En Pologne, un vote présidentiel sur le fil du rasoir

(AFP)

La Pologne vote dimanche dans une élection présidentielle sur le fil du rasoir, entre un président populiste sortant et un libéral europhile qui veut rétablir les liens avec Bruxelles.

Le résultat de ce second tour de la présidentielle sera décisif pour l'avenir du gouvernement du parti conservateur et nationaliste Droit et Justice (PiS), que ses détracteurs accusent de faire reculer les libertés démocratiques acquises il y a trois décennies à la chute du communisme.

Soutenu par le PiS, le président Andrzej Duda fait face au maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski, du principal parti d'opposition centriste Plateforme civique (PO), et les derniers sondages font état de chances égales pour les deux candidats.

"La bataille pour la Pologne", titre à la une le tabloïd Super Express, tandis que le quotidien libéral Gazeta Wyborcza parle d'un choix entre "espoir et catastrophe" qui se répercutera sur des générations futures.

Le vote devait avoir lieu en mai - à l'époque M. Duda était en tête des intentions de vote - mais il a dû être reporté en raison de la pandémie de coronavirus.

Le soutien à M. Duda a considérablement diminué depuis, y compris en raison des retombées de l'épidémie, qui ont plongé la Pologne dans sa première récession depuis la chute du régime communiste.

Selon les experts, le résultat dimanche pourrait être si serré que des contestations judiciaires et des protestations risquent de s'ensuivre.

Les bureaux de vote ouvrent à 05h00 GMT et ferment à 19h00 GMT. Un sondage de sortie est prévu aussitôt après, les premiers résultats officiels venant seulement lundi matin.

Au premier tour, le 28 juin, M. Duda est arrivé premier avec 43,5% des voix et M. Trzaskowski deuxième avec 30,4%.

Eurasia Group, un cabinet de conseil en risques politiques, souligne que M. Trzaskowski a dû mobiliser des parties très disparates de l'électorat contre M. Duda et estime que la victoire reviendra donc probablement au candidat sortant, avec une marge étroite.

"Trzaskowski s'est avéré un candidat compétent et éloquent, mais quinze jours constituent un laps de temps court pour réduire la distance", selon l'avis d'Eurasia Group, qui met en relief un "manque de soutien clair" de la part des candidats d'opposition malheureux au premier tour.

- "Deux visions de la Pologne" -

M. Duda a promis de défendre les aides sociales populaires lancées par le PiS et a mené une campagne polarisante, attaquant notamment les droits des personnes LGBT et rejetant l'idée d'indemnisations pour les biens juifs volés par les nazis et sous le régime communiste.

"Ces élections sont une confrontation de deux visions de la Pologne, entre le blanc-et-rouge et l'arc-en-ciel", a déclaré le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro, cité vendredi par l'agence de presse PAP, en référence au drapeau national polonais et au symbole utilisé par la communauté LGBT.

Le gouvernement et ses médias publics, pleinement engagés dans la campagne en faveur de M. Duda, ont attaqué les titres contrôlés par des capitaux allemands, les accusant de "parti pris" après qu'un tabloïd du groupe Ringier Axel Springer eut critiqué M. Duda pour avoir gracié un pédophile.

M. Trzaskowski, lui, est favorable aux partenariats civils y compris entre personnes du même sexe. Sa décision de signer une déclaration de soutien aux LGBT a incité l'an dernier nombre de régions de l'est rural et le plus conservateur du pays à se proclamer "zones libres de LGBT".

En cas de victoire, M. Trzaskowski promet de faire marche arrière concernant les réformes controversées du système judiciaire qui ont mis la Pologne sur une trajectoire de collision avec le reste de l'Union européenne.

"Ces élections détermineront le sort de la Pologne pour l'avenir prévisible", a déclaré Adam Strzembosz, ancien président de la Cour suprême et professeur de droit respecté.

"Sera-t-il dominé et complètement soumis à un parti politique, avec toutes les conséquences d'un pouvoir de nature dictatoriale, ou bien arrivera-t-on à arrêter ce processus?", s'est-il interrogé.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

En Pologne, un vote présidentiel sur le fil du rasoir

Le 12 juillet 2020 à04:27

La Pologne vote dimanche dans une élection présidentielle sur le fil du rasoir, entre un président populiste sortant et un libéral europhile qui veut rétablir les liens avec Bruxelles.

Le résultat de ce second tour de la présidentielle sera décisif pour l'avenir du gouvernement du parti conservateur et nationaliste Droit et Justice (PiS), que ses détracteurs accusent de faire reculer les libertés démocratiques acquises il y a trois décennies à la chute du communisme.

Soutenu par le PiS, le président Andrzej Duda fait face au maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski, du principal parti d'opposition centriste Plateforme civique (PO), et les derniers sondages font état de chances égales pour les deux candidats.

"La bataille pour la Pologne", titre à la une le tabloïd Super Express, tandis que le quotidien libéral Gazeta Wyborcza parle d'un choix entre "espoir et catastrophe" qui se répercutera sur des générations futures.

Le vote devait avoir lieu en mai - à l'époque M. Duda était en tête des intentions de vote - mais il a dû être reporté en raison de la pandémie de coronavirus.

Le soutien à M. Duda a considérablement diminué depuis, y compris en raison des retombées de l'épidémie, qui ont plongé la Pologne dans sa première récession depuis la chute du régime communiste.

Selon les experts, le résultat dimanche pourrait être si serré que des contestations judiciaires et des protestations risquent de s'ensuivre.

Les bureaux de vote ouvrent à 05h00 GMT et ferment à 19h00 GMT. Un sondage de sortie est prévu aussitôt après, les premiers résultats officiels venant seulement lundi matin.

Au premier tour, le 28 juin, M. Duda est arrivé premier avec 43,5% des voix et M. Trzaskowski deuxième avec 30,4%.

Eurasia Group, un cabinet de conseil en risques politiques, souligne que M. Trzaskowski a dû mobiliser des parties très disparates de l'électorat contre M. Duda et estime que la victoire reviendra donc probablement au candidat sortant, avec une marge étroite.

"Trzaskowski s'est avéré un candidat compétent et éloquent, mais quinze jours constituent un laps de temps court pour réduire la distance", selon l'avis d'Eurasia Group, qui met en relief un "manque de soutien clair" de la part des candidats d'opposition malheureux au premier tour.

- "Deux visions de la Pologne" -

M. Duda a promis de défendre les aides sociales populaires lancées par le PiS et a mené une campagne polarisante, attaquant notamment les droits des personnes LGBT et rejetant l'idée d'indemnisations pour les biens juifs volés par les nazis et sous le régime communiste.

"Ces élections sont une confrontation de deux visions de la Pologne, entre le blanc-et-rouge et l'arc-en-ciel", a déclaré le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro, cité vendredi par l'agence de presse PAP, en référence au drapeau national polonais et au symbole utilisé par la communauté LGBT.

Le gouvernement et ses médias publics, pleinement engagés dans la campagne en faveur de M. Duda, ont attaqué les titres contrôlés par des capitaux allemands, les accusant de "parti pris" après qu'un tabloïd du groupe Ringier Axel Springer eut critiqué M. Duda pour avoir gracié un pédophile.

M. Trzaskowski, lui, est favorable aux partenariats civils y compris entre personnes du même sexe. Sa décision de signer une déclaration de soutien aux LGBT a incité l'an dernier nombre de régions de l'est rural et le plus conservateur du pays à se proclamer "zones libres de LGBT".

En cas de victoire, M. Trzaskowski promet de faire marche arrière concernant les réformes controversées du système judiciaire qui ont mis la Pologne sur une trajectoire de collision avec le reste de l'Union européenne.

"Ces élections détermineront le sort de la Pologne pour l'avenir prévisible", a déclaré Adam Strzembosz, ancien président de la Cour suprême et professeur de droit respecté.

"Sera-t-il dominé et complètement soumis à un parti politique, avec toutes les conséquences d'un pouvoir de nature dictatoriale, ou bien arrivera-t-on à arrêter ce processus?", s'est-il interrogé.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.