La Bourse de Paris progresse mollement (+0,41%)

(AFP)

La Bourse de Paris a gagné 0,41% dans un marché calme lundi, se contentant de la publication des décrets de Donald Trump pour aider les Américains touchés par les répercussions de la pandémie de Covid-19.

L'indice CAC 40 a avancé de 19,99 points à 4.909,51 points, dans un volume d'échanges une nouvelle fois faible, de 2,1 milliards d'euros. Vendredi, il avait conclu une semaine positive sur une légère hausse de 0,09%.

La séance "n'est pas représentative d'une tendance", estime auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Le CAC a été tiré vers le haut par des valeurs cycliques, les plus sensibles à la conjoncture et touchées par les effets de la pandémie, mais "il n'y a pas eu d'annonce spécifique sur le front de la maladie ou de la recherche" pour soutenir le mouvement, poursuit M. Baradez.

La séance a été marquée par les quatre décrets signés par Donald Trump pendant le week-end et censés aider les Américains au chômage ou menacés d'expulsion de leurs logements à cause de la pandémie.

"A court terme, l'effet est positif car les décrets ont pu débloquer quelques craintes", selon le spécialiste. Les négociations sur les nouvelles mesures s'éternisaient au Congrès alors que les premières mesures d'aide de l'État fédéral se sont arrêtées le 31 juillet.

Toutefois, "à moyen terme, il y a un risque de bataille juridique", pointe M. Baradez, car c'est au Congrès que la constitution américaine confie la plupart des décisions budgétaires du pays.

Les effets de la pandémie, qui a fait au moins 731.518 morts dans le monde selon un bilan AFP, continuent d'être ressentis alors que de nombreux pays craignent une résurgence des contaminations.

En France, la reprise économique s'est poursuivie au mois de juillet mais l'activité reste à un niveau inférieur à la normale, a confirmé une étude publiée par la Banque de France.

- Mesures de rétorsion -

Les investisseurs ont suivi par ailleurs les relations de plus en plus tendues entre les Etats-Unis et la Chine.

Pékin a annoncé lundi des sanctions à l'encontre de 11 responsables américains, dont les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz, en représailles à des mesures similaires de Washington contre des responsables chinois accusés de saper l'autonomie de Hong Kong.

Les mesures de rétorsion "restent symboliques", mais les tensions persistantes "pourraient peser sur les valeurs technologiques américaines", moteurs du rebond des marchés mondiaux, selon M. Baradez.

Sur le plan des valeurs, les plus sensibles à la conjoncture et touchées par la crise se sont un peu ressaisies.

C'est le cas de l'automobile, avec Renault qui a gagné 5,80% à 24,08 euros, revenant presque à son niveau d'avant le 30 juillet et la publication de ses résultats semestriels marqués par une perte record.

L'aéronautique, avec Airbus en progression de 3,98% à 72,06 euros, et les matières premières avec ArcelorMittal (+4,86% à 10,29 euros) en ont également profité.

Le groupe hôtelier Accor a avancé de 4,41% à 23,69 euros lundi à la suite de l'annonce dimanche d'un partenariat avec l'Arabie saoudite pour l'exploitation d'un complexe hôtelier dans le cadre du projet touristique d'Al-Ula (nord-ouest).

Le secteur du luxe a souffert pour sa part, avec Hermès qui a reculé de 1,36% à 683,40 euros ou Kering qui a cédé 0,67% à 482,10 euros.

Alstom a lâché 1,14% à 46,79 euros.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

La Bourse de Paris progresse mollement (+0,41%)

Le 10 août 2020 à17:22

La Bourse de Paris a gagné 0,41% dans un marché calme lundi, se contentant de la publication des décrets de Donald Trump pour aider les Américains touchés par les répercussions de la pandémie de Covid-19.

L'indice CAC 40 a avancé de 19,99 points à 4.909,51 points, dans un volume d'échanges une nouvelle fois faible, de 2,1 milliards d'euros. Vendredi, il avait conclu une semaine positive sur une légère hausse de 0,09%.

La séance "n'est pas représentative d'une tendance", estime auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Le CAC a été tiré vers le haut par des valeurs cycliques, les plus sensibles à la conjoncture et touchées par les effets de la pandémie, mais "il n'y a pas eu d'annonce spécifique sur le front de la maladie ou de la recherche" pour soutenir le mouvement, poursuit M. Baradez.

La séance a été marquée par les quatre décrets signés par Donald Trump pendant le week-end et censés aider les Américains au chômage ou menacés d'expulsion de leurs logements à cause de la pandémie.

"A court terme, l'effet est positif car les décrets ont pu débloquer quelques craintes", selon le spécialiste. Les négociations sur les nouvelles mesures s'éternisaient au Congrès alors que les premières mesures d'aide de l'État fédéral se sont arrêtées le 31 juillet.

Toutefois, "à moyen terme, il y a un risque de bataille juridique", pointe M. Baradez, car c'est au Congrès que la constitution américaine confie la plupart des décisions budgétaires du pays.

Les effets de la pandémie, qui a fait au moins 731.518 morts dans le monde selon un bilan AFP, continuent d'être ressentis alors que de nombreux pays craignent une résurgence des contaminations.

En France, la reprise économique s'est poursuivie au mois de juillet mais l'activité reste à un niveau inférieur à la normale, a confirmé une étude publiée par la Banque de France.

- Mesures de rétorsion -

Les investisseurs ont suivi par ailleurs les relations de plus en plus tendues entre les Etats-Unis et la Chine.

Pékin a annoncé lundi des sanctions à l'encontre de 11 responsables américains, dont les sénateurs Marco Rubio et Ted Cruz, en représailles à des mesures similaires de Washington contre des responsables chinois accusés de saper l'autonomie de Hong Kong.

Les mesures de rétorsion "restent symboliques", mais les tensions persistantes "pourraient peser sur les valeurs technologiques américaines", moteurs du rebond des marchés mondiaux, selon M. Baradez.

Sur le plan des valeurs, les plus sensibles à la conjoncture et touchées par la crise se sont un peu ressaisies.

C'est le cas de l'automobile, avec Renault qui a gagné 5,80% à 24,08 euros, revenant presque à son niveau d'avant le 30 juillet et la publication de ses résultats semestriels marqués par une perte record.

L'aéronautique, avec Airbus en progression de 3,98% à 72,06 euros, et les matières premières avec ArcelorMittal (+4,86% à 10,29 euros) en ont également profité.

Le groupe hôtelier Accor a avancé de 4,41% à 23,69 euros lundi à la suite de l'annonce dimanche d'un partenariat avec l'Arabie saoudite pour l'exploitation d'un complexe hôtelier dans le cadre du projet touristique d'Al-Ula (nord-ouest).

Le secteur du luxe a souffert pour sa part, avec Hermès qui a reculé de 1,36% à 683,40 euros ou Kering qui a cédé 0,67% à 482,10 euros.

Alstom a lâché 1,14% à 46,79 euros.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.