forte expansion au Brésil qui a incité le pape François à exprimer son inquiétude pour les peuples indigènes d'Amazonie.

L'Amérique latine est devenue le principal terrain de progression de la maladie, et le Brésil le quatrième pays en termes de décès liés au Covid-19. Selon le ministère de la Santé, 28.834 personnes sont mortes de la maladie apparue en Chine en décembre, un bilan qui le place derrière les Etats-Unis (103.781 morts), le Royaume-Uni (38.376) et l'Italie (33.340) et devant la France (28.771) et l'Espagne (27.125).

Et 465.166 personnes y ont été infectées.

"Il y a tellement de personnes contaminées et décédées, également parmi les peuples indigènes, particulièrement vulnérables", a déploré le pape François, à l'issue de sa prière dominicale célébrée pour la première fois depuis près de trois mois devant des fidèles réunis place Saint-Pierre à Rome.

Depuis le début du confinement en Italie, le 10 mars, le Vatican a appliqué les mêmes règles de distanciation que celles valables dans la péninsule, et le pape avait arrêté, entre autres, ses prières du dimanche depuis la fenêtre du palais apostolique, remplacées par une retransmission vidéo.

- "Jeunes et sportifs" -

Face à la propagation de la maladie, l'appel du président brésilien Jair Bolsonaro à une reprise des championnats de football a été mal accueilli, le directeur sportif du Sao Paulo FC et ancienne idole du Paris SG Raï l'appelant à démissionner.

"Comme les footballeurs sont jeunes et sportifs, le risque de mort s'ils attrapent le virus est infiniment réduit", a déclaré M. Bolsonaro, fidèle à son discours minimisant la pandémie, au nom de la préservation de l'économie.

Chez le voisin péruvien, deuxième pays d'Amérique latine le plus touché, plus de 155.000 cas ont été confirmés et 4.371 morts.

L'Iran a aussi franchi le seuil des 150.000 contaminations dimanche, et fait face à une accélération de la propagation du virus.

Pays du Moyen-Orient le plus frappé par la pandémie, il avait commencé à alléger en avril les restrictions imposées à sa population. Mais le ministère de la Santé a mis en garde contre une possible résurgence du virus après l'apparition de nouveaux foyers d'infection dans plusieurs provinces

Alors que le virus a fait près de 370.000 morts dans le monde, la décision du président américain Donald Trump de couper définitivement les vivres à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qu'il accuse de complaisance envers la Chine, a provoqué la stupeur.

L'Union européenne lui a demandé samedi de reconsidérer sa décision, appelant à "la coopération et la solidarité mondiales" dans la bataille face au coronavirus.

En Europe, l'amélioration de la situation sanitaire a conduit à la levée progressive des restrictions imposées aux populations pour enrayer la propagation de la maladie.

Nouvelle étape de son déconfinement, l'Italie a rouvert au public samedi la Tour de Pise, un des plus célèbres symboles de son attrait touristique.

En France, la population a pu renouer avec ses parcs et ses jardins après plus deux mois de fermeture.

- "Prématuré" -

En Espagne, les clubs du championnat de football pourront lundi se remettre à l'entraînement collectif "total", dernière étape avant le redémarrage de la compétition le 11 juin.

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a cependant annoncé dimanche une "dernière prolongation" de l'état d'alerte, qui permet de limiter la circulation des personnes durant le déconfinement progressif du pays, jusqu'au 21 juin.

Mais ce processus ne va pas sans critique. Au Royaume-Uni, la décision du gouvernement de passer lundi à la phase suivante du déconfinement a été dénoncée par de nombreux experts et membres de l'opposition, qui la jugent "prématurée".

"Je pense que c'est risqué (...) car nous avons toujours un grand nombre de cas dans le pays", a déclaré John Edmunds, membre du comité scientifique conseillant le gouvernement.

A Jérusalem, l'Esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam, a rouvert ses portes tôt dimanche matin après plus de deux mois de fermeture due à la pandémie.

Dès l'aube, les premiers fidèles, le visage couvert de masques sanitaires, ont pu pénétrer dans l'enceinte de l'Esplanade située dans la vieille ville de Jérusalem, avant la première prière de la journée.

L'Inde a aussi annoncé samedi un assouplissement du confinement malgré un nouveau record quotidien de contaminations. Le géant asiatique est soucieux de redémarrer son économie quasi à l'arrêt depuis fin mars, ce qui a plongé des centaines de millions de personnes au chômage tandis que le PIB du pays a connu au 1er trimestre sa croissance la plus faible depuis 20 ans.

A compter du 8 juin, édifices religieux, hôtels, restaurants et centres commerciaux pourront rouvrir, à l'exception toutefois des régions où le nombre d'infections est encore élevé.

Les dégâts économiques provoqués par la pandémie ont poussé le Chili et le Pérou à demander des lignes de crédit au Fonds monétaire international (FMI) pour un total de presque 35 milliards de dollars.

Le produit intérieur brut (PIB) de l'Italie a chuté de 5,3% au premier trimestre par rapport au précédent, de même que celui de la France, qui entre en récession.

- Plan de relance en Thaïlande -

En Thaïlande, des millions de personnes qui vivaient de petits boulots avant la crise sanitaire se retrouvent sans revenus.

"Sans les dons de nourriture, je vais devoir me battre encore plus pour que ma famille survive", déplore Thanapat Noidee, qui avant la crise était moto-taxi et sa femme livreuse à Bangkok, quasi-fermée depuis deux mois.

Le parlement thaïlandais a réagi en approuvant dimanche un plan de relance de près de 60 milliards de dollars, la plus grosse injection de fonds jamais réalisée par le royaume, dont près d'un tiers à destination des agriculteurs et des travailleurs du secteur informel.

burs-oaa/cls

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.