La Bourse de Paris se hisse de nouveau au dessus des 5.000 points (+1,61%)

(AFP)

La Bourse de Paris accentuait ses gains jeudi à la mi-journée (+1,61%), et repassait au-dessus des 5.000 points, avant des chiffres sur l'emploi aux États-Unis en juin qui devraient conforter la perspective d'une reprise économique.

A 12H58 (10H58 GMT), l'indice CAC 40 prenait 79,20 points à 5.006,20 points. La veille, il avait fini en légère baisse de 0,18%.

La cote parisienne s'est inscrite dans le vert dès l'ouverture et a accéléré le pas au cours de la matinée.

Wall Street se préparait à ouvrir dans le vert aussi. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avançait de 0,96%, celui sur l'indice élargi S&P 500 de 0,66% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,39%.

"Les investisseurs sont toujours tiraillés par deux forces contraires: celle de la reprise économique forte et celle qui voit la crise sanitaire reprendre de la vigueur", a souligné Franklin Pichard, directeur général de Kiplink.

Mais aujourd'hui "de bons indicateurs économiques et l'espoir d’un vaccin contre le Covid-19 après l’annonce par Pfizer et la biotech allemande BioNTech de premiers résultats positifs d’un candidat vaccin contre le Covid-19, constituent un socle susceptible de raviver le moral des investisseurs", a-t-il ajouté.

Le principal rendez-vous du jour, à savoir le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis pour juin, devrait alimenter ce courant optimiste avec un "gain important" attendu, comme le souligne Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Ces chiffres, toujours très attendus par les marchés, sont publiés exceptionnellement jeudi et non vendredi comme d'habitude, la Bourse de New York étant fermée à la veille de la fête nationale américaine du 4 juillet.

En mai, le taux de chômage des Etats-Unis avait déjoué tous les pronostics, diminuant à 13,3% et l'économie, pourtant mise à genoux par la pandémie de coronavirus, avait créé 2,5 millions d'emplois.

En zone euro, le chômage a en revanche très légèrement augmenté en mai, selon une estimation publiée jeudi par Eurostat.

L'agenda des indicateurs compte également la balance commerciale américaine.

La situation sanitaire reste suivie de près, avec une pandémie qui s'aggrave toujours dans le monde, notamment aux Etats-Unis où un niveau record de nouveaux cas a été atteint mercredi avec plus de 50.000 nouvelles contaminations en 24 heures.

Les investisseurs suivront également un nouvel épisode du feuilleton juridico-financier entre la BCE et la Cour constitutionnelle allemande. Les députés allemands, dans le sillage du gouvernement, comptent apporter jeudi leur soutien aux programmes d'aide de l'institution pour clore un conflit avec la justice menaçant l'avenir des plans d'aide à la zone euro.

- automobile et banque recherchées -

La bonne orientation du marché aidait des valeurs ou des secteurs largement affaiblis par la crise à remonter, à l'instar d'Elis (+5,27% à 6,24 euros), Accor (+4,65% à 24,74 euros) ou Unibail-Rodamco-Westfield (+4,42% à 52,44 euros) et ArcelorMittal (+5,41% à 9,83euros)

L'automobile en profitait aussi. Renault gagnait 4,05% à 22,37 euros et Peugeot 3,09% à 14,54 euros.

Les banques étaient également recherchées. BNP Paribas engrangeait 4,93% à 36,43 euros, Société Générale 5,21% à 15,46 euros et Crédit Agricole 3,44% à 8,67 euros.

Eutelsat (+3,70% à 8,36 euros) et SES (+3,31% à 6,24 euros) bénéficiaient pour leur part des déclarations du commissaire européen Thierry Breton qui estime que l'Union européenne doit disposer de sa propre constellation de satellites pour fournir de l'internet à haut débit et renforcer ainsi son autonomie stratégique et veut "proposer rapidement" ce projet.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

La Bourse de Paris se hisse de nouveau au dessus des 5.000 points (+1,61%)

Le 02 juillet 2020 à12:24

La Bourse de Paris accentuait ses gains jeudi à la mi-journée (+1,61%), et repassait au-dessus des 5.000 points, avant des chiffres sur l'emploi aux États-Unis en juin qui devraient conforter la perspective d'une reprise économique.

A 12H58 (10H58 GMT), l'indice CAC 40 prenait 79,20 points à 5.006,20 points. La veille, il avait fini en légère baisse de 0,18%.

La cote parisienne s'est inscrite dans le vert dès l'ouverture et a accéléré le pas au cours de la matinée.

Wall Street se préparait à ouvrir dans le vert aussi. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avançait de 0,96%, celui sur l'indice élargi S&P 500 de 0,66% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,39%.

"Les investisseurs sont toujours tiraillés par deux forces contraires: celle de la reprise économique forte et celle qui voit la crise sanitaire reprendre de la vigueur", a souligné Franklin Pichard, directeur général de Kiplink.

Mais aujourd'hui "de bons indicateurs économiques et l'espoir d’un vaccin contre le Covid-19 après l’annonce par Pfizer et la biotech allemande BioNTech de premiers résultats positifs d’un candidat vaccin contre le Covid-19, constituent un socle susceptible de raviver le moral des investisseurs", a-t-il ajouté.

Le principal rendez-vous du jour, à savoir le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis pour juin, devrait alimenter ce courant optimiste avec un "gain important" attendu, comme le souligne Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Ces chiffres, toujours très attendus par les marchés, sont publiés exceptionnellement jeudi et non vendredi comme d'habitude, la Bourse de New York étant fermée à la veille de la fête nationale américaine du 4 juillet.

En mai, le taux de chômage des Etats-Unis avait déjoué tous les pronostics, diminuant à 13,3% et l'économie, pourtant mise à genoux par la pandémie de coronavirus, avait créé 2,5 millions d'emplois.

En zone euro, le chômage a en revanche très légèrement augmenté en mai, selon une estimation publiée jeudi par Eurostat.

L'agenda des indicateurs compte également la balance commerciale américaine.

La situation sanitaire reste suivie de près, avec une pandémie qui s'aggrave toujours dans le monde, notamment aux Etats-Unis où un niveau record de nouveaux cas a été atteint mercredi avec plus de 50.000 nouvelles contaminations en 24 heures.

Les investisseurs suivront également un nouvel épisode du feuilleton juridico-financier entre la BCE et la Cour constitutionnelle allemande. Les députés allemands, dans le sillage du gouvernement, comptent apporter jeudi leur soutien aux programmes d'aide de l'institution pour clore un conflit avec la justice menaçant l'avenir des plans d'aide à la zone euro.

- automobile et banque recherchées -

La bonne orientation du marché aidait des valeurs ou des secteurs largement affaiblis par la crise à remonter, à l'instar d'Elis (+5,27% à 6,24 euros), Accor (+4,65% à 24,74 euros) ou Unibail-Rodamco-Westfield (+4,42% à 52,44 euros) et ArcelorMittal (+5,41% à 9,83euros)

L'automobile en profitait aussi. Renault gagnait 4,05% à 22,37 euros et Peugeot 3,09% à 14,54 euros.

Les banques étaient également recherchées. BNP Paribas engrangeait 4,93% à 36,43 euros, Société Générale 5,21% à 15,46 euros et Crédit Agricole 3,44% à 8,67 euros.

Eutelsat (+3,70% à 8,36 euros) et SES (+3,31% à 6,24 euros) bénéficiaient pour leur part des déclarations du commissaire européen Thierry Breton qui estime que l'Union européenne doit disposer de sa propre constellation de satellites pour fournir de l'internet à haut débit et renforcer ainsi son autonomie stratégique et veut "proposer rapidement" ce projet.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.