La Bourse de Paris clôture au-dessus des 4.800 points, aidée par des indicateurs économiques

(AFP)

La Bourse de Paris a terminé en nette hausse lundi, de 1,93% à 4.875,93 points, portée par des indicateurs économiques favorables en Chine, en Europe ainsi qu'aux États-Unis, qui offrent l'espoir d'une reprise de l'économie mondiale, toujours empêtrée dans la pandémie de Covid-19.

L'indice CAC 40 a avancé de 92,24 points pour cette première séance de la semaine. Il avait glissé de 3,49% sur l'ensemble de la semaine dernière, descendant sous les 4.800 points vendredi, une première en deux mois.

Après un début de séance un peu poussif, l'indice parisien a progressivement avancé sous l'effet de chiffres favorables concernant l'activité manufacturière en Chine en juillet, au plus haut depuis neuf ans, et de la croissance du même indice en France ainsi que dans d'autres pays européens.

Concernant le Vieux Continent, "ce ne sont pas des chiffres forcément engageants pour les six prochains mois, mais par rapport au trou d'air énorme que l'économie européenne a connu, cela reste des indicateurs intéressants pour la reprise", a réagi auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyse pour IG France.

Le spécialiste cite également la baisse de l'euro lundi comme autre catalyseur à la hausse du marché parisien.

Porté par des indicateurs bien orientés à la mi-journée, l'indice CAC 40 a connu une deuxième accélération dans l'après-midi et un bond au-dessus des 2% après la publication aux États-Unis de l'indice ISM sur l'industrie manufacturière, montrant une poursuite du redressement en juillet.

L'ouverture en hausse quelques minutes auparavant de Wall Street, portée principalement par la progression des mastodontes technologiques, a également soutenu la tendance en France.

La politique outre-Atlantique était également scrutée par les investisseurs français alors que les négociations entre démocrates et républicains au Congrès se poursuivent sur un plan de relance de 1.000 milliards de dollars.

Ce plan doit notamment permettre de prolonger l'aide supplémentaire de 600 dollars par semaine versée aux chômeurs américains, qui a pris fin vendredi.

Egalement scrutée par les investisseurs, sans qu'elle n'engendre de remous majeurs pour l'instant, la poursuite de la guerre froide économique entre Pékin et Washington, focalisée cette fois sur l'application Tiktok.

Les États-Unis accusent depuis plusieurs mois la plate-forme de pouvoir être utilisée par la Chine à des fins de surveillance et menacent de l'interndire sur le sol américain.

Sur le plan des valeurs, le géant français des médias Vivendi a affiché la plus forte performance du CAC 40 (+6,43% à 23,84 euros), dans la droite ligne de sa performance de vendredi consécutive à la publication de ses résultats.

Le groupe de gaz industriels et médicaux Air Liquide a gagné 2,15% à 142,60 euros après l'annonce de la finalisation de la cession de sa filiale allemande Schülke & Mayr pour près d'un milliard d'euros.

A l'inverse, Société Générale a perdu 0,65% à 12,90 euros après la publication de ses résultats faisant état d'une perte nette de plus d'un milliard d'euros au deuxième trimestre. Depuis le 21 juillet, la banque a perdu plus de 20% de sa valeur en bourse.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

La Bourse de Paris clôture au-dessus des 4.800 points, aidée par des indicateurs économiques

Le 03 août 2020 à17:27

La Bourse de Paris a terminé en nette hausse lundi, de 1,93% à 4.875,93 points, portée par des indicateurs économiques favorables en Chine, en Europe ainsi qu'aux États-Unis, qui offrent l'espoir d'une reprise de l'économie mondiale, toujours empêtrée dans la pandémie de Covid-19.

L'indice CAC 40 a avancé de 92,24 points pour cette première séance de la semaine. Il avait glissé de 3,49% sur l'ensemble de la semaine dernière, descendant sous les 4.800 points vendredi, une première en deux mois.

Après un début de séance un peu poussif, l'indice parisien a progressivement avancé sous l'effet de chiffres favorables concernant l'activité manufacturière en Chine en juillet, au plus haut depuis neuf ans, et de la croissance du même indice en France ainsi que dans d'autres pays européens.

Concernant le Vieux Continent, "ce ne sont pas des chiffres forcément engageants pour les six prochains mois, mais par rapport au trou d'air énorme que l'économie européenne a connu, cela reste des indicateurs intéressants pour la reprise", a réagi auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyse pour IG France.

Le spécialiste cite également la baisse de l'euro lundi comme autre catalyseur à la hausse du marché parisien.

Porté par des indicateurs bien orientés à la mi-journée, l'indice CAC 40 a connu une deuxième accélération dans l'après-midi et un bond au-dessus des 2% après la publication aux États-Unis de l'indice ISM sur l'industrie manufacturière, montrant une poursuite du redressement en juillet.

L'ouverture en hausse quelques minutes auparavant de Wall Street, portée principalement par la progression des mastodontes technologiques, a également soutenu la tendance en France.

La politique outre-Atlantique était également scrutée par les investisseurs français alors que les négociations entre démocrates et républicains au Congrès se poursuivent sur un plan de relance de 1.000 milliards de dollars.

Ce plan doit notamment permettre de prolonger l'aide supplémentaire de 600 dollars par semaine versée aux chômeurs américains, qui a pris fin vendredi.

Egalement scrutée par les investisseurs, sans qu'elle n'engendre de remous majeurs pour l'instant, la poursuite de la guerre froide économique entre Pékin et Washington, focalisée cette fois sur l'application Tiktok.

Les États-Unis accusent depuis plusieurs mois la plate-forme de pouvoir être utilisée par la Chine à des fins de surveillance et menacent de l'interndire sur le sol américain.

Sur le plan des valeurs, le géant français des médias Vivendi a affiché la plus forte performance du CAC 40 (+6,43% à 23,84 euros), dans la droite ligne de sa performance de vendredi consécutive à la publication de ses résultats.

Le groupe de gaz industriels et médicaux Air Liquide a gagné 2,15% à 142,60 euros après l'annonce de la finalisation de la cession de sa filiale allemande Schülke & Mayr pour près d'un milliard d'euros.

A l'inverse, Société Générale a perdu 0,65% à 12,90 euros après la publication de ses résultats faisant état d'une perte nette de plus d'un milliard d'euros au deuxième trimestre. Depuis le 21 juillet, la banque a perdu plus de 20% de sa valeur en bourse.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.