La Bourse de Paris revient nettement au-dessus des 4.800 points (+1,02%)

(AFP)

La Bourse de Paris progressait nettement à la mi-journée lundi (+1,02%), bénéficiant des bons indicateurs de l'activité manufacturière en Chine et en Europe.

A 13h00, l'indice CAC 40 gagnait 48,58 points à 4832,64 points. Vendredi, il avait fini en baisse de 1,43%, soit une perte de 3,49% sur la semaine.

Wall Street s’apprêtait à ouvrir dans le vert : le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 0,07%, celui sur l'indice élargi S&P 500 0,24% tandis que le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,70%.

La cote parisienne a connu un début de séance indécis après une ouverture en hausse, mais a solidement progressé en fin de matinée.

"La hausse de l'indice Caixin PMI de la Chine, plus fort que prévu, a contribué à stabiliser le marché aujourd'hui", après deux séances marquées par des baisses significatives, estime Stephen Innes, stratégiste à AxiCorp.

En Europe également, ces données ont été positives et au-dessus des attentes: l'activité manufacturière en France a poursuivi en juillet sa trajectoire de croissance entamée en juin, même si la demande a "stagné" en raison de clients "frileux", selon le cabinet IHS Markit.

Pour les prochains jours, "l'actualité sera marquée par la poursuite des négociations entre démocrates et républicains sur le prochain plan d'aide", au Congrès américain, juge Tangi Le Liboux, analyste pour le courtier Aurel BGC.

Le plan de relance de 1.000 milliards de dollars doit notamment permettre de prolonger l'aide supplémentaire de 600 dollars par semaine versée aux chômeurs américains, qui a pris fin vendredi.

"Les divergences de points de vue entre les deux camps restent significatives mais les marchés, habitués aux blocages politiques ces dernières années, font le pari qu'un accord émergera dans les prochains jours parce qu'aucun des deux camps ne peut se permettre de faire échouer les négociations", analyse M. Le Liboux.

La crise sanitaire reste particulièrement vive aux Etats-Unis, pays le plus touché par la pandémie, dépassant encore régulièrement les 60.000 nouveaux cas quotidiens la semaine passée.

Au niveau mondial, le rythme de la pandémie, qui a fait plus de 685.000 morts, continue de s'accélérer, avec un million de cas supplémentaires détectés en moins de 4 jours.

Société Générale encore à la peine

Sur le plan des valeurs, le géant français des médias Vivendi était de nouveau en hausse de 3,44% à 23,17 euros, dans la lignée de sa performance vendredi, lendemain de la publication de ses résultats.

Engie profitait largement du relèvement de la recommandation à "acheter" par HSBC, et montait de 3,06% à 11,65 euros.

Le groupe de gaz industriels et médicaux Air Liquide gagnait 1,72% à 142 euros après l'annonce de la finalisation de la cession de sa filiale allemande Schülke & Mayr, l'un des leader mondiaux de la prévention des infections et de l'hygiène, pour près d'un milliard d'euros.

A l'inverse, Société Générale perdait 2,90% à 12,61 euros après la publication de ses résultats faisant état d'une perte nette de plus d'un milliard d'euros au deuxième trimestre. Depuis le 21 juillet, la banque a perdu plus de 20% de sa valeur en bourse.

Les publications des résultats de CNP Assurances (-2,11% à 9,98 euros) et d'ALD, spécialisée dans la gestion de flotte et la location longue durée de véhicules, (-3,18% à 8,21 euros) n'ont pas été jugées suffisantes par les investisseurs.

Les valeurs foncières souffraient également, Unibail-Rodamco-Westfield restant à la traîne sur le CAC (-5,75% à 41,96 euros), tandis que Klepierre perdait 5,76% à 13,76 euros sur le SBF 120.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

La Bourse de Paris revient nettement au-dessus des 4.800 points (+1,02%)

Le 03 août 2020 à12:23

La Bourse de Paris progressait nettement à la mi-journée lundi (+1,02%), bénéficiant des bons indicateurs de l'activité manufacturière en Chine et en Europe.

A 13h00, l'indice CAC 40 gagnait 48,58 points à 4832,64 points. Vendredi, il avait fini en baisse de 1,43%, soit une perte de 3,49% sur la semaine.

Wall Street s’apprêtait à ouvrir dans le vert : le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 0,07%, celui sur l'indice élargi S&P 500 0,24% tandis que le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,70%.

La cote parisienne a connu un début de séance indécis après une ouverture en hausse, mais a solidement progressé en fin de matinée.

"La hausse de l'indice Caixin PMI de la Chine, plus fort que prévu, a contribué à stabiliser le marché aujourd'hui", après deux séances marquées par des baisses significatives, estime Stephen Innes, stratégiste à AxiCorp.

En Europe également, ces données ont été positives et au-dessus des attentes: l'activité manufacturière en France a poursuivi en juillet sa trajectoire de croissance entamée en juin, même si la demande a "stagné" en raison de clients "frileux", selon le cabinet IHS Markit.

Pour les prochains jours, "l'actualité sera marquée par la poursuite des négociations entre démocrates et républicains sur le prochain plan d'aide", au Congrès américain, juge Tangi Le Liboux, analyste pour le courtier Aurel BGC.

Le plan de relance de 1.000 milliards de dollars doit notamment permettre de prolonger l'aide supplémentaire de 600 dollars par semaine versée aux chômeurs américains, qui a pris fin vendredi.

"Les divergences de points de vue entre les deux camps restent significatives mais les marchés, habitués aux blocages politiques ces dernières années, font le pari qu'un accord émergera dans les prochains jours parce qu'aucun des deux camps ne peut se permettre de faire échouer les négociations", analyse M. Le Liboux.

La crise sanitaire reste particulièrement vive aux Etats-Unis, pays le plus touché par la pandémie, dépassant encore régulièrement les 60.000 nouveaux cas quotidiens la semaine passée.

Au niveau mondial, le rythme de la pandémie, qui a fait plus de 685.000 morts, continue de s'accélérer, avec un million de cas supplémentaires détectés en moins de 4 jours.

Société Générale encore à la peine

Sur le plan des valeurs, le géant français des médias Vivendi était de nouveau en hausse de 3,44% à 23,17 euros, dans la lignée de sa performance vendredi, lendemain de la publication de ses résultats.

Engie profitait largement du relèvement de la recommandation à "acheter" par HSBC, et montait de 3,06% à 11,65 euros.

Le groupe de gaz industriels et médicaux Air Liquide gagnait 1,72% à 142 euros après l'annonce de la finalisation de la cession de sa filiale allemande Schülke & Mayr, l'un des leader mondiaux de la prévention des infections et de l'hygiène, pour près d'un milliard d'euros.

A l'inverse, Société Générale perdait 2,90% à 12,61 euros après la publication de ses résultats faisant état d'une perte nette de plus d'un milliard d'euros au deuxième trimestre. Depuis le 21 juillet, la banque a perdu plus de 20% de sa valeur en bourse.

Les publications des résultats de CNP Assurances (-2,11% à 9,98 euros) et d'ALD, spécialisée dans la gestion de flotte et la location longue durée de véhicules, (-3,18% à 8,21 euros) n'ont pas été jugées suffisantes par les investisseurs.

Les valeurs foncières souffraient également, Unibail-Rodamco-Westfield restant à la traîne sur le CAC (-5,75% à 41,96 euros), tandis que Klepierre perdait 5,76% à 13,76 euros sur le SBF 120.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.