Ford, en pleine transformation, se choisit un nouveau patron

(AFP)

Le constructeur automobile américain Ford, engagé dans une vaste restructuration qui peine encore à convaincre les investisseurs, a annoncé mardi le remplacement en octobre de son directeur général Jim Hackett par l'actuel directeur des opérations, Jim Farley, un fin connaisseur du secteur.

M. Hackett, âgé de 65 ans, n'était pas du sérail automobile quand il est arrivé à la tête de l'entreprise en 2017.

Il a rapidement engagé une cure d'austérité visant à économiser 11 milliards de dollars. Pour espérer être aux avant-postes d'un paysage automobile bousculé par la Silicon Valley et Tesla, il a dans le même temps poussé les investissements dans les véhicules autonomes et électriques.

Il a aussi repositionné la gamme de Ford pour répondre aux demandes des Américains pour de plus gros véhicules, concentrant les efforts de l'entreprise sur les pick-up, 4X4 de ville et utilitaires et délaissant peu à peu les citadines et les berlines.

Mais le groupe a aussi souffert de problèmes lors des lancements de nouveaux modèles Ford Explorer ou Lincoln Aviator.

Et les investisseurs semblent peiner à comprendre la stratégie du groupe à long terme.

A Wall Street, l'action Ford a perdu environ la moitié de sa valeur sur les cinq dernières années au moment même où un groupe comme le fabricant de véhicules électriques Tesla s'envolait en Bourse. Le prédécesseur de M. Hackett, Mark Fields, avait déjà été poussé vers la sortie en raison du mécontentement des marchés.

Sous la houlette de M. Hackett, les bénéfices de Ford ont aussi progressivement fondu.

Le groupe a toutefois résisté mieux que prévu à la pandémie de Covid-19, qui a fait chuter au deuxième trimestre les ventes de voitures et conduit à la fermeture temporaire de certaines de ses usines.

Ford a assuré avoir suffisamment de liquidités pour faire face à une baisse de la demande mondiale de voitures ou à une nouvelle vague de fermeture des usines.

Après plusieurs années chez Toyota, M. Farley, âgé de 58 ans, est arrivé chez Ford en 2007 en tant que responsable des ventes mondiales et a ensuite dirigé la gamme Lincoln, les régions Amérique du Sud puis Europe, avant de superviser l'ensemble des marchés du groupe.

Il avait été choisi en avril 2019 pour diriger l'équipe en charge des nouvelles activités, technologies et de la stratégie avant d'être nommé directeur des opérations en février.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Ford, en pleine transformation, se choisit un nouveau patron

Le 04 août 2020 à17:25

Le constructeur automobile américain Ford, engagé dans une vaste restructuration qui peine encore à convaincre les investisseurs, a annoncé mardi le remplacement en octobre de son directeur général Jim Hackett par l'actuel directeur des opérations, Jim Farley, un fin connaisseur du secteur.

M. Hackett, âgé de 65 ans, n'était pas du sérail automobile quand il est arrivé à la tête de l'entreprise en 2017.

Il a rapidement engagé une cure d'austérité visant à économiser 11 milliards de dollars. Pour espérer être aux avant-postes d'un paysage automobile bousculé par la Silicon Valley et Tesla, il a dans le même temps poussé les investissements dans les véhicules autonomes et électriques.

Il a aussi repositionné la gamme de Ford pour répondre aux demandes des Américains pour de plus gros véhicules, concentrant les efforts de l'entreprise sur les pick-up, 4X4 de ville et utilitaires et délaissant peu à peu les citadines et les berlines.

Mais le groupe a aussi souffert de problèmes lors des lancements de nouveaux modèles Ford Explorer ou Lincoln Aviator.

Et les investisseurs semblent peiner à comprendre la stratégie du groupe à long terme.

A Wall Street, l'action Ford a perdu environ la moitié de sa valeur sur les cinq dernières années au moment même où un groupe comme le fabricant de véhicules électriques Tesla s'envolait en Bourse. Le prédécesseur de M. Hackett, Mark Fields, avait déjà été poussé vers la sortie en raison du mécontentement des marchés.

Sous la houlette de M. Hackett, les bénéfices de Ford ont aussi progressivement fondu.

Le groupe a toutefois résisté mieux que prévu à la pandémie de Covid-19, qui a fait chuter au deuxième trimestre les ventes de voitures et conduit à la fermeture temporaire de certaines de ses usines.

Ford a assuré avoir suffisamment de liquidités pour faire face à une baisse de la demande mondiale de voitures ou à une nouvelle vague de fermeture des usines.

Après plusieurs années chez Toyota, M. Farley, âgé de 58 ans, est arrivé chez Ford en 2007 en tant que responsable des ventes mondiales et a ensuite dirigé la gamme Lincoln, les régions Amérique du Sud puis Europe, avant de superviser l'ensemble des marchés du groupe.

Il avait été choisi en avril 2019 pour diriger l'équipe en charge des nouvelles activités, technologies et de la stratégie avant d'être nommé directeur des opérations en février.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.